Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement. A vous de continuer l'histoire...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le 1er chapitrez de mon livre "En Enfer"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le metaleux
Oeuf de dragon
avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: Le 1er chapitrez de mon livre "En Enfer"   Mer 21 Fév 2007 - 15:50

ce n'est qu'un début...






Chapitre Premier



Toute la cour observait Braam d’un œil attendrit, impatient, ou moqueur. Celui-ci leva les yeux et vit le roi des terres d’Orin, Bralshâk, avec son long manteau rouge sombre et vert lui tendre son épée et la déposer sur le plus haut de ses vertèbres.
- Je jure allégeance a mon roi.
- « Je jure allégeance a mon roi », répéta Braam.
- Par le sang, la pauvreté et la fidélité je jure de servir mon roi.
Braam répéta à nouveau d’une voix tremblante.
- Je ne contesterai aucun ordre provenant de mon roi.
- « Je ne contesterai aucun ordre provenant de mon roi. »
- Je sert les terres d’Orin.
- « Je sert les terres d’Orin. »
- Tu vas maintenant me prouver fidélité par le sang.
Le roi tendit la longue et superbe épée qu’il tenait à la main à Braam qui s’en saisit.
- Je prouve fidélité par le sang, dit-il.
Il éleva l’épée et coupa délicatement et lentement la longueur de son ventre.
Du sang coula et tacha le sol de pierres grisâtres. Ses mains se portèrent vers la plaie et il y plaça le tissu propre que le roi lui tendait. Sa blancheur fut rapidement balafré d’une épaisse et longue trace rouge.
- Tu est maintenant mon chevalier, Sire Braam, dit le roi Bralshâk avec un sourire.
- Merci, souffla Braam.
Au milieu des applaudissements enthousiastes de la cour, le roi chuchota à l’oreille de Braam.
- Je vais vous faire venir un médecin puis nous procéderons aux offrandes.
- Bien .
Un vieil homme arriva et emmena Braam à l’écart de la court puis pansa le jeune chevalier. Ensuite, le roi amena Braam dans une grande salle où quelques gens que Braam avait vu au château mais à qui il n’avait jamais eu l’honneur de parler l’attendaient . Ceux-ci vinrent saluer le jeune homme pendant que le roi les présentaient.
- Le Ryue Maffor , chef de la maison du rang, dit Bralshâk alors qu’un homme entre deux âges s’avançait et lui serrait la main.
Le Ryue était l’homme qui s’occupait de l’instruction magique et mystique des hommes, dans la maison du rang . Peu nombreux étaient les hommes tentés par la magie car les sacrifices pour la pratiquer étaient grands : la perte d’un bras, la chasteté et une espérance de vie beaucoup plus courte que celle des gens qui ne pratiquaient pas la magie. Ces trois sacrifices assuraient néanmoins selon les dires des maîtres de la magie , les Ryues, une place dans un monde après la mort où tout n’était que perfection.
- Je me suis permis de vous amener un présent, dit Le Ryue Maffor, qui titubait quelque peu, car il lui manquait son bras gauche.
- Je vous remercie, dit ploiement Braam.
Deux jeunes hommes entrèrent dans la pièce portant un magnifique armure d’acier. Braam resta sans voix devant le présent de Le Ryue Maffor.
- Je t’offre ce présent au nom de la maison du rang, dit il.
- Je remercierai la maison du rang de la plus chaleureuse façon que je pourrai.
- La meilleure façon qu’il soit de remercier la maison du rang est d’en faire partie.
- J’y réfléchirai, dit Braam en feignant d’être enthousiaste.
Une deuxième homme s’approcha de Braam. Il était plus Jeune que le Ryue, et avait un certaine classe. Ses cheveux bruns étaient coupés mi longs, son front était assez haut, creusé par deux rides profonde qui surmontaient ses yeux marrons. Son nez était fin et entouré de deux pommettes hautes et pâles. Un petit bouc entourait ses lèvres pincées mais ses joues étaient dénuées de poils.
Il tendit sa main à Braam qui la serra. Il se rendit compte que la poigne de l’homme qu’il avait devant lui était particulièrement forte.
- Capitaine Maurbar, je serai votre commandant dans vos missions et c’est à moi que vous ferez vos rapports que je transmettrai à sa majesté.
- Bonjour capitaine, dit Braam.
- Etant votre capitaine, j’ai pensé que se cadeau vous serrait utile.
Il sorti d’un grand sac de toile un grand arc et un carquois.
- L’arc est d’if et la corde est puissante. C’est un très bon arc.
- Je ne sait comment vous remercier, répondit Braam. De plus mon arc est cassé et j’avais l’intention - mais pas les moyens – d’en acheter un autre. Je vous suis vraiment reconnaissant.
- Ce n’est rien, assura Maurbar en serrant de nouveau la main de Braam. Je vous souhaite la bienvenue dans l’ordre des chevalier d’Orin.
Le capitaine alla rejoindre le Ryue et le troisième des quatre personnes qui s’avança était plus vieux que les deux précédants.
- Bonjour à toi, je suis ce que certains appellent un sage et je n’ai d’autres offrandes pour toi que cette bourse bien peu garnie.
- Je n’en réclame pas d’autres, l’assura Braam. Cependant j’aimerai connaître ton nom.
- Bien sur, à quoi pensai-je. J’ai plusieurs noms mais celui sous lequel je suis connu ici est vieux radoteur – il se retourna vers le roi – ou Branselback.
- Et bien, maître Branselback, sache qu’un chevalier prend toujours garde aux avertissements ou aux conseils des sages.
Branselback tendit une bourse à Braam. Celui-ci la soupesa et se rendit compte qu’il n’avait jamais eu autant d’argent en sa possession.
- Et bien maître, dit le jeune chevalier, tu as du te tromper de bourse car tu m’as dit que celle qui m’es destiné était bien peu remplie.
- Tu es beaucoup trop poli, dit le vieil homme avec un sourire. Cette bourse t’es destinée.
- Je vous en remercie de tout cœur, répondit Braam
- Si je peu me permettre…
- Oui ?
- Que vas tu acheter avec cet argent ?
Braam réfléchit un instant et dit finalement qu’il allait probablement s’acheter un destrier car sa bête de somme ne lui suffirai plus.
- Si je peu me permettre, dit la dernière personne qui désirait parler à Braam.
Celui-ci se retourna et vit une superbe femme, richement vêtue s’approcher de lui. Elle avait de long cheveux longs et roux détachés qui ne couvraient pas son petit front qui surmontait de beaux, profonds et intrigants yeux marrons.
- Je m’appelle Varia et je suis une sorcière.
- Je croyais que la magie était réservé aux hommes. N’est-ce pas ?
- La magie oui, mais la sorcellerie n’est pas réservé aux hommes et nous ne devons pas faire de sacrifice. J’ai mes quatre membres, je ne suis pas vierge et je vivrai probablement aussi longtemps que toi.
Le Ryue Maffor fit une grimace.
- Et… En quoi consiste la sorcellerie ? demanda Braam vraiment intéressé.
- Un sorcier connais l’art de concevoir des posions qui ont diverses pouvoirs, sait se servir des plante, maîtrise la métamorphose animale et les plus puissants sorciers arrivent a distinguer le mensonge. C’est mon cas.
Braam était très impressionné par la jeune femme. Il remarqua les lèvres de la jeune femme. Elles étaient rouge vif, épaisses et d’elles émanaient en quelque sorte un mystère que Braam ne pu éclairer. Il lui demanda si, s’il le voulait, il pouvait devenir sorcier.
- Non, rétorqua elle radicalement. Il faut avoir suivit une formation dans une université pendant dix années durant lesquelles il faut travailler très dur et seul une dizaine de sorcier achèvent leur formation. Mais si j’ai interrompu ta discussion avec maître Branselback c’est évidemment pour t’éviter la bêtise d’acheter un destrier car c’est le cadeau que je te fait.
- Vraiment ? dit Braam pantois. Je ne puis accepter votre cadeau car il est d’une valeur trop importante.
- Je te rassure, je ne paye pas ton destrier avec ma fortune, dit Varia relevant son étroit menton, tout comme le Ryue Maffor a payé ton armure avec la fortune de l’ordre de la maison du rang, tout comme Maître Branselback t’as donné une bourse du l’ordre des sages, tout comme le capitaine Maurbar a payé ton arc avec les sous de l’ordre des chevaliers.
- Et bien, en plus de vous remercier je remercie vos ordres respectifs pour ces magnifiques présents.
- Sortons visiter les jardins, proposa le roi. Ainsi, chacun pourra faire plus ample connaissance avec toi, et toi avec eux.
- Bien, acquiesça Braam.
Tous les six quittèrent la pièce et sortir dehors où le soleil brillait. Un grand et fort destrier les y attendaient.
- Voici mon cadeau, dit Varia.
La jument avait l’œil vif et impulsif mais elle resta néanmoins très calme à l’approche du Braam, qui passa sa main dans son épaisse crinière.
- Allons nous promener, dit le roi.
Braam prit la bride de son cheval et suivit les autres.
- Quand aura lieu ma première mission ? demanda le jeune chevalier.
- Très prochainement je vous assure, réplique le roi. Certainement plus tôt que vous ne le pensez.
Ils marchèrent un instant avant de rentrer dans la petite forêt du roi.
Soudain, une flèche siffla et alla se planter dans un tronc, à côté du roi.
- Baissez vous ! ordonna Braam.
Le roi se coucha à terre juste à temps pour éviter une seconde flèche qui provenait d’un bosquet sombre.
Braam couru en sa direction et plongea sur la terre sèche juste à temps pour éviter une nouvelle flèche. Il se dégaina son épée et rampa en direction du bosquet. Lorsqu’il y fut, un petite créature l’attaqua avec un couteau mai il faisait trop sombre pour voir de quoi il s’agissait. Mais Braam fut sur que cette chose avait quatre membres. Il reçu le couteau de son adversaire dans la cuisse il attaqua droit devant lui mais la pointe de l’épée ne rencontra que de la végétation.
La créature se mit à courir avec toute la force de ses petite jambes et Braam, qui boitait ne put la poursuivre. Il rengaina son épée et encocha une flèche sur son arc qu’il banda. La créature était à contre jour, et il ne voyait toujours pas clairement son agresseur.
- Non ! hurla Branselback alors que la flèche partait.
Cependant, sa flèche ne toucha pas la chose et celle-ci se dirigea en courant en direction du roi. Elle sorti son couteau et s’apprêta à l’abattre sur Bralshâk.
Mais le couteau ne l’attend pas car un chien venait d’attraper le poignet de la chose dans sa gueule. Braam s’approcha et découvrit que son ennemi était un enfant d’une dizaine d’années.
- Qui es-tu ? demanda Braam.





Alors,vous voulez la suite?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ëmmelinä
Dragon de la Génèse
avatar

Nombre de messages : 1721
Localisation : a côté de Nîmes
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: Re: Le 1er chapitrez de mon livre "En Enfer"   Sam 24 Fév 2007 - 5:09

Mmmm... alors, avant de répondre à ta question, j'aimerais éclairer quelques point qui restent obscures...
Bien, alors ton personage a l'air d'être quelqu'un d'important, mais il n'en est nullement fait mention, un simple chevalier recevrait-il autant de présents ? Cela laisse une impression de facilitée déconcertante. Comme ci l'écrivain, toi en l'occurence, s'était arrangé pour que son héros commence l'histoire avec un équipement... "trop complet".
Ensuite, le sage. Je crois que dans tout les monde héroic fantasy, les sages, ou anciens, ou quelque soit le nom qui leur soit donné, avaient le droit a un respect profond. Et malgré l'habile politesse de ton héros, il tutoie un sage qu'il ne connais même pas. Sans compter que ton héros fait partit de l'entourage du roi.
Et le héros, parlons en. Est ce un niais ? Bon, ok, répétition des mots d'allégeance, soit. Mais après, les dialogues, excuses moi de le dire, tournent un peu au ridicule. Nous avons le droit a nouveau a une forte simplicitée d'écriture, je connaissais la réplique de chacune des personnes avant de les avoir lues. Bon, je suis peut être un peu dur, mais des trucs comme:

Citation :
- Tu est maintenant mon chevalier, Sire Braam, dit le roi Bralshâk avec un sourire.
- Merci, souffla Braam.
Au milieu des applaudissements enthousiastes de la cour, le roi chuchota à l’oreille de Braam.
- Je vais vous faire venir un médecin puis nous procéderons aux offrandes.
- Bien .

me laisse penser que ton héros est un peu niais. "Merci", "bien"... Imagines toi à sa place, à la cour du roi. Ce dernier te dit: "Tu est maintenant mon chevalier, Sire Braam". Tu ne vas tout de même pas lui répondre un simple "Merci". Il devrait plutôt dire: "C'est un immense honneur votre majesté." ou une chose dans ce gout là.
Quant à la deuxième réplique, il n'était pas nécessaire de faire parler le nouveau chevalier, tu aurais pu dire autrement dans la narration: "Le nouveau chevalier baissa la tête en signe de respect et de gratitude et s'éloigna à reculons. Puis un vieil homme arriva etc etc etc..."
Bon, pour la scène d'action finale, je la trouve un peu brouillon: que faisait le chien à cet endroit, pourquoi est ce braam qui pose la question "qui es tu ?" alors qu'il est sencé être loin de l'enfant (pour avoir utiliser son arc). Bref, tout un tas d'incohérence qui font que je ne suis pas sur que tu ais bien imaginée ou bien retranscrit ta scène.

Bien, en relisant un peu, j'ai retrouver un autre problème: le pourpre est une espèce d'étoffe violette si je ne m'abuse, donc: "Sa blancheur fut rapidement balafré d’une épaisse et longue trace rouge" ça passe pas.

Bon, pour conclure, il y a, sinon de l'originalitée, au moins des idées. Malheureusement, ton style d'écriture nique un peu tout (pour ne rien te cacher). Bon, je ne vais pas non plus te cacher que pour règler ça, il n'y a pas de secrets, tu dois écrire et lire d'avantage pour arriver a comprendre toute les finesses d'une bonne écriture et ainsi, creer ton propre style. Cepandant, je perçois également un léger baclage, en effet, j'ai pu m'apercevoir qu'après avoir tapper un texte comme ça, tu ne t'es même pas relu ou alors partiellement. Parce qu'il y a des erreurs de syntaxe très régulière et notemment dans la dernière partie: "Il reçu le couteau de son adversaire dans la cuisse il attaqua droit devant lui mais la pointe de l’épée ne rencontra que de la végétation". Hormis ça, l'orthographe est correcte, mais tu pourrais tout de même y apporter plus d'efforts, passes le sous un correcteur d'orthgraphe comme Word ou Works si possible.
Voila, ceci n'est que mon humble avis, donc je ne répondrais pas à ta question, je te laisses le choix de continuer ton histoire ou bien de la reprendre.

_________________
Lovecraft... Bienvenue dans un monde ou la raison laisse sa place à la folie pure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.planet-tekno.com
Le metaleux
Oeuf de dragon
avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: Re: Le 1er chapitrez de mon livre "En Enfer"   Sam 24 Fév 2007 - 11:22

Merci pour ta réponse: même sévere sa me fais plaisir. Il y a ceoandant deux de tes remarques que je peux... éclaircir:
Le tutoiment:
J'ai choisit de créer un univers où tous se tutoyent (je ne sais pas d'ailleur si j'ai fais le bon choix et peux être que je vais changer cela...)
Le chien:
C'est en fait Varia comme on le découvre dans le chapitre 3. Comme elle le dit, elle maitrise la méthamorphose animale.
Il est vrai par contre que je devrai rvoir certains dialogues....
Merci de tous tes précieux conseils!

J'ai donc changé certaine répliques naïves. Les cadeau finalement (c'est vrai que l'armure et le destrier étaient un peu trop... "grandioses")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ëmmelinä
Dragon de la Génèse
avatar

Nombre de messages : 1721
Localisation : a côté de Nîmes
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: Re: Le 1er chapitrez de mon livre "En Enfer"   Sam 24 Fév 2007 - 18:12

Ouais, je veux bien voir la version corrigée si tu as la foi de la retranscrire par clavier.

_________________
Lovecraft... Bienvenue dans un monde ou la raison laisse sa place à la folie pure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.planet-tekno.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le 1er chapitrez de mon livre "En Enfer"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le 1er chapitrez de mon livre "En Enfer"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brezilyen fòme yon "Brigad Desalin" pou ede peyizan ayisyen plante.
» Le" j'accuse "de Fidel par Vernet Larose
» "little kiki", you represent the future of haiti !!!!!
» Une "mi-temps" ?
» " PRESSE TELEGUIDE" BRAVO!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Héroic-Fantasy RP :: Les histoires. :: Histoires Héroic Fantasy-
Sauter vers: