Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement. A vous de continuer l'histoire...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Leya, la voleuse de fées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Jeu 9 Aoû 2007 - 19:47

- Tu m'embète, bougonna-t-elle. Je suis encore prise au piège. C'est un tic, chez toi, de faire en sorte que les gens ne puissent pas répondre ?
- Oooh, mais ma parole, ça, je n'arrive pas à le croire !
- Quoi ?
Il sourit.
- Tu es encore plus belle quand tu es en colère !
Il l'attira à lui et l'embrassa de nouveau. Un baiser auquel elle répondit avec ardeur.
Après ce qui leur sembla être une éternité, ils refirent surface.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Ven 10 Aoû 2007 - 15:03

Mélina avait décidé de bouder. Les taquineries de Vince ne l'aidèrent pas.
_Allez, Méli, si tu es jalouse, je peux te donner un gros bisou !
_Ne t'en avises pas ! Et puis d'abord tu es trop jeune pour moi !
_Et l'écuyer de l'Arbre du Conseil, il est trop jeune pour toi, aussi ?
_Parfaitement !
Vince et Leya échangèrent un regard plein de sous-entendus... Une fois la nuit tombée, il s'arrêtèrent dans une clairière de la forêt qu'ils survolaient depuis le matin. Là, Leya entreprirent de faire un feu avec l'aide de Mélina tandis que Vince (ou Vincent à bien y réfléchir car ils n'avaient plus prononcé un mot, ni l'un, ni l'autre). Il observait une carte achetée en ville qui montrait de façon imprécise la région où se trouvaient les fées prisonnières. Il gromelait parfois des borborygmes incompréhensibles en fronçant les sourcils.
_Ce n'est pas logique, finit-il par lancer en prenant une assiette que lui tendait Leya.
_Qu'est-ce qui n'est pas logique ?
_La carte. A partir du royaume des trolls, les représentations deviennent très imagées et les proportions sont effarantes. Si ça se trouve, on se dirigera trente kilomètres trop à l'Ouest.
_Et depuis quand tu es doué en cartographie ?
_J'ai plein de talents cachés, mon coeur...
_Ne m'appelle pas comme ça ! dit-elle d'un ton calme qu'elle essaya de conserver.
_D'accord, mon lapin.
_C'est encore pire !
_Cordon bleu, c'est bien aussi, dit-il d'une voix différente.
_Merci Vincent, dit Leya en souriant. Tu diras à l'imbécile qui partage ton corps que je l'étriperais si tu n'étais pas là.
_D'accord, rit-il.
Elle retrouva avec plaisir le sourire avenant et les manières douces de Vincent. Et soudain, elle se demanda lequel des deux elle préférait...Etait-ce Vince qui lui montrait sans honte l'amour qu'il lui portait ou Vincent parce que ses yeux s'illuminaient quand il la regardait. Vincent, à ce moment précis, se posait la même question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Dim 12 Aoû 2007 - 12:05

Elle tourna la tête pour cacher son malaise, et se replongea dans son assiette. Vincent, lui, l'observa en silence... Cette question lui trottait encore dans la tête lorsqu'il s'étendit à côté de Leya...Quand la nuit noire fit place au jours, elle y était encore, et sachant qu'il lui serait impossible de dormir, il se redressa et s'éloigna de quelques mètres. Il s'assit sur une pierre plus ou moins plate et regarda distraitement le soleil se lever.
Lequel des deux préfèrait-elle ? Etait-ce lui...ou Vince ? Et si c'était le cas, qu'adviendrait-il de lui ? Serait-il capable de passer toute une vie en sa présence, sachant qu'elle lui préfèrait un autre ? Devrait-il se séparer de Vince...d'une partie de lui-même ? Presque aussitôt, une autre question lui vint à l'esprit. Cyrus avait dit qu'il était victime d'un mauvais sort, ou quelque chose d'approchant... Que sa partie "bonne" s'était séparée de sa partie "mauvaise"... Cyrus avait aussi dit que c'était la mauvaise partie qui était restée, chez lui. Cela signifiait-il que Vincent doive se séparer de Vince, ou inversément ? Mais comment pourrait-il vivre sans Vince ? Ils étaient différents au possible, d'accord, mais l'idée de pouvoir les dissocier lui était risible... L'un ne peut vivre sans l'autre. Cette certitude jaillit en lui comme l'eau d'une source. Ça leur était totalement impossible. Un peu rassénéré par cette pensée, il se leva pour ranimer le feu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Lun 20 Aoû 2007 - 10:27

Une voix brisait le silence de l'aube. Un rire, plutôt. Un rire bête, servile.
_Oui, maître, oui. Détritus va obéir.
La créature avait mal. Elle avait mal mais elle riait. Une force s'insinuait dans son esprit. Une force qui lui faisait mal et qui détraquait son esprit. Alors, elle riait. Elle riait au lieu de hurler. La force lui susura des mots à l'oreille.
"Pauvre, pauvre Vincent. Il doute, on dirait. Tout comme Sirius doutait en moi. Je crois qu'il est temps d'accomplir la volonté du maître. Une fois que Vince et Vincent seront séparés, ce sera un jeu d'enfant de tuer Vincent et de corrompre Vince. Sans son bon côté, Vince n'est qu'une incarnation maléfique. Je t'ai donné assez de pouvoir, Détritus. Mais si tu en utilise une goutte pour toi..."
_Oui, maître, Détritus sait. Détritus fera ce que le maître ordonne. Mais Détritus a mal, maître...
"Tu as mal ? fit la force avec un rire cruel. Ne t'inquiète pas, mon bon Détritus...lorsque tu auras accompli ta mission, tu n'auras plus mal. Plus jamais..."
La force éclata de rire. Et la créature rit, elle aussi, sans comprendre.
_Merci, maître, merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Jeu 27 Sep 2007 - 12:13

Ils se remirent en route, à pied, cette fois, pour ménager les ailes de Vincent, qui avait du mal à garder la cadence avec Leya à califourchon sur son dos.
Après un ou deux jours de marche, le paysage changea , et des pics escarpés succédèrent à la forêt de moins en moins touffue qu'ils venaient de quitter. Un silence opact semblait planer dans les airs, rompit seulement quelque fois par le cri mélancolique d'un aigle.
- Ce n'est pas très rassurant, fit remarquer Mélina.
- Le domaine des trolls... expliqua Vincent. Il parait qu'ils vivent dans des cavernes, et nous sommes entourés de cavernes...
- Comment tu sais ça, toi ? interrogea Leya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Mer 3 Oct 2007 - 15:36

_J'ai un peu lu avant notre départ, avoua-t-il.
_Un peu...Tu en sais des choses pour quelqu'un qui a "un peu" lu.
_Bah ! J'ai parcouru quelques livres. J'ai une mémoire photographique, je n'ai pas besoin de tout lire.
_Tu m'en caches encore beaucoup, des secrets ?
Il ne répondit rien.
"Tu ne lui as pas dit que tu l'aimais, dit Vince."
"Toi non plus."
"Oui mais c'est toujours moi qui l'embrasse."
"Et alors ?"
"Ce que tu penses ne me plaît pas, Vincent"
"Je ne pense à rien"
"Arrête, tu sais bien que..."
"Oui, je sais, je ne peux rien te cacher, dit-il excédé"
"Elle ne peux pas non plus aimer l'un de nous deux sans aimer l'autre.
"Je n'en suis pas si sûr."
"Tu me fais chier, Vincent."
"Toi aussi !"
"Tu veux me faire croire que ça ne te fait rien quand c'est moi qui l'embrasse avec tes propres lèvres ?"
"Arrête !"
"Non, toi arrête ! Sinon, je serais obligé de..."

Soudain, Vince fut là. Et il attira Leya à lui avec brutalité et colère. Elle ne comprit pas ce qui lui arrivait. Déjà il l'embrassait. Mais, presqu'aussitôt, il fit un bond en arrière en se tenant la tête.
_Arrête ! cria-t-il. Je t'interdis de lui faire ça !
Il était en nage. Leya, encore toute secouée s'approcha de lui.
_Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi est-ce que vous...
Elle vit que Vincent pleurait et la colère qu'elle ressentait cse mua en inquiétude. Vincent courrut vers un monticule de pierres mais s'arrêta soudain, comme s'il avait changé d'avis.
_De toutes façons, jamais je ne pourrais être vraiment seul. Jamais...Et si c'était moi, l'autre ? Si j'étais le double et pas l'original...Comme Cyrus, je l'ai emporté sur toi, du moins en partie.
"Aucun de nous deux n'est un double."
_Pourtant, nous ne pouvons plus partager le même corps...Vince ? ...Vince ?
Mais il garda le silence. Et Vincent ne savait que trop bien pourquoi. Il ressentait la même émotion au fond de son coeur, même s'il était prêt à la surmonter enfin.
_Il faut nous séparer.

_Pour une fois, tu ne m'as pas déçu, Détritus. Ils ne se sont doutés de rien. Vince est le seul obstacle dangereux poru la suite des opérations. Sème encore la zizanie entre eux. Lorsqu'il ne poourront plus se supporter, nous pourrons passer à la seconde phase...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Sam 6 Oct 2007 - 19:19

Ils marchaient dans la plaine déserte depuis trop longtemps. Le silence boudeur entre Vince et Vincent devenait pesant et bien trop lourd à traîner dans toute cette désolation. Alors qu'il continaient de marcher, trop butés pour décréter une halte, le petit groupe aperçut au loin une silhouette poussant un chariot arriver vers eux. C'était une femme emitoufflée dans une fine cape noire.
_Une bohémienne en plein désert ? s'étonna Mélina qui avait pris place sur l'épaule de Leya, trop fatiguée pour voler.
_Articles de magie ! héla-t-elle en poussant sa charette devant elle. Poudres, potions, breuvages ! Articles de magie ! Réduction de 5 % sur l'essence de dragon ! Sang de Borjax presque frais...
Elle répéta sa lithanie, comme si elle parcourait un marché. Une drôle de bohémienne et une arnaqueuse, il faut bien le dire car son Sang de Borjax ne pouvait pas être presque frais étant donné que les Borjax ne quittaient pas la forêt, à plus de trois jours de marche.
_Mademoiselle ! dit-elle en semblant enfin les voir. Je suis sûre que vous avez besoin d'une amulette de contrôle magique pour discipliner votre fée domestique !
_Je ne suis pas une fée domestique ! bougonna Mélina.
_Ou vous, jeune homme, j'ai un tas de philtres d'amours très efficace en promotion ! Ils ne se vendent pas très bien en ce moment...
_Ca se comprend, en plein désert, dit-il d'un ton neutre.
_Oh ! Mais il passe plus de gens que vous ne croyez dans cette plaine.
_Des trolls ? s'écria Mélina.
_Non ! Les trolls ont quittés la plaine il y a quelques temps déjà.
_Quoi alors ?
La bohémienne regarda à droite et à gauche, comme si elle avait peur que des oreilles indiscrètes l'épient.
_Des âmes maudites, dit-elle dans un souffle.
Ce qu'elle venait d'énoncer finit de les convaincre qu'elle était totalement folle.
_Ils m'achètent quelques petites choses parfois. Enfin, celles qui ont trouvé un corps de rechange. Ce qui se vend bien, en ce moment, c'est la bave de crapaud, l'eau et le liquide de séparation des âmes. Mais ils ne payent pas souvent. Ils me disent toujours qu'il effaceront leur ardoise dès ue possible mais je n'y croit pas trop. De mauvais payeurs restent des mauvais payeurs.
_Qu'est-ce que vous avez dit ? murmura Vincent dans un souffle étranglé.
_Que les mauvais payeurs...
_Non ! Vous avez parlé de liquide de séparation des âmes.
_Vincent ! s'écria Leya.
_J'en ai encore un flacon si vous voulez...
_Nous n'en voulons pas ! trancha Leya en prenant brutalement le bras de Vincent.
_C'est comme vous voulez...dit la bohémienne. Si vous ne voulez rien...
Et elle s'en alla en reprenant ces injonctions à l'intention de passants imaginaires.
Ils s'assirent sur des rochers qui formaient plus ou moins un cercle et entreprirent de faire un feu. Leya ne dit plus un mot à Vincent. Lui, restait debout, les mains dans les poches, triturant quelque chose dans sa poche droite.
"Tu m'interdis l'accès à tes pensées, s'étonna Vince. Pourquoi tyu veux me cacher ce que c'est."
"Comme si tu ne le savais pas."
"Si c'est ce que je pense, ce n'est plus la peine de m'adresser la parole !"
"Je n'avais pas l'intention de te parler."
Et brusquement, il le laissa prendre le total contrôle de leur corps...
Ils ne virent pas que la bohémienne avait disparu ni que le troll qui l'avait remplacé s'écroulait, vidé de son énergie par la transformation qu'on lui avait imposée. Ses derniers mots furent :
_Détritus mourir, Maître...
Et juste avant qu'il ferme les yeux, une voix lui répondit cruellement :
_Mais non. Ton âme va juste errer dans ces limbes pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Dim 18 Nov 2007 - 15:37

Mélina s'inquiétait de plus en plus; il n'y avait plus de trace de Vince dans le regard autrefois souriant de Vincent. Plus de Vince, et pourtant, il semblait toujours présent...peut-être s'était-il isolé dans un coin de l'esprit de Vincent, peut-être attendait-il une hypothétique réconciliation ? Peut-être était-il décidé à mourir, renié par sa propre moitié... Elle n'en savait rien.
Parallèlement, elle sentait que Leya était sur les nerfs, prète à exploser à la moindre parole prononcée par Vincent.

Elle soupira, regarda Vincent, puis leya.
- Bon, alors, tu te décide ? lui dit celle-ci d'une voix agacée.
-Je suis désolée mais je crois que Vincent à raison. Nous devrions prendre à l'ouest.
- Comme vous voudrez, répliqua-t-elle, sa voix passant brusquement d'agacée à agaçante. Suivons donc Mônsieur Vincent, L'homme de la situation qui a toujours raison !
- Arrete ! Tu sais très bien que ce n'est pas vrai !
- Nooon, tu crois ? Mais c'est bien, tu as appris quelque chose aujourd'hui ! Comme quoi, tout peut encore arriver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Mer 21 Nov 2007 - 23:58

Vincent prit une inspiration difficile, comme s'il avait du mal à respirer. Puis, soudain, il éclata :
_Tu ne comprends pas...TU NE PEUX PAS COMPRENDRE !!! Tu crois vraiment que ça me fait plaisir d'être dans cette situation ? Tu ne sais pas ce que je ressens ! Tu n'as jamais partagé autant de proximité avec quelqu'un ! Tu n'as jamais douté de ton existence ! Moi, la seule chose qui me rattache à la vie, c'est l'espoir de débarasser ce corps de ma présence ! Débarasser Vince du parasite que je suis ! Trouver une enveloppe qui ne rejette pas de toutes ses forces mon intrusion !
Leya ouvrit la bouche mais il ne lui laissa pas le temps de commencer.
_La vérité, c'est que je deviens fou, Leya ! Je deviens fou à cause de cette douleur qui me ronge ! Parce que je ne suis plus sûr de rien ! Parce que depuis quelques temps déjà, je sais qu'un corps ne peux abriter deux âmes indéfiniment...Au risque...de détruire l'une des deux...Si je pouvais être sûr que c'est moi qui serait détruit...mais je ne peux pas en avoir la certitude...
Sa voix avait baissé jusqu'à devenir murmure. Son visage était constellé de perles de sueur. Il était essoufflé.
_Tu sais, quand un virus envahit un corps, on a de la fièvre...C'est parce que le corps se bat contre le virus. Et le virus, c'est moi, Leya. Parce que j'en ai décidé ainsi. Et parce que si je laissais Vince refaire surface, ce serait lui qui souffrirait...
Leya resta silencieuse un moment. Il pleurait doucement, gémissant comme à cause d'une douleur aigue et prolongée.
_Il me faut un corps...très vite...sinon...je vais...disparaître...
Il s'effondra, à bout de force. Leya se précipita sur lui. Un corps...plus facile à dire qu'à trouver...

A l'autre bout du désert, quelqu'un marchait. C'était un jeune homme d'une quinzaine d'années. On voyait à l'aura qui l'entourait qu'il avait des pouvoirs. Mais apparemment, ceux-ci ne lui étaient d'aucune utilité dans ce désert. Il semblait parler tout seul, marmonant des jurons à l'égard d'une personne invisible.
_Sortez de ma tête !
"Pourquoi pas...de toutes façons, tu va bientôt mourir."
_Non...
"Tu n'arrives presque plus à marcher. Et tu n'as pas bu depuis une semaine."
_Vous planifiez toujours vos assassinats aussi longtemps à l'avance ?
"Disons que je suis prévoyant...Et puis, de toutes façons, dans ton état de santé, tu n'aurais pas vécu très longtemps."
_Ca vous surprend, que je sois encore en vie ?
"Pas vraiment. Je t'ai choisi parce que tes pouvoirs étaient puissants."
_Qu'est-ce que vous me voulez ? J'ai fait tout ce que je devais faire en ce monde depuis que j'ai appris ma maladie. Je ne deviendrai pas un fantôme.
"Justement. Si tu en avais été un, mon plan n'aurais pas marché, tu aurais pu refuser de quitter ton corps et continuer à le hanter."
_Vous voulez mon corps et mes pouvoirs ? Pourquoi ?
"J'en ai besoin pour un ami qui n'en a pas."
_Comment est cet ami ?
"Malheureusement, il est bon et généreux. Mais je ne désespère pas d'en faire un puissant guerrier. Tu sais comme moi ce qu'on peut faire avec un esprit faible."
_Mon esprit est loin d'être aussi faible que vous le pensez. D'ailleurs, tôt ou tard, je vous le prouverai...
"Comment ? Quand tu seras arrivé près de ces deux points au-dessus de la dune, tu seras mort."
_Même mort, je vous le prouverai...
"C'est amusant..."
La voix éclata d'un rire sinistre. Mais le jeuen homme sourit. Il savait quelque chose que la voix ignorait. Et que la voix n'avait pas su lire dans ses pensées...
Il continua, ne prenant pas garde à la jeune fille à côté de laquelle il passa. Il se planta devant le garçon. Et il tomba...

Liquide de séparation des âmes. Déchirement entre deux êtres. Brutale sépération. Lien fragile qui se brise...

Le choc et la douleur qui s'ensuivit fut terrible. Une lumière extraordinaire jaillit. Leya se précipita sur Vincent. Mais il ne lui laissa pas le temps de l'aider à se relever. Déjà, il bondissait sur le corps inerte du jeune homme et le rouait de coups.
_Comment as-tu pu ? Comment as-tu osé ?
Il envoya le corps s'écraser contre un rocher d'un seul coup de poing. La lèvre du jeune homme coulait. Il se releva péniblement. Pas une fois, il n'avait essayé de se défendre. Il regarda ses mains, toucha du bout des doigts le sang qui coulait sur son menton, s'étonna de ces traces rouges sur ses mains. Il releva les yeux. Ses yeux...Ils étaient verts. Et ses cheveux blonds n'avaient pas la même teinte que celle de Vince. Il regarda Vince qui lui lançait un regard furibond. Puis, dans un murmure, une voix qui n'était pas la sienne mais qui était au moins aussi douce, dit :
_J'ai soif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Jeu 22 Nov 2007 - 20:48

Leya n'en revenait pas. C'était telement...telement...invraissemblable !
- Vin...Vincent ? demanda-t-elle au garçon qu'elle ne connaissait pas.
- Oui, c'est moi, Leya. S'il...s'il te plait., j'aimerais...de l'eau.
Vince lui apporta sa gourde. Il but tout son content puis se versa de l'eau dans les mains et nettoya sa plaie. Il était légèrement plus grand que Vince, et paraissait aussi plus impressionant.
Durant le repas, Leya ne cessait de lui jetter des coups d'oeil. De leur jetter des coups d'oeil. Vincent, Vince, Vincent, Vince, encore Vincent.
Il sourit quand son regard revint vers lui, comme attiré par un aiment. C'était un demi sourire. Un sourire triste.
Elle replongea dans son assiette.
Ce fut un repas très silencieux. La seule parole qui fut prononcée venait de Vince, et Mélina fut extrèmement surprise de voir qu'il pouvait encore s'expirimer autrement que par des grognements maussades. "Passe -moi le citron", lança-t-il à Mélina.
Etrange? Non, pas du tout. La fée avait en effet eu l'idée de prendre avec eux quelques citrons pour apaiser la soif qu'ils auraient pu ressentir dans pareilles régions.

La nuit froide les enveloppa. Leya frissona. Elle regarda le ciel sans nuage, juste au-dessus d'elle. Elle n'arrivait pas à dormir...
Elle se redressa en position assise et jeta un regard aux alentours. Vincent se tenait à côté d'elle , et Vince à sa droite. Ils dormaient tous le temps en cercle, tête contre tête, pour être prêts à parer toute éventualité.
Vince ne bougeait pas. Vincent, quand à lui, ne cessait de se retourner dans son sommeil, en gémissant.
"Il doit avoir très froid", pensa-t-elle en le regardant. Elle se leva pour lui remettre sa couverture qui était tombé pendant qu'il gesticulait. Des gouttes de sueur perlaient sur son front "neuf". Quand elle rehaussa sa couverture, sa main frôla sa figure. Et soudain, le ciel s'ouvrit dans une explosion de couleurs, semblable à une aurore boréale, mais en beaucoup plus brutal. Elle ne prit pas conscience que Vince se levait en sursaut et tendait les bras pour parer le phénomène magique, ni que Mélina poussa un cri strident en faisant un bon dans les airs de 10 mètres de haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Ven 23 Nov 2007 - 20:07

La lumière disparut aussi soudainement qu'elle était apparue. Vince, réveillé en sursaut, les muscles crispés et en position de combat, regarda autour de lui, prêt à parer une nouvelle attaque. Mais alors qu'ils pouvaient enfin voir alentour, tout était redevenu calme. Il aperçut Vincent et parut étonné de le voir devant lui, comme si les évènements de la veille n'avaient été qu'un mauvais rêve. Il repris son air renfrogné et se détendit quelque peu. Vincent tendit la main à Leya.
_Ca va ?
Elle n'arrivait pas à se faire à cette nouvelle voix : douce, grave, presque ensorceleuse.
_Qu'est-ce qui s'est passé ? demanda Mélina qui se posa péniblement sur l'épaule de Leya.
_Il faut partir, répondit mystérieusement Vincent. Tout de suite. Et vite, avant que ça recommence.
_Comment le sais-tu ?
_Je sais, c'est tout. Venez.
Ils ramassèrent leurs affaires, précipitemment et se mirent à marcher de plus en plus vite à la suite de Vincent. Ils courraient presque.
_Une minute, dit Vince. Qu'est-ce qu'on est en train de fuir au juste ?
On voyait à son ton âpre qu'il ne supportait pas de ne pas savoir ce que Vincent avait en tête.
_Je ne sais pas quoi exactement, mais je sais que ce n'est pas bon pour nous.
La nuit avait apporté avec elle le froid et c'était encore plus pénible que la chaleur du jour. Ils se battaient contre des raffales de vent. Soudain, la lumière éclata à nouveau. Vincent tendit les mains vers le ciel et hurla un mot que les autres ne comprirent pas. La lumière stoppa net au niveau de ses mains, formant comme une coupole au-dessus d'eux. Malheureusement, cette victoire ne dura pas. Bientôt, les pieds de Vincent glissèrent sur le sol sous la pression qu'exerçait cette curieuse lumière. Il hurla un autre mot et la lumière les enveloppa de nouveau, sauf qu'elle venait de l'intérieur de la coupole et que celle-là était chaude, bienfaisante...
Lorsque les deux lumière s'entrechoquèrent, tout disparut un moment. Lorsque la noiceur de la nuit revint, une voix profonde et colérique lança :
_Joël Ikarou ! Cette fois, je vais te tuer !!! Lorsqu'on a l'honneur de mettre un guerrier tel que moi à terre, on a la décence de ne pas l'épargner ! Tu va regretter cette humiliation, Joël Ikaru !
Vincent recula, perplexe puis il comprit. L'homme qui parlait le confondait avec l'ancien possesseur de son corps. Restait à savoir quand il allait se décider à apparaître...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Sam 24 Nov 2007 - 11:46

Soudain, un point lointain dans le ciel apparut. Il était minuscule mais bientôt, il grossit considérablement le temps de sa chute. Un homme à la stature de géant retomba sur ses pieds devant eux. Il fit trembler le sol sous son poids mais ses jambes solides et épaisses comme des troncs d’arbres ne fléchirent pas une seconde. Il sortit son arme et lança :
_Sors ton arme, Joël Ikarou ! Et bats-toi comme un homme !
_Je n’ai pas d’arme répondit Vincent. Et si j’ai bien compris, je vous ai déjà battu une fois, c’est ça ?
_Toujours aussi arrogant ! s’écria l’homme de sa voix forte et caverneuse. Tu refuses de choisir ton arme, très bien ! Ce sera d’autant plus facile de t’écraser comme un moucheron !
Vince esquissa un geste.
_Non ! cria Vincent. Ne lui fais pas de mal.
Déjà, l’homme lui sautait dessus en brandissant son épée, trois ou quatre fois plus lourde et plus épaisse qu’une épée normale. Leya émit un petit cri lorsqu’elle arriva sur Vincent. Mais celui-ci feinta, prit appui de ses mains sur la lame et se propulsa en l’air, au-dessus de la tête du géant. Il se retourna d’un bloc, plein de puissance brute mais Vincent était déjà hors de sa portée, sur un gros rocher à quelques mètres de là.
_Tu ne t’es pas amélioré depuis la dernière fois, apparemment, dit Vincent d’une voix narquoise et arrogante qui ne lui ressemblait pas.
_Je me suis entraîné un an ! Attends de voir ce que j’ai accompli pendant tout ce temps.
_Oh mais je ne doute pas que tu ais appris à lacer les chaussures tout seul. Bravo...
Le géant poussa un rugissement et fonça à une vitesse impressionnante sur le rocher, qu’il pulvérisa d’un seul coup d’épée. Ses mouvements étaient rapides et souples mais pas encore assez pour Vincent. Il se tenait derrière lui, regardant ses mains.
_Ce corps...il a tant de pouvoir...Je n’avais jamais ressenti ça...
Le géant fonçait une nouvelle fois, encore plus rapide mais Vincent, sans même le regarder, feinta et lança un coup de pied circulaire en plein sur son oreille. Déséquilibré, le géant tomba sur son séant, faisant de nouveau trembler le sol. Son épée lui échappa des mains et Vincent la prit, pointant la lame sur son coup. Son visage dur semblait présager le meurtre...
Mais il sourit.
_C’était un beau combat.
Il retourna l’épée, la prit par la lame et tendit le manche à son propriétaire.
_Pour la deuxième fois, Joël Ikarou, tu m’as battu...Et pour la deuxième fois, je te supplie de m’épargner l’humiliation de la défaite. Tu t’es déjà assez moqué de moi la dernière fois...
Vincent le regarda. Il le regardait dans les yeux, prêt à affronter la mort.
_Je ne vois pas pourquoi je me moquerais...Tu t’es honorablement battu.
Il avait retrouvé une voix douce, une voix qui ressemblait plus à Vincent.
Le géant leva un sourcil, l’air incrédule. Puis, il laissa tomber sans conviction :
_Tu n’es pas Joël Ikarou. Il n’aurait jamais...Il s’est moqué de moi devant ma section de combat, il m’a humilié...
_J’en suis désolé, dit Vincent en lui tendant une main secourable. Mais le géant refusa d’un signe de tête.
_Pourquoi refuses-tu mon aide ? Tu l’as dit, je ne suis pas ce Joël dont tu parles.
_Je refuses parce peu de gens sont capable de me soulever. Et parce toi aussi, même si tu n’es pas Joël Ikarou, tu m’as battu.
_Je t’assure que ce n’est pourtant pas dans mes habitudes...
_Tu lui ressembles tant...Tu as la même façon de te battre. Qui es-tu ?
_Ca, c’est une longue histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Sam 24 Nov 2007 - 15:03

Le géant insista.
- Très bien, je m'appelle Vincent, je suis le...
- Attend, le coupa Vince. On ne sait rien de ce type. Qui es-tu ? D'où viens-tu ? Ça fait combien de temps que tu nous suis ? reprit-il à l'adresse de l'immense homme.
- Je m'appelle Irosheïma Galtlé, j'était garde chiourne de La Prison Ofées. C'est de là que je viens. Après mon combat avec Ikarou, j'ai perdu tous les honneurs qui m'étaient habituellement dûs. Ce chien galeux, ce traitre de borjax! ! Les gardes chiournes, ces soldats magiciens m'on exclut de leurs rangs. Désormais, je nourris les fées captives, déshonneur parmis tous les déshonneurs. Nourir ces petites bestioles ! Comme si c'était nécessaire !
- Je vous demande pardon ? intervient Mélina.
Irosheïma ouvrit des yeux ronds en découvrant la petite créature.
- Quest-ce-que...?
- Ce n'est rien, continuez, coupa Leya
- HEu...il jetta un regard à Mélina. Oui, donc je nourris ces sales petites bêtes...fées, adorables, d'ailleurs ! dit-il en croisant le regard de Mélina.
Hum, et j'ai surprit une conversation entre deux gardes. Ikarou revenait par ici... Il n'est pas du genre à rester modeste, voyez-vous ? Et alors je suis parti, et je vous ais traqué. J'ai ressentit quelque chose de bizarre, à quelque mètres d'ici. C'était comme si une grande brèche s'ouvrait dans une puissante muraille. Un puissant phénomène magique, si vous voulez mon avis... Je ne sais pas ce que c'était, mais en tout cas, ça a fait du bruit. Tous les magiciens de la région ont dû l'entendre. Vous pouvez être sûr de voir accourir une floppée de gardes-choiournes dans pas longtemps ! Non de non !!!! Il ne faut pas qu'ils me trouvent ici ! Et surtout pas avec toi ! il regardait Vincent d'un air affolé.
- Ben partez, je vous en prie ! répliqua ironiquement Vince.
- Pas question ! Je ne le lâcherais pas de si tôt, plutôt mourir !
Il croisa les bras d'un air obtut, les yeux toujours plantés sur Vincent.
- Alors, on a qu'a partir tous ensemble ! Vous connaissez un endroit sûr où on pourrait parler tranquillement ? demanda Leya.
- Ouiiii ! Nous allons faire un plan pour libérer les fées !!! s'écria Mélina.
- Libérer les fées... liberer les fées... murmura Vincent, en pleine réflexion. Mais oui, mais c'est bien sûr !!! Je penses avoir une meilleure idée.
Vince le regarda suspicieusement.
- Ecoutez, voilà ce qu'on va faire...

Quand les gardes-chiournes arrivèrent dans leur campement, Vincent était calmement assit devant un feu.
- Bonjour, je me doutais bien que vous viendrez bientôt. Installez-vous, je vous prie.
- Monsieur Ikarou, c'est trop d'honneur. Mais nous ne restons pas. Nous venions juste voir qui avait...
- C'était moi.
- C'était vous ?
- En effet. Je testais...un nouveau sort.
Le chef de la garnison acquiesca.
- Nous devons retourner à La Prison Ofées.
- Vraiment ? Ça tombe bien, je m'y rendait, justement !
Le garde n'en sembla pas enchanté.


Dernière édition par le Jeu 7 Fév 2008 - 11:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Sam 24 Nov 2007 - 15:40

- On va libérer les fées, heu ! On va libérer les fées, heu !
- Quel crétin borné, quel prétencieux doublé d'un ramassi d'ordures..
- Arrète, Vince, tu te fais du mal.
Vince, Leya et Mélina marchaient rapidement (sauf Mélina qui exécutait des figures compliquées dans les airs).
- Mais reconnait-le, Leya ! Il n'aurait jamais dû faire ça ! Pour qui il se prend, à donner des ordres à tout un chacun ?
- On va libérer les fées, euh ! On va libérer les fées, euh !
- Vince, je crois qu'on a perdu Irosheïma...
- Bordel de *** ! Qu'est ce qui m'a fouttu une équipe pareille !
- On va libérer les fées, euh ! On va libérer les fées...
- Et fais taire cette gargouille à ailes ! !chuchota furieusement Vince, afin de ne pas trop attirer l'attention des gardes.
Mélina se retourna brusquement pour lui faire face, dans le but apparent de l'obliger à s'arreter.
- Oooooh ! Ça se n'est vraiment pas gentil ! Ce n'est pas parce que tu es triste que tu dois être désagréable avec tout le monde !
- Et ce n'est pas parce que tu es heureuse que tu dois chanter des chansons débiles à longueur de journée ! répliqua-t-il du tac au tac, avant de repartir énergiquement.


Dernière édition par le Dim 2 Déc 2007 - 23:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Mer 28 Nov 2007 - 16:04

Irosheïma Galtlé et Vincent marchaient devant, couple improbable d'un géant et d'un jeune homme.
_Alors comme ça, tu n'es pas Joël Ikarou...
_Non.
_Pourquoi as-tu pris son corps ? N'en avais-tu pas toi-même ?
_C'est long à expliquer...
_J'ai tout mon temps.
_Disons qu'auparavant, je partageais le corps d'un ami et que cette proximité a fini par devenir gênante.
_Gênante pour qui ?
Il ne répondit pas tout de suite.
_Est-ce que je peux te faire confiance ? Tu pourrais garder un secret ?
_Je ne te permets pas de mettre en doute mon honneur !
_Alors voilà...

Vince marchait vite, sans même prendre garde à ne pas frôler un garde au passage. Leya et Mélina, elles, restaient en arrière, prudentes. Ce n'était pas parce que Vincent leur avait assuré qu'il les avais rendus invisibles qu'il fallait prendre des risques. Or, Vince voulait savoir ce qu'ils tramaient. Son incapacité à connaître les projets de Vincent ne le faisait plus seulement enrager, elle le rendait aussi inquiet pour l'avenir. Il lui semblait que Vincent n'avait pas fini de les surprendre. Il surprit la fin de la conversation de Vincent et du géant.
_Lorsque le moment sera venu, surtout, ne tente rien, ce serait inutile...
_Mais tu n'y penses pas sérieusement, je ne pourrais pas laisser faire ça, ce serait...contre ma vocation de protecteur des faibles...
_Je te le demande, Irosheïma. C'est important.
_Ca va comme vous voulez ?
Ils sursautèrent. Vince leur lança son regard le plus assassin.
_Alors ? Qu'est-ce que vous trafiquez encore ?
_Rien. Et toi ? Tu es incapable de me faire confiance quand je ne partage pas toutes tes pensées ?
_Comme si je ne savais pas que tu mijotes quelque chose !
Irosheïma tendit un bras entre eux.
_Paix, amis, paix...L'heure n'est pas aux querelles. Nous arrivons...N'attirez pas l'attention des gardes sur nous. Ils ne sont déjà pas rassurés de voir Joël Ikarou parler tout seul...(car lui aussi avait été rendu invisible pour ne pas subir les foudres de ses compagnons). Maintenant, silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Lun 17 Déc 2007 - 16:55

Après quelques minutes, ils purent apercevoir la ville qui se tenait à présent devant eux. Au centre se trouvait la prison, immense batiment qui semblait retenir des dizaines de millions de fées captives. Les maisons qui l'entouraient semblaient avoir été bâties toutes autour au fil des ans, dans le but manifeste de se rapprocher du lieux de travail de la plupart des habitants. Une rivière coulait paresseusement le long de la ville.

Les gardes chiournent prirent congé d'eux à l'entrée du noyau d'habitation en maugréant de vagues escuses à propos de tours de garde.
- Bon, très bien, nous voilà arrivé, déclara Vincent.
- C'est pas trop tôt ! dit Vince d'une voix cassante.
Leya leva les yeux au ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Ven 21 Déc 2007 - 17:08

Vincent s'immobilisa et respira à fond, les yeux fermés. Il régnait ici une énergie magique presque palpable. Il se demanda si Vince la sentait. Son coeur fit un bon dans sa poitrine. Il ne saurait sans doute plus jamais ce que Vince pensait. Bien qu'il ne regrette rien, il se sentit seul, étranger à lui-même. Il regarda Vince dans les yeux et ils se dévisagèrent un instant.
_Pardon.
_Je ne sais pas si je pourrais.
_Ca ne fait rien.
Il se détournèrent l'un de l'autre une seconde.
_Bon...On y va ? demanda Vince.
Vincent acquiesça. Joël Ikaru se mit en marche dans les rues de la ville, sans savoir exactement ce qu'il devait chercher ou trouver mais avec le sentiment d'être un peu moins seul. Devant lui, les habitants cessaient leur travail et le saluaient avec une expression de dégoût sur le visage. A l'intérieur de son corps, il sentit une haine réciproque monter dans ses veines. Il serra les poings. Joël Ikaru avait été quelqu'un de cruel et cette cruauté tentait de l'envahir à tout moment. Il devait tenir cependant. Jusqu'à ce que...
Derrière lui, Irosheïma lui lançait un regard inquiet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Mer 2 Jan 2008 - 21:07

Leya assistait avec une inquiétude croissante au changement qui s'opérait en Vincent. Il s'était pris la tête entre les mains et murmurait des paroles incompréhensibles d'une voix qu'elle ne reconnaissait pas.
Elle s'approcha doucement de lui et posa une main sur son épaule. Il releva la tête, comme si elle venait de le brûler. Les yeux qui se posèrent sur elle étaient habités d'une lueur mauvaise. Il la repoussa brutalement, la projetant sur le sol.
Semblant se rendre compte de ce qu'il venait de faire, Vincent recula. La flamme qui dansait furieusement dans ses yeux sembla s'évanouir un instant.
- NOOOOOOON !
Il se reprit la tête dans les mains et se balança d'avant en arrière.
- Non, non....non...
Vincent se redressa alors et cria comme jamais il n'avait crié.

Quelque personnes se retournèrent en entendant sa plainte, mais revinrent aussitot à leurs activités en découvrant son auteur. Joël Ikarou.

Quand il eut finit, il n'y avait plus trace de Vincent dans l'homme qui leur faisait face.
Il tourna lentement la tête et les dévisagea tour à tour.
Irosheïma frissona en reconnaissant son regard. Le regard de Joël Ikarou. Il serra les poings.
Vince se laissa dévisager calmement. Son manque de réaction cachait pourtant un travail intérieur intence. Il regardait Vincent d'un air calculateur et notait chacun de ses mouvements, prêt à intervenir si la situation dérappait.
Puis ce fut le tour de Mélina qui le toisa elle aussi de la tête au pieds et intervint furieusement.
- Qu'est-ce que tu as, tu veux ma photo ?
Vincent sourit et s'approcha d'elle. Même ses gestes ne lui ressemblaient plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Joël Ikaru   Sam 12 Jan 2008 - 17:15

Il vit d'abord la fille. Il apprécia les courbes gracieuses de son visage. Bien plus belle que les prostituées des bas quartiers en tous cas. Il sourit. L'âme en lui tressaillit. Il n'en ressenti aucune gêne. Il ne se doutait pas, à vrai dire, qu'il eut été aussi confortable de partager son corps. Il s'était attendu à des pensées désordonnées et pathétiques. Il ne ressentait que sa présence, tassée dans un coin de son esprit. Il ne pouvait rivaliser avec sa puissance et par conséquent, il avait tout le loisir de profiter de l'énergie qu'il lui avait volée. Il tourna les yeux vers le garçon qui l'accompagnait. Incontestablement plus puissant que les autres. Pas assez cependant. Il regarda à peine Irosheïma Gatlé. Ridicule insecte sur sa route. Il se concentra sur l'attitude à adopter. Il attrapa la main de la fille et l'embrassa élégamment.
_Si le soleil avait un peu de bon sens, il palirait devant pareille beauté. Comment se nomme cet astre charmant ?
_Je ne vois pas de quoi vous parlez ! s'écria-t-elle en retirant sa main avec dégoût. Mais je sais que vous n'êtes pas Vincent...
_Moi ? Bien sûr que non ! Et d'ailleurs, vous ne perdez pas au change.
Irosheïma serra son arme à s'en briser les jointures.
_Et bien, Gatlé ? Quelque chose ne va pas ?
_Tu étais mort ! Malade comme un chien d'après ce qu'on m'a dit.
_C'est vrai. Il est des inconvénients que je n'avais pas prévu à posséder le plus grand pouvoir au monde. Mais cet imbécile m'a donné l'occasion d'en profiter.
Vince l'attrapa au col violemment.
_Qu'est-ce que tu as fait de mon frère ?
_Ton frère ? dit-il calmement. C'est une charmante façon d'appeler un vulgaire clone qui n'a même pas été bien fabriqué. Et puis, prends garde à toi, l'ami. En voyant qu'on agresse le grand Joël Ikaru, tous les soldats de la ville vont arriver...
_ On ne nous voit pas !
_Ah oui ? Mais qui a jeté un sortilège d'invisibilité sur vous, vous pouvez me le dire ?
Soudain, il se laissa tomber par terre, comme affaibli.
_A l'aide ! cria-t-il. A...A l'aide ! Soldats !
Un g roupe de soldats sortirent d'une taverne proche. Ils étaient tous armés d'armes semblables à des mitraillettes grises et brillantes.
Vince voulut leur sauter dessus mais Irosheïma le retint.
_Arrête ! Ce sont des armes magiques qui contiennent de la magie féérique ! Un coup et ils nous pulvérisent tous !
Vince serra les dents tandis que Joël Ikaru se relevait.
_Arrêtez-les, messieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Mar 29 Jan 2008 - 14:06

La prison de la Cité était humide et infestée de rats. Dans leur cellule, Vince, Leya et Irosheïma attendaient dans un silence pesant.
_Où ont-ils emmené Mélina, Irosheïma ?
_Dans la prison Ofées, je suppose. Dommage, je commençais à bien l’aimer, cette petite créature.
_Ne parle pas comme si elle était morte ! hurla Leya en se levant, les larmes aux yeux.
Elle s’essuya rageusement les yeux du revers de sa manche. Vince, il faut faire quelque chose !
Mais Vince était trop concentré pour l’entendre.
« Vincent...Vincent...Où es-tu ? Je sais que tu peux m’entendre. Ce n’est pas possible que le lien qui nous unissait se soit complètement brisé. S’il te plaît ! Réponds...Ce lien, il était devenu si fort depuis quelques mois. Tu partirais vraiment ? Tu me laisserais seul ? Et papa ? Et Leya ? Tu l’aimes autant que moi ! Bon sang, Vincent, tu t’es bien rendu compte que l’amour qui nous unissait avait disparu depuis que tu es parti ! Tu sais, je me demande...si ce n’est pas toi qu’elle aime...Vincent...J’ai besoin de toi... »
Mais comme il n’y avait que le silence pour lui répondre, il donna un coup de poing coléreux dans le mur.
_Vince...
Il se tourna vers elle, l’air fou de rage. Puis, voyant son regard désespéré, il se détendit quelque peu.
_Tu as essayé de le joindre ?
_Oui. Sans succès. Je ne ressens même pas une étincelle de vie. Mais je sais qu’il ne peut pas être mort.
_Qu’est-ce qu’on peut faire ?
_Faire ? Je vais vous le dire, moi !
Ils se tournèrent tous d’un bloc vers l’origine de cette voix railleuse.
_Vous voulez retrouver votre ami et partir d’ici sains et saufs ? Alors il vous faut accepter la proposition que je vais vous faire.
_Quelle proposition ? demanda Irosheïma d’un ton étrangement résigné.
_Tu deviendrais enfin raisonnable, Gatlé ? Mes félicitations. Ma proposition tient en peu de mots : Libérer les fées de leur prison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Mar 29 Jan 2008 - 14:23

_Pourquoi voudrais-tu faire ça ? Tu es avec eux !
_Sache que je suis mon propre maître, Vince. De plus, je désires ne plus avoir besoin de la tutelle de ces dégénérés. Prendre le pouvoir si tu préfères. Et pour cela, je dois être le plus puissant. Or, ils possèdent le pouvoir féerique qui est plus grand que le mien. Donc...
_Tu veux libérer les fées.
_Je vois que tu as compris le syllogisme. Voyons si tu en comprends un autre : Les fées ne peuvent être libérées que par le Protecteur, or tu es ce Protecteur, donc...
_Tu as besoin de moi.
_Formidable ! Et si je te dis : J’ai besoin de toi, or j’ai quelqu’un que tu veux en mon pouvoir, donc...
_Je n’ai pas le choix.
Joël Ikaru sourit.
_Je vois que toi et moi, nous nous comprenons...

Quelque part dans le sombre château de la Cité, Cirus s’agenouilla derrière un trône d’ébène.
_J’ai suivi vos instructions à la lettre, Maître.
_Bien. Les dernières instructions que j’ai à te donner sont les suivantes : Si quelque chose tourne mal, ce sera toi et seulement toi l’instigateur de ce complot. Et si tu avoues que tu as été manipulé depuis le début, tu mourras à la seconde où ta bouche aura prononcé ces mots.
_Bien, Maître.
_Sais-tu pourquoi j’aime tant les clones, Cirus ?
_Non, Maître.
_Ils sont très faciles à manipuler. Malheureusement, c’est aussi un de leurs principaux défauts. N’importe qui peut prendre possession d’un clone pour le faire obéir. C’est pour cela que tu dois tuer Joël Ikaru dès maintenant. Il a eut un retour inattendu. Et c’est de ta faute si cela s’est produit.
_Pardon, maître.
_Ce n’est pas grave. Mais avant de le tuer, tu dois t’assurer que l’âme de mon clone reste attachée à la sienne et meurent avec elle. Je ne voudrais pas qu’il tombe entre les mains de mes ennemis.
_Et les autres, maître ?
_Les autres ? Pourquoi s’en préoccuper ? J’ai pompé bien assez d’énergie féerique pour les vaincre. Mais je m’occuperai d’eux plus tard. Lorsque mon grand projet sera accompli. Maintenant va ! Moi, je rentre chez moi pour finir ce que j’ai commencé. Et n’oublies pas, clone, si Cirus tente de révéler la vérité, tu le tueras et disparaîtras avec lui.
_Oui, maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Mer 6 Fév 2008 - 19:39

Sortir de la prison ne fut qu'une formalité. Ikaru fit apparaitre de nulle part des représentation conformes de chacun deux, qu'il laissa dans la prison pour berner les gardes. Il les rendit invisibles et ils sortirent sans encombre.
- Ne leur donnez ni à manger, ni à boire. Il ont besoin d'une bonne correction, dit Joël Ikaru en passant devant le garde chargé de les surveiller.
- Mais, messire... C'est contre le règlement...
- Obéîs !
Le garde s'inclina en tremblant.
Ikaru sourit d'un air mauvais. Maintenant, il allait laisser ces imbéciles prendre tous les risques...

Une forme se matérialisa devant la salle de garde de la prison Ofées... et se plaqua aussitôt contre le mur... Ikaru leur avait donné carte blanche pour agir. Ils ne savaient pas comment libérer les fées, et puis, pourquoi seul le protecteur pouvait les sauver ?se demanda Leya. Elle longea le mur et jeta un coup d'oeil à l'intérieur de la salle. S'il elle avait de la chance, elle serait vide. Sinon, ils perdraient un temps précieux... Elle serait en effet obligée de mettre les gardes hors d'état de nuire et ça risquait fort de ne pas passer inaperçu....
Vide.
Elle s'y glissa sans un bruit, sa profession de voleuse lui avait quand même apporté certaines petites choses... la discrètion, par exemple.


/hrp/ je dois partir, je continuerais plus tard /hrp/


Dernière édition par le Jeu 7 Fév 2008 - 23:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Jeu 7 Fév 2008 - 12:16

Jusqu'à présent, elle n'avait pas fait attention à la décoration de la salle. Pourtant, elle était assez singulière : un grand plan de la prison recouvrait la totalité d'un des quatre mur, dans chacune des prisons représentées, un petit trousseau de clé était suspendu par un clou. Sur la table ronronnait une machine à café, à quelques centimètres de deux ou trois biscuits à moitié dévorés. Une boite à pharmacie et un immense sac encombraient le plancher.
Mais le pire était la lampe. Quand Leya la vit, son coeur manqua un battement. Des fées. Trois fées mortes de fatigue battaient faiblement des ailes, enfermées dans un bocal transparent. Elles prodiguaient de la lumière, sans s'en rendre vraiment compte... Leurs ailes faisaient en effet voler un nuage de poussière d'une lumière dorée à chaque battement.
Dégoutée, Leya saisit le coupe ongle posé sur la table -à côté des biscuits- et tira la lime à ongle qu'elle introduisit dans une fente du bocal préalablement retourné.
Il s'ouvrit avec un petit "pop !". Leya serra les dents en vérifiant que personne ne l'aie entendue. C'était toujours par des détails comme ça qu'on se faisait prendre ! Elle inséra la main dans le bocal et en sortit les fées.
- Salut mes jolies ! Venez par ici...
Elle les glissa rapidement dans sa poche et tendit l'oreille. Un craquement. Elle s'avança rapidement et resta perplexe une seconde de trop devant le plan de la prison. Ne sachant pas quelle clé prendre, elle les saisit toutes... se retourna... la porte souvrit... Le garde pensait avoir vu la silhouette plaisante d'une jeune fille vétue d'une étrange ceinture, mais quand il y regarda à nouveau, elle n'était plus là.
Elle était déjà partie.


Dernière édition par La baronne Louise le Mer 26 Mar 2008 - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baronne Louise
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Here or there, it depend where the wind pull me...
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Leya, la voleuse de fées   Ven 22 Fév 2008 - 22:54

Elle se rematérialisa à quelques mètres d'une petite cabane. La décharge publique dégageait une assez forte odeur mais au moins, l'endroit était sûr.
Elle entra dans le cabanon. Aussitôt, Irosheïma se précipita sur elle.
- Alors, tu les a ? demanda-t-il précipitamment.
Pour seule réponse, Leya lui montra les clés. Il les saisit et les examina soigneusement.
Leya s'approcha de l'unique table et sorti délicatement les fées de sa poche.
- Celle-là devrait ouvrir la salle de Tortiure... Ah ! Par la magie des fées !
- Qu'est ce qu'il y a ?
Irosheïma observa méticuleusement une des clés.
- C'est... Cette clés... Il n'y a pas de doute possible ! C'est la clés qui ouvre l'atelier des coupes-ailes !!!
-Oh ! Leya sembla déçue. Rien que ça !
- Comment rien que ça !! On voit bien que tu n'est pas d'ici ! Personne n'a jamais vu l'atelier des coupes-ailes ! Je parie que personne n'a même jamais effleuré cette clés depuis au moins...
- Oui, bon ! Mais ça ne nous aidera pas a sauver Mélina !! Repose cette clés, elle ne nous servira à rien !
Irosheïma sembla partager entre le désir de ne pas provoquer une nouvelle crise de colère chez Leya et celui de récupérer la clés.
Il abdiqua finalement tout en se promettant de la subtiliser à la première occasion.
Mélina soupira et se laissa tomber dans le vieux sofa défraichit.
Quelques instants plus tard, Vince entra avec grand fracas. Leya se leva d'uun bond et se précipita sur lui.
- Vince !
- Alors, il était comment, se repérage des lieux ? demanda Irosheïma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophélie
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Perdue sur la mer des mots et heureuse de l'être
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Leya, voleuse de fées   Mar 26 Fév 2008 - 16:52

Vince ne répondit rien. Il s'assit où il put et soupira pronfondément en fermant les yeux.
_Je vais le tuer, dit-il enfin.
_Ikaru ?
_Ce que tu peux être suceptible ! s'exclama l'intéressé en entrant à son tour.
_Leya, fais-le taire où je le pulvérise ! s'écria Vince en se levant d'un bond. Mais alors qu'il empoignait Ikaru, Vince vit briller une lueur au fond de ses yeux.
_Laisse-moi lui parler ! menaça-t-il.
_Désolé, il en sait un peu trop pour que je le laisse refaire surface. Et puis, tu as tort de t'énerver. Lui a déjà compris qu'il était inutile de lutter. Il est bien sage au fond de sa coquille.
Vince jura et le lâcha.
_Dis-moi qu'il va bien. C'est tout ce qui m'importe.
_Qu'est-ce que tu en penses, le clone ? Tu vas bien ? dit-il tout haut afin d'éprouver Vince une fois de plus. Il dit qu'il faut que tu lui fasse confiance.
_Ce n'est pas à lui que je ne fais pas confiance.
_Personne n'a répondu à ma question, fit remarquer Irosheïma.
_Il y a des soldats un peu partout. Ils cherchent cet imbécile, commenta Vince.
_Oui, dit Joël Ikaru en se renfrognant. C'est regrettable. Je me demande comment ils savent que jeprépare quelque chose...
_Moi, ça ne m'étonne pas tellement, dit Leya. Tu sens le traître à vingt lieues !

Quelque part, une âme fatiguée luttait dans un monde chaotique. Elle s'étendit dans le vide autour de lui. Il flottait dans cette dimension depuis si longtemps et elle lui pompait tant d'énergie qu'il avait eu du mal à répondre à Joël. Ce que Joël ne savait pas, c'est qu'il avait un avantage sur lui en étant prisonnier ici. Il cherchait quelque chose. Après un moment, il l'aperçut. Elle était toute petite et recroquevillée sur elle-même. Elle pleurait. Il s'approcha. Comme il l'avait prévu, Joël ne ressentait pas la chose. Il pouvait parler avec elle sans que Joël le sache. Il eut du mal à voir les contours du souvenir depuis longtemps oublié. Il tendit la main et la chose recula, paniquée.
_Chut, calme-toi...
Il parlait doucement, avec tendresse. Dans ce monde, tout était mis à nu. La façade que Joël avait créée devant lui s'était ouverte pour le laisser passer. Il visitait l'âme de Joël. La seule. La vraie. Il prit la chose dans ses bras. Elle cessa de pleurer.
_C'est fini, Joël, murmura-t-il.
_J'ai si peur, dit-elle.
_Je sais, mais ce sera bientôt fini.
_Il m'a oublié.
_Il se souviendra bientôt de toi. Je te le promet. Mais il faut que je vérifie si tu es ce que je pense...
_Je suis...son Coeur...
Et dans la grande étendue noircie par des années de douleur et de combats, deux silhouettes mises à nu reprenaient confiance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leya, la voleuse de fées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Leya, la voleuse de fées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Maelya [Pirate, voleuse & Assassin]
» Eleys [Voleuse et aventurière]
» Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge
» *. Kyra Nïran [Assassin, voleuse]
» Elvira Dommein, Voleuse/Assassine à la retraite[Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Héroic-Fantasy RP :: Les histoires. :: Histoires Héroic Fantasy-
Sauter vers: