Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement. A vous de continuer l'histoire...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Histoire de Sholtan (mon livre n'a pas encore de titre...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sholtan
Dragon nouveau-né
avatar

Nombre de messages : 49
Age : 25
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Histoire de Sholtan (mon livre n'a pas encore de titre...)   Mer 7 Mar 2007 - 23:23

Ce n'est qu'un début, mais c'est un petit livre que j'ai commencé, je vous donnerai la suite dès qu'elle est écrite.

Chapitre 1 :
Les demandes d’un vieux roi

Ce matin, vers les temps de la saison froide, je fus réveillé par l’un des gardes du château, le roi voulait me voir et je savais que ce n’était pas pour rien. Je me levai de mon lit et me dirigeai vers ma table qui était placée près de la fenêtre, de sorte que je puisse lire sous les rayons de soleil. J’y trouvai ma tunique noire, ma ceinture d’armes, mon pantalon gris et mes bottes de cuivre. En m’habillant, je fixai le soleil levant qui bombait les montagnes lointaines de ses rayons réconfortants. Lorsque je fus enfin prêt, je sortis de ma chambre et me laissai conduire par le garde dans les couloirs du château où j’avais vécu toute ma vie.

Le soldat s’arrêta devant, une large porte de bois que je décidai de franchir après quelques secondes d’hésitation. Le roi Turiel m’attendait, assis sur son trône, le sceptre royal à la main. Il avait coiffé sa couronne et portait sa grande cape rouge et sa tunique noire. Les rides et sa barbe blanche laissaient deviner qu’il avait déjà plusieurs années derrière lui et ses larges bras montraient sa force des temps anciens ou il pouvait encore manier l’épée. J’avançai d’un pas lent et noble en regardant partout autour de moi. Le plancher composé de dalles noires et blanches me faisait penser à un large jeu d’échec sur lequel je n’étais qu’un vulgaire pion et les larges fenêtres me faisaient penser à celles qu’on trouve dans une église. Les murs étaient décorés de toiles et d’épées ayant appartenu à d’anciens généraux. Je posai un genou par terre en baissant le regard. Le roi passa ses yeux bleus sur mon corps en entier en inspectant chaque recoin de ma personne, puis il entama la discussion.

- Will, tu as été un brave soldat et un loyal sujet durant toutes ces années de service, mais il semblerait que je me doive d’abuser une fois de plus de ta loyauté…

Toujours gardant la tête baissée je lui répondis avec calme, même si je n’avais pas vraiment envie de s’avoir dans quel genre de plan il m’embarquait cette fois…

- Dites-moi ce que je dois faire et j’accomplirai la tâche sans délai, mon roi.
- Ce ne sera pas tâche facile…

Je ne pus m’empêcher de sourire et de relever le regard cette fois, le roi grimaça devant ma témérité, mais s’il avait tant besoin de moi, il ne pouvait pas me faire quoi que ce soi, du moin pas avant d’avoir accompli cette tâche qu’il voulait me remettre. Je passai ma main dans mes cheveux bruns pour enlever quelques mèches rebelles de mon visage et ainsi pouvoir fixer mon roi sans problème de mes yeux verts perçants.

- Ne suis-je pas un homme de confiance?
- Il n’est pas question de confiance Will, mais de force, d’intelligence.
- Venez en droit au but que je puisse savoir dans quelle situation je me trouve…

Encore une fois, sire Turiel grimaça devant mon manque de doigté.

D’habitude je n’avais aucun problème à m’exprimer sans être trop impoli, mais je voulais savoir ce qui s’annonçait pour moi, je voulais pouvoir me préparer le plus tôt possible. Le roi me fit signe de me lever, ce que je fis sans tarder. Je gardai, cette fois, la tête haute et le dos droit, je voulais montrer que j’étais fière de pouvoir rendre service à mon maître. Certes j’étais fière, mais pas nécessairement heureux, cela faisait plusieurs années que la guerre ne faisait que continuer sans cesse. Moi je voulais une vie près de ma femme et de mes enfants dans ma ferme, mais étant un soldat du roi, je devais vivre au château pour assurer sa protection. Pendant ce temps le plus vieux de mes fils faisait l’homme de la maison, je ne l’avais même pas vue grandir, ni lui ni ses frères et sœurs et il m’était bien rare d’avoir quelques moments seuls avec ma femme bien-aimée… C’était des moments difficiles pour moi, mais je ne pouvais pas tout arrêter, j’en avais fait trop pour tout stopper maintenant. Je devais rester fort, montrer que je pouvais continuer, montrer que je voulais toujours servir, montrer que je voulais stopper cette guerre par tous les moyens qui m’étaient donnés, mais surtout, je devais montrer que je pouvais la stopper. Je soutins le regard de Turiel de mes grands yeux en attendant les détails sur cette mission qui m’était donnée.

- Je t’envoie, toi et tes hommes, à Klironareth.

Je tentai d’étouffer quelques paroles désobligeantes que j’étais sur le point de crier et opta pour un ton plus calme, plus serin.

- Mon roi… Klironareth est un endroit hostile, aucun régiment n’a jamais passé au travers de cette citée maudite.
- Tes hommes eux passeront. Will, tu es mon soldat le plus prometteur et tu trouves toujours un moyen de réussir.
- Ça, c’est parce qu’on me donnait des missions possibles à accomplir.
- Will, tu me manques de respect devant ma garde royale.

Je détournai le regard pour remarquer que nous étions entourés des soldats royaux qui portaient tous leurs mains à la garde de leur épée, de sorte à me sortir d’ici par la force dés que Turiel donnera le signal.

- Je ne vous manque pas de respect, mon roi, je suis tout simplement réaliste. Mes hommes ont des familles, je ne peux les envoyer là-bas en sachant qu’ils risquent dix fois plus leurs vies dans cette seul et unique mission que dans toutes les précédentes réunies ensembles.
- Puisque je te dis que tu réussiras…
- Réussiras après quoi, après la perte de tous mes hommes?

Turiel soupira en portant sa main vers son visage. Il se frotta longuement les yeux avant de reprendre la parole.

- Je deviens vieux, Will… et je crains que je ne voie jamais la fin de cette guerre…

Bon, maintenant le vieil homme tentait de m’amadouer… Je m’approchai de lui en le dardant de mon regard. Lorsqu’assez près de lui, je déposai ma main sur son avant-bras et baisai le regard.

- Je sais que vous voulez autant ou même plus que moi arrêter les combats, mais envoyer des hommes vers une mort certaine n’est pas raisonnable…

Le roi me releva la tête en poussant sa main sous mon menton.

- Au moin, viens dans ma salle des plans ce soir et écoute ma stratégie, ensuite tu prendras une décision.

Je soupirai et acceptai d’un simple mouvement de tête puis, je tournai le dos à mon maître et me dirigeai vers la porte géante. Je la poussai avec force et marchai dans les nombreux couloirs pour me diriger vers la salle de rencontre, un endroit où mes hommes passaient une grande partie de leur temps libre. Il était encore de tôt et mes hommes dormaient de pied ferme, alors j’attendis en m’asseyant sur une chaise confortablement en croisant les bras. L’endroit était calme, mais quand mes hommes y étaient, cette pièce devenait une véritable taverne. Il y avait deux grandes tables de bois avec assez de chaises pour tout le monde et un grand espace au milieu pour laisser les gens circuler sans difficultés. Les heures passèrent et je pus enfin entendre mes hommes discuter dans les couloirs en se rapprochant de la salle où je me tenais seul. En me voyant assis les bras croisés, la majorité d’entre eux s’assirent sans plus attendre et me fixèrent, sachant que je n’étais pas porteur de bonnes nouvelles. Ce fut Kurox qui parla pour les autres.

- Que se passe-t-il, Will?

Ce guerrier aux longs cheveux roux et à la légère barbe était, d’après moi, le plus sage de tous les soldats. Bien que plus grand que la moyenne des hommes et possédant une force presque divine, il était tendre et sensible. Il préférait les combats politiques de loin comparés à des combats à l’épée, mais s’il devait se battre, il le faisait avec force et rage. Il portait notre tunique noire habituelle et les pantalons gris que tous portaient sans exception, mais il ne portait pas de ceinture d’armes. Au lieu, il portait une large hache dans son dos. Étant issue d’une tribu barbare, la hache était son arme favorite et il la maniait comme un dieu. Je ne savais pas vraiment pourquoi ce guerrier c’était joint à notre ordre, était-ce pour protéger ceux qu’il aimait, parce qu’il fut envoyé de force par ces confrères barbares qui ne voulaient plus de lui, sa famille qui pensait qu’il méritait une plus belle vie? Je ne le savais pas et Kurox n’en parlait jamais. Il disait que son passé était une chose qu’il regrettait et que maintenant c’était nous sa vraie famille. Je me levai pour parler à toute cette assemblée de soldats vêtus de noir avec une voie forte et autoritaire.

- Il semble que le roi est de nouveaux projets pour nous Messieurs.

Les soldats levèrent les bras en l’air en poussant de grands cris de guerre. Chaque mission pour eux était une chance de se rapprocher de la fin de la guerre, ils étaient donc impactant d’en recevoir une nouvelle.


- Où partons-nous? Demanda Kurox avec un large sourire aux lèvres.
- Nous partons vers Klironareth…

Tout le monde arrêta de de faire le moindre bruit. Mes hommes me fixèrent de travers, Kurox s’approcha de moi et s’arrêta juste devant moi. Je dus lever les yeux pour fixer sans problème le géant roux.

- Klironareth… mais tu es fou, personne ne s’est jamais même rendu jusqu’à cette citée!
- Je peux toujours refuser…
- Qu’arrivera-t-il ensuite?
- Le roi trouvera sûrement un autre groupe de soldats à envoyer…

Je sentis la rage monter dans le corps entier de mon ami. Je plaçai une main amicale sur son épaule pour le calmer, mais d’un mouvement sec il se défit de ma main.

- Qu’est-ce que ça changera? Il y aura toujours autant de morts! Ça ne change rien qui on envoie, le scénario est le même !
- Alors que veux-tu faires? Tu veux qu’on y aille ou pas?

Kurox tourna le regard vers nos frères d’armes. D’un signe de la tête, les plus vieux lui dirent qu’ils étaient prêts à une telle mission, mais les plus jeunes, eux, semblaient effrayés, figés…

- Bon… nous partons, mais seulement avec les plus vieux, je ne veux pas voir mes frères les plus jeunes tomber au combat, ils ont encore une vie devant eux.
- Je comprends et je respecterai cette demande.

J’entendis alors quelques plaintes. Malgré leurs peurs, les plus jeunes avaient de la fierté. Ils voulaient participer, mais ils savaient que je ne changerais pas d’avis, Kurox avait raison, ils avaient une vie devant eux. La majorité d’entre nous approchaient la quarantaine, nous avions déjà vécu une grande partie de notre vie, les autres avaient encore plusieurs choses à accomplir. De toute façon, ils auront une autre chance de prouver leurs valeurs. Je m’éloignai de Kurox pour me diriger vers les autres soldats qui me laissèrent libre passage sans plus attendre.


- Ce soir je parlerai avec Turiel de sa stratégie. Pour le moment, je veux voir tout le monde dans la cour, je veux que mes hommes soient en forme pour cette mission.

Sans le moindre mot, la grande assemblée de soldats marcha dans les nombreux corridors de pierre pour se rendre dans la cour, là où les entraînements avaient lieu.

Dans la cour se trouvaient plusieurs pantins de bois et de paille pour y pratiquer son bras, des cibles pour l’arc et un cercle dans le sable, pour les combats un contre un. Comme à l’habitude Kurox se tenait au milieu du cercle, défiant chacun de ses frères d’armes en combat singulier. Le premier à relever le défi fut Brakan. C’était un jeune garçon, maigre et de taille moyenne. Le jeune soldat avait les cheveux blonds très courts, il préférait se battre sans les avoir dans le visage. Brakan était un soldat silencieux, calme et il se battait avec sa vitesse plutôt qu’avec la force de ses bras, mais depuis que j’avais annoncé que les plus jeunes ne partaient pas en mission, une nouvelle flamme brillait dans son regard, je n’y portai pas trop attention et vint plutôt m’approcher pour mieu voir le combat.

Brakan dégaina son épée d’un coup sec et la fit tournoyer dans sa main en tournant autour de son adversaire comme un lion affamé. Kurox serra les mains sur sa hache et suivant le jeune soldat des yeux, puis dans un cri de rage il frappa à la verticale dans sa direction. Brakan évita le coup avec souplesse et profita du moment ou la hache de Kurox était plantée au sol pour l’attaquer. Étant un dans un combat amical, il ne fit qu’effleurer le bras du barbare géant, ce fut assez pour lui arracher une plainte sourde. Le géant leva son arme de terre et tenta de frapper Brakan en pleine poitrine avec le manche de sa hache. Le plus jeune, étant plus rapide, se baissa et frappa le barbare en plein ventre avec le pommeau de son épée. Kurox s’étouffa sous le coup qui n’avait pas été très puissant, mais qui avait été très bien placé. Le géant était fort, mais le petit soldat était rapide et il frappait aux bons endroits. La seule façon de le battre était de le surprendre. Le soldat roux laissa tomber sa hache et attrapa Brakan par le collet, sa réaction fut telle que prévue. Le soldat blond fut si surpris, qu’il n’avait pas eu le temps de bouger. Le barbare le lança au bout de ses bras et Brakan alla s’effondrer dans une des cibles de tirs à l’arc. Le jeune garçon se releva avec un peu de paille sur la tunique, il ramassa son épée au sol et chargea Kurox à pleine vitesse. Le soldat blond bondit dans les airs et frappa ses pieds sur le torse de Kurox, comme s’il courait sur un mur, puis avec la force de ses jambes, il poussa si fort qu’il projeta le soldat roux sur le dos. Le jeune guerrier effectua une pirouette en l’air et retomba habilement sur ses pieds sous les acclamations de ses frères d’armes. Kurox me fixa rouge de honte, j’allai l’aider à se relever et lui assena une grande claque amicale dans le dos.

- Nous ne pouvons pas rester invaincus à jamais mon frère…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Histoire de Sholtan (mon livre n'a pas encore de titre...)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Annales de la compagnie noire
» [HRP] RP dans les RR
» [Livre] Histoire de la Magie, par Bathilda Tourdesac
» Livre 14 : Les objets légendaires des Mines de la Moria
» Avatar Livre IV : La Légende de Korra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Héroic-Fantasy RP :: Les histoires. :: Histoires Héroic Fantasy-
Sauter vers: