Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement. A vous de continuer l'histoire...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La guerre des nations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
WitchKing
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 27
Date d'inscription : 13/12/2005

MessageSujet: La guerre des nations   Ven 8 Déc 2006 - 3:48

Prélude:
Quatre cent ans. Quatre cent ans que cette guerre a durée. De mémoire d'homme, personne ne se rappel comment tout cela à vraiment commencé, mais une chose est sûr: c'est que tout cela à commencé un peu plus de 15 ans après l'institution de l'Empire terrien. À cette époque je n'était qu'un jeune soldat en quête d'aventure et d'une planète où je pourais vivre après mon service militaire. J'était un médecin de la 501e division aérospatial et rien n'aurait pu entacher mon courage sans faille. Jusqu'à ce qu'on tombe sur eux. Il devait bien avoir mille ans s'avance technologique sur nous et ce jour là, tous, nous avons apprit à se méfier d'eux, car ils nous ont exterminés. Le modèle le plus performant de notre flotte n'as pas eut l'ombre d'une chance contre une division entière des leurs. Je fut l'un de ceux qu'on appel aujourd'hui "Miraculés de Mesterr". Nous étions 974 à bord du Mesterr et seulement 32 ont survécu. Maintenent, nous combattons contre ce qui se fait appeler: Union d'Amaris.

Ce fut là la dernière page écrite par le colonel Vladimir Karbanutsh avant son décès à l'hôpital militaire de la base Echo de la planète Tricon. Il fut le dernier survivant du vaisseau Mesterr, de Russie, à mourrir.

Histoire:
Nous sommes en l'an 4750 de l'ère troisième, selon le calendrier galactique (année 14750 selon la chronologie terrienne). Déjà cinq siècles se sont écoulés depuis le début de la guerre de contrôle.

L'Empire terrien, autrefois très puissant, n'est plus que l'ombre de lui-même, épuisé par les nombreuses batailles. Il fut un temps où sont armée était immense, mais maintenant il ne reste qu'une poigné de soldats (environ 15% de l'armée de départ). Fut un temps où l'Empire étendait les bras de son influence sur presque 120 parsecs tout autour de son épicentre, la Terre. Maintenant seul le Système Solaire et quelques colonies éparpillées ci et là n'ont pas été ravagées par la République d'Urian.

Si la Terre éprouve de graves problème, il en est de même pour les deux autres grandes nations de ce conflit: l'Union d'Amaris la République d'Urian. Tous deux ont des problèmes graves en rapport avec l'immensité du territoire à protéger. Évidement, dès que l'un d'eux peut tenter une attaque, ils le font. Malgré une technologie avancée, ces deux nations n'ont pas les effectifs que la Terre a en sa possession.

C'est donc une guerre de temps qui s'est engagée. La question n'est pas: Qui gagnera la guerre? Mais bien: Qui épuisera toutes ses ressources en premiers? Car, bien que les matières premières soient presque illimitées, les effectif militaire, eux, s'amenuisent.

L'Empire s'accroche et combat l'Union et la République, pendant que ces derniers font de même avec les deux autres.

Les années passèrent et d'autre races entrèrent dans la guerre, soi pour le contrôle total de l'univers, soi pour protéger leur galaxie ou leur système solaire.

(...À Suivre...)


Dernière édition par le Dim 31 Déc 2006 - 0:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WitchKing
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 27
Date d'inscription : 13/12/2005

MessageSujet: Re: La guerre des nations   Dim 10 Déc 2006 - 18:52

Chapitre I:
Le début du renouveau


Le calme du cosmos règnait à bord du vaisseau commandé par le général Arvik. Cela faisait maintenant trois mois qu'on l'avait affecté à la protection de la frontière de Rnail et l'ennuis faisait dorénavant partie d'une longue journée de labeur à vérifier les détecteurs longue portée, les niveaux de ions des réacteurs et les radiations solaires. Pour faire court, la vie dans ce coin de la galaxie se montrait quelques peu dénouée d'intérêt. À près tout, le général Arvik était un homme d'action qui préférait les rudes batailles aux vérifications normalement réservées aux ingénieurs, mais bon, on lui avait ordonné de protéger et maintenir la frontière et c'est ce qu'il ferait. Il espérait de tout coeur qu'un navire passe la frontière pour les assiéger, mais il savait bien, au plus profond de lui même que cela n'arriverait pas.

Tout à coup, l'émetteur mural se fit entendre parmit le silence. Arvik se retourna lentement pour écouter et répondre à l'interlocuteur.


-Général, nous recevons une communication du haut-commandement sur le cannal crypté. Le Premier Orateur demande le déplacement de notre flotte vers Xéodus, commença la voix, puisqu'il semblerait y avoir une présence ennemi. Il semblerait qu'il s'agisse d'une flotte terrienne, mais nous n'en sommes pas sûr.

-Transférez le vers mes quartiers.

-Très bien monsieur.

Il y eut un léger grichement, puis le Premier orateur commança à parler.

-Général, je ne vous répéterer pas la même chose qu'à votre officier de communication. En gros, vous avez pour mission de vous rendre à la planète Xéodus et d'y détruire toutes présences ennemis.

-Ce sera fait. Acquiessa Arvik.

-Je compte sur vous. Fin de transmission. Répondit le Premier Orateur.

Le général ferma le petit émetteur, puis syntonisa la fréquence globale de la flotte.

-Tout le monde à son poste, direction Xéodus. Je répète, tout le monde à son poste. Welron : un, deux et six, vous ouvrez, puis laissez passer la flotte. Vous fermer le convoi. Je veux l'armement près dans dix minutes, pas une seconde de plus. Welron, c'est à vous. Commanda le général d'une voix sûr.

Trois vaisseaux prirent la tête et s'immobilisèrent à environ 15 000 kilomètres du reste de la flotte, où il ouvrirent une large brèche d'hypernavigation. Les trois engins ne bougèrent pas d'un millimètre, et le reste de la flotte passa dans le trou de vers, maintenu par les trois navires spacials, puis, lorsque tous eurent traversés, Welron VI se dirigea vers la brèche, suivit de Welron I, puis Welron II. L'arrivée du général Arvik et de sa flotte ne tarderait pas, une trentaine de minutes tout au plus, car les armées de la République d'Urian possèdaient la technologie la plus avancée, et donc un système de navigation spacial hors du commun.

Trente minutes au plus, avant l'affrontement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djynn
Dragon mûr
avatar

Nombre de messages : 471
Localisation : Dans ma tête.
Date d'inscription : 10/06/2006

MessageSujet: Re: La guerre des nations   Dim 10 Déc 2006 - 22:44

L'officier Gruffian regardait le ciel qui s'étendait à l'infini devant eux, la planète Xéodus, l'idée de voler des visseaux humains était brillante, car les deux autres camps le savait, ces derniers avaient un avantage tactique. Le fait de se faire passer pour des humains disuaderait donc les autre fouille merde d'Urian de venir tenter de reprendre cette zone.
Un soldats vint transmettre un cours rapport, ses yeux grisatre exprimant son intérêt limité pour cette mission, c'était toujours l'expression des bleus, comme si la carrière militaire, qui désormais était presque obligatoire si l'on ne réussissait pas lexamen d'admission dans les grandes institution. Le soldat lui expliqua que les machines humaines se révélaient difficile d'utilisation, mais au point de les bloquer, ils avaient donc déjà commencer à s'insaller sans problême.


*Les jeunes n'ont plus d'ambitions* Pensa Gruffian en regardant le soldat repartir au trot vers le reste des unités en train de s'installer.
L'idée principale de cette "infiltraion" était surtout de pouvoir creer une base sur ou ils pourrons préparer des unité de combat, si elle réussissait, alors ils auraient la possibilité d'envoyer un nombre conséquent de troupes, nettement moins que les humains évidement, cette vermine était pire que les Strab, ils se multipliait à une vitesse folle, mais aux moins la proximité de troupe de choc permetrait de ne pas avoir à repartir dès que la bataille était fini, une sorte de Check point. Cette base avancée avait donc une importance vitale pour les prochaine batailles à venir. Espérons que les Urians ne réagissent pas trop vite...
Mais à peine cette pensée avait-elle était dormulé qu'un soldat couru dans sa direction, le regard glaciale du général le fit stopper net dans sa course. Il essaya de respirer doucement, mais son effort l'avait coupé le soufle, finalement il réussi à prononcer quelques mots.


-Général ! Des vaisseau Urians ont été repérés, une petite troupe de trois vaisseaux, apparement une flottille d'avant garde.

Gruffian pesta, décidement ces larves étaient rapide, cela compensait surement leur faiblesse physique, songea-t-il silencieusement, remarquant que le soldat n'avait pas bouger, son regard anxieux se demandant surement si il survivrait à ce "contact", le Général grogna à son addresse, puis lança ses ordres :

-Allez préparer les D.C.A.S.O. le moindre vaisseaux de leur flotte qui arrive à ntre porté devras être abbatu sur le champs. Compris ?

Le soldat aquiesça et repartit en courant, si le combat ne le tuait pas, alors c'est son coeur qui l'acherait en premier. Triste génération...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WitchKing
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 27
Date d'inscription : 13/12/2005

MessageSujet: Re: La guerre des nations   Dim 10 Déc 2006 - 23:39

La flottille de la République d'Urian sortit en trombe de l'hyperespace et du fait même apperçu quatre intercepteurs terriens, ainsi que six croiseurs Amariens en orbite haute autour de la planète. Le commandant Dernione, en charge de la reconnaissance fut surprit de ne détecter aucun échange de coups de feu. Sur le coup, il se dit qu'il devait s'agirent de vaisseau détruits, mais en y regardant de plus près, à l'aide des détecteurs, il comprit vite que quelques chose n'allait pas. L'Empire et l'Union se détestait plus que tout et jamais en cinq siècle d'histoire, ces nations ne s'étaient lâchées, ne serait-ce qu'une seconde. Les ordes émanèrent donc du commandant vers les autre vaisseaux de la flottille.

-Quelques chose ne tourne pas rond ici. On va aller voir ça de plus près. Zalo, fermer rester derrière le temps d'envoyer un rapport au général, puis prenez place dans la formation. Alerte niveau 1.

Le croiseur du commandant Dernione prit la tête, appuyé par l'intercepteur du capitaine Vrij. Le Zalo, l'un des vaisseau de guerre les plus ancien de l'armée restait derrière, communiquant avec le reste de la flotte. Tout à coup, un son atroce se fit entendre et le responsable des communications se retourna et dit au commandant:

-Monsieur, les communications son coupées avec l'intercepteur Quin Flaran. Un instant, le Zalo nous informe que le Flaran à été touché, par un tire sub-orbital.

-Manoeuvre d'évitement, bouclier à pleine puissance sur les flancs et l'avant du vaisseau. Dite au reste de la flotte de se dépêcher et envoyer des équipe de réparation sur la Quin Flaran immédiatement.

Les boucliers d'énergie se levère et à mesure que le vaisseau avançait, les impactes latéraux se faisaient de plus en plus nombreux.

-Canon latéraux, feu sur les batteries d'armements sub-ortitaux.

-Reçu commandant!

De petites boules de lumières tombèrent une à une sur la planète, détruisant les quelques D.C.A. sub-orbitaux en état de marche. Puis un nombre incroyable de projectiles furent tirés par les croiseur terriens, probablement alliés avec les Amariens. Dernione commanda le redirection des cannon à particules et de nouveau de petites lumières foncère sur les cible, mais cela était vain car à quatre contre un, le croiseur Urian n'avait pas la moindre chance et encore moins, lorsqu'un bruyant bruit d'implosion attira son intention. Le Quin Flaran, un peu plus près de l'ennemi, implosa sous le flot continue de projectiles terrien qui avait détruit les boucliers de l'intercepteur, après que le stabilisateur d'énergie est fondu sous la trop grande tension dû, en partie aux dommages importants causés par le tir sur-orbital un peu plus tôt. Le commandant était sous le choc. Quelques murmure, amas de mots incoérants, sortirent de la bouche de Dernione, puis certaines paroles compréhensible

-Replions-nous. Appelez le Zalo, nous rejoignons le reste de la flotte.


Dernière édition par le Dim 4 Fév 2007 - 5:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djynn
Dragon mûr
avatar

Nombre de messages : 471
Localisation : Dans ma tête.
Date d'inscription : 10/06/2006

MessageSujet: Re: La guerre des nations   Ven 22 Déc 2006 - 15:41

[hrp]Desolé pour le retard :s[/hrp]

Gruffian eructa, ils fuyaient, eux qui étaient si fier, ils fuyaient la queue entre les jambes, oui ! Son peuple allait avoir une victoire, une victoire éclatante, les autres n'avaient qu'a bien se tenir... Le général Amariens laissa transparaitre un sourire de joie, le premier de cette mission, et vu comme cela était partit, cela n'allait pas être le dernier, le rapport lui fut apporté par un soldat, Gruffian jurerait que c'était le même qui avait lancer l'alerte... et celui quilui avait fait son premier rapport.

D'un geste fluide, il récupéra les donnée, il ouvrit son petit ecran portatif et lu le rapport, très bref, ils avaient perdu cinq Canoneuse et l'un des croiseurs était salement abimé, d'aileur Gruffian leva la tête en voyant un nuage de feu apparaitre, signe que le croiseur descendait de l'orbite, il mit un certain pour se rendre compte que quelque chose clochait... Un nuage de feu, à peine ces mots eurent-ils franchit le portail de sa pensée que les jambes du général de détendirent dans un ressort. Un hurlement bestiale sortit de sa bouche,aussitot modulé en :

-Le croiseur va s'écraser, si sa courbe de descente continue de stabiliser, on aura de la chance, préparer les unités Anti Incendie, allez droit sur le lieu présumé de l'attérissage !! Allez on se bouge le cul !

Plusieurs soldats réagirent au quart de tour, enfin si l'on pouvait dire cela, deux paniquèrent et un troisème semblait completement perdu, il bouscula quelques personne en regardant tout autour de lui, jusqu'a qu'il perçoive l'un de ses collègue déjà en tenue de Grand Feux.

Jordin mit sa tenue, son casque, et sous les cri des compagnon plongea vers le véhicule flottant qui faisait office de secours Anti-Incendie. Le véhicule accélera soudainement, plaquant l'officier sur son siège. Jordin songea à cette manoeuvre humaine qu'il avaitpu voir dans d'ancien enregistrement, un burn qu'il appellaient cela, il comprenait pourquoi à présent, c'était comme si un soufle d'explosion l'avait plaqué sur son siège, et la chaleur de la planète aride ne faisait qu'amplifier cette imprèssion.
Le véhicule toujours dans sa course fit soudainement un bond, comme si le chauffeur c'était pris pour un pilote de rally, encore un truc humain ça... Jordin songea à la culture humaine, si complexe... si intéressante... si apocalyptique... La voix de son voisin de siège brisa ses pensés :


-Il joue à quoi lui ?

Un autre collègue secoua negativement de la tête, quand le véhicule fit un autre bond, moins prononcé celui-ci.

-C'est pas nous, hurla-t-il, en pointant l'un de ses doigts vers le haut, c'est le croiseur qui "atterit" !!

Les autres hochèrent de la tête en comprenant, evidement, comment un véhicule sans roue pouvait bondirent de cette manière ? L'officier préféra ne pas leur parler des mines "Jump". Le véhicule finit par ralentir, mais Jordin avait toujour se bruit agaçant dans les oreilles, il mit un moment à comprendre que ce bruit ne vanait pas de leur véhicule. Le croiseur étaient au sol, Jordin vit avec horreur que les flammes semblaient l'entourer. Mais plus le temps aux vagabondage psycologique, il s'arma d'un des tube, et fonça en direction du brasier, ajustant son casque, pour se proteger de la chaleur infernal que les gigantesques flammes dégagaient. Il fit un effort plus que nécssaire, songeant aux gens de sa patrie, et fit jaillir la solution sableuse sur l'incendie, étouffant les flammes, mais là ou certaines s'éteignant, ailleurs d'autre départ de feu se montraient, cela allaient être difficile, et surtout long, mais l'Unité Anti Incendie n'abandonnerait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WitchKing
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 27
Date d'inscription : 13/12/2005

MessageSujet: Re: La guerre des nations   Dim 4 Fév 2007 - 5:49

Quand la flottille du commandant Dernione sortit de l'hyperespace, le général Arvik crut rêver. Comment est-ce possible que seulement deux vaisseau reviennent alors qu'il ne devaient que vérifier les défenses ennemis. Il ouvrit donc un fréquence avec le commandant Dermione.

-Que c'est-il passé, commandant?

-Il semblerait que les Terriens se soient alliés avec la Amariens, et ils nous ont accueillis à coup de batterie suborbitales et quatre croiseurs terriens. Ils ne devraient pas opposer une résistance très impressionnante devant notre flotte, mais je vous conseille quand même que l'on active nos boucliers avant de sortir de l'hyperespace.

-Très bien, je vais suivre votre conseille. Nous libérons cette planète et cette guerre sera enfin terminée. Puisque l'Empire et l'Union ont décidés de cesser le feu, nous n'aurons pas besoin de modérer le conflit pour éviter que tout l'univers tombe dans une guerre civile.

-Je sais général et je m'en réjouit d'avance.

Arvik appuya sur quelques boutons et ouvrit une fréquence avec toute la flotte.

-Enclenchement du bond dans l'hyperespace vers Xéodus. Que tout les boucliers soient activés avant notre sortit de la fenêtre.

Cette fois-ci, aucun vaisseau ne s'avança pour ouvrir la fenêtre d'hyper-navigation, et chacun des vaisseaux ouvrit son propre trou de vers. Le Gleia, vaisseau amiral de flotte commandé par Arvik lui même partit en premier. La fréquence général fut coupée presque immédiatement la fin du discourt du général. Déjà, Arvik était songeur sur l'avenir de la République. Ses grand yeux globuleux regardèrent par le hublot, percevant seulement une vague traînée bleu et blanche provoquée par le déplacement dans une zone hors espace du vaisseau. Le général déplia son dos pour se mettre presque aussi droit qu'un terrien, puis relâcha les muscle dorsaux rapidement afin de reprendre sa position originelle. Le stress le hantait. Combien de soldats allaient mourir dans cette ultime bataille? Est-ce possible que la guerre soit finit pour de bon? Il le saurait très bientôt

Cinq minutes de voyage selon le temps perçu par la flotte dans l'hyperespace, mais seulement deux pour les Amariens. C'est à dire, le temps que Dermione parle au général et que la flotte passe en hyper-navigation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djynn
Dragon mûr
avatar

Nombre de messages : 471
Localisation : Dans ma tête.
Date d'inscription : 10/06/2006

MessageSujet: Re: La guerre des nations   Lun 12 Fév 2007 - 16:16

L'incendie avait été maitrisé, au moins pour le moment, ils hésitaient encore, au cas ou d'autre départ de flammes explosaient ailleurs, de peur que le feu mette fin à la vie de quelques pompiers.
Jordin fut choisi avec trois autre membres de son équipe armé d'antique pied de biche, ils défonçèrent les portes qui était hors d'usage, c'est à dire quasiment toutes, quand enfin ils trouvèrent les soldats qui vaaient survécus, dont la plupard se trouvait dans les soutes et autre quartier personnels, par chance ils n'étaient pas morts, mais Jordin se demanda si la mort n'avait été un sort plus magnanime, car les soldats et technicien avaient le regard hagard, certain hurlaient encore, le choc du vaisseau en avait blessés plus d'un parfois d'une manière si horiible, que certain secouristes sortirent le visages cramoisi, prêt à resortir leur repas de midi, voir celui de la veille.

Pourtant l'endroit ou il découvrit le plus de mort était la salle de commande, le chocs avaient tout bonnement balancer les corps, la plupard était briser, démembrer, de tel manière qu'ils semblaient avoir été des poupées d'une enfant capricieuse et colèrique. Les cadavres encore chauds ne furent pas déplacés, ont pris seulement leurs plaques, ainsi qu'un photo des corps et toutes les personnes encore vivantes quittèrent l'épave, le crash avait salement amoché le vaisseau, et les flammes avaient réduit toutes chance de le réparé, de plus les corps des défunts avait dégager une odeur puantes qui s'était incruster partout, en gros pas question de ré-utiliser cet engin. Le faire exploser alors qu'il était aussi près de la base. l'enterer prendrais trop de temps, le rapport fut donc envoyé au Général Gruffian. Jordin fut envoyé pour la quatrième, a croire que tout les autre membres de la base avait peur de ce type, en même temps avoir une idée aussi tordue que de capturer des vaisseau huamins pour s'en servir, alors que ses derniers sont technologiquement plus faible qu'eux... Fallait vraiment être tordu pour ça.
Le Général regarda Jordin, le détailant étrangement, se rendait-il compte que Jordin était le messager attitré du général, peu probable, mais qui savait. Ce dernier quitta la vue du petit secouriste pour mieux regarder l'épave qui gisait à plusieurs kilomètres de là, mais malgré tout visible par sa taille et ses bande de fumée, dernier vestige des incendie qui l'avait prit d'assaut, comme si la solution allait lui apparaitre, et apparemment ce fut le cas, car il sourit, et son regard descendit au niveau de Jordin, qui frémit malgré lui.


-Vous allez balancer cet engin dans l'espace. Fit-il froidement.

-Monsieur ? Fit un Jordin interdit, on ne peut pas faire redécollcer l'appareil et en plus...

Le général leva la main, réduisant par la même le petit secouriste, et hocha de la tête.

-Je sais tout ça, vous allez utiliser l'une des batterie pour le balancer.

Là Jordin resta tout bonnement sur le cul, lancer l'épave de l'un de leur croiseur, qui pesait au bas mot une vingtaine de tonne, comme un vulgaire cailloux en utilisant les batterie lourdes des humains comme un lance-pierre, Gruffian perdait-il la boule ? Non, cela était possible se rendit compte Jordin malgré lui, pas que cela facile, oh ça non, ils allaient mettre du temps, mais cela était pourtant possible. Il hocha de la tête, comprenant le plan du général, mais pencha sa tête le coté signe qu'il rêfléssissait, alors que le regard du général se perdait déjà à nouveau sur l'épave. Le secouriste resta un moement dans cette position, tant et si bien que le général baissa un nouveau sa tête vers Jordin, et poussa un leger grognement d'impatience. Le secouriste le regarda comme si il ne savait plus ce qu'il faisait là, puis son visage s'éclaira, du moins autant d'un visage grisatre pouvait s'éclairer, et hocha de la tête.

-Je sais même comment accelerer le lancer de l'épave monsieur ! Nous allons...

Mais le général stoppa net sa phrase en secoua la tête négativement, quoi son idée ne l'interessait donc pas ? Mais le general montra le ciel de la planète.

-Bombarder l'épave plutôt, je ne veut pas que l'on perde trop de temps pour se débarrasser de cet objet inutile.

Jordin aquiesca malgré lui, et se retourna d'un bloc, bombarder l'épave revenait à frapper la base par la même occasion, ils avaient interêt à étre préparé pour le coup de vent qui allait suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WitchKing
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 27
Date d'inscription : 13/12/2005

MessageSujet: Re: La guerre des nations   Ven 16 Fév 2007 - 3:27

Le général Arvik était assit dans le siège du capitaine, confortablement adossé à celui-ci. Il leva son gras, signalement l'ouverture d'un fréquence générale.

-Sortie hyperspaciale! Fit la créature grisâtre.

La vague traînée lumineuse mauve et blanche s'estompa brusquement, laissant place aux innombrables étoiles et la planète Xéodus. Le générale se leva de son siège lorsqu'il vue de ses propres yeux les vaisseaux impériaux accompagnés par ceux de l'Union. C'était donc vrai? La guerre était finie, seule le frontière de la République étaient maintenant à surveiller. Plus de morts inutiles, plus de peur, plus rien d'autre que la bonne vieille routine républicaine. Arvik qui n'avait pas éteints la fréquence parla de nouveau.

-Feu à volonté sur les vaisseaux ennemis, bouclier à pleine puiss...

Il fut interrompu par de violentes secousses qui venaient du bouclier qui subissait déjà l'assaut des projectiles terriens et les décharge énergétique des Amariens.

Trois destroyers stellaires républicain se placèrent sur le flanc gauche, tandis qu'une dizaine s'interposèrent entre la flottille ennemis et l'orbite de la planète. Le Vasian, vaisseau mère de la flotte, lui resta directement sur la ligne de tir principales de l'adversaire. Des millions de lueurs sortaient des vaisseaux Uriens, frappant de plein fouet les croiseur Amariens et en détruisant un après seulement une minutes de tir. Les intercepteur impériaux, quant à eux, résistait aussi bien au projectiles énergétiques que les engins de leur nouvel "allié", principalement grâce à leur blindage épais et à leur plus petite taille qui facilitaient leur manœuvrabilité.

Malgré tout, durant le massacre (s'était le mot juste, car l'ennemis n'avait pas la moindre chance devant un flotte aussi imposante que celle du général Arvik), le commandant du Vasian, le général Arvik, observait avec une certaine retenue la bataille qui lui semblait plus que déloyale. Mais, il le savait, c'était là le prix pour regagner leur liberté et il s'abstint donc de tout commentaire.

Le Vasian était le vaisseau le plus performant de tout la force spatiale républicaine, du moins le modèle de vaisseau donc il faisait partie l'était. Un destroyer stellaire Ysa. Une merveille de technologie. Rien, absolument rien de ce que possédait les Urians en terme de technologie militaire n'avait été omis. Batterie de canon déphasantes, hyper laser à onde de gravité positive et négative, bouclier d'énergie, type Qyv'lan (bouclier pouvant absorber les radiations, supporter une gravité de positive ou négative de 40, et endurant une tension 23 fois plus grande que les anciens) et plusieurs autre système et machines incroyable.

En à peine cinq minutes, la flottille ennemi fut détruite et des transport foncèrent vers la planète, sous l'ordre du général, pour s'assurer qu'aucun ennemis n'était sur Xéodus.

Puis, une fréquence s'ouvrit entre Dermione et Arvik.


-Général, croyez-vous vraiment que la guerre soit enfin finit?. Demanda le commandant Dermione avec respect.

-Je ne sais trop quoi passer, comandant. Il me semble encore étrange qu'il ait décider de nous provoquer en envahissant notre territoire, s'ils voulaient au contraire mettre fin à la guerre. L'Empire sait très bien que nous n'avons rien contre eux, pas plus que nous en volons à l'Union.

-Nous jouons le rôle de modérateur. Répondit rapidement le commandant.

-En effet. Commençons par voir s'ils se trouve sur la planète. Selon nos détecteurs, ils y a des sources d'énergies sous la terre sur le continent équatorial.

-Je part vérifier ça avec mes hommes.

-Aemeris commandant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djynn
Dragon mûr
avatar

Nombre de messages : 471
Localisation : Dans ma tête.
Date d'inscription : 10/06/2006

MessageSujet: Re: La guerre des nations   Sam 24 Fév 2007 - 6:11

L'attaue fut aussi soudaine qu'instannée, si quelques secondes plutôt, Gruffian lisait les différents rapports qui affluaient des sections qui travaillaient d'arrache pieds, il était à présent armé de son fusil à proton, près à faire feu sur les cible qui aurait le malheur d'entrer dans son champs d'action.
Le premier avait été l'épave qui avait été bombarder, si le général avait penser que son ordre avait été suivi, il fut tout de suite informer que cela n'était pas le cas, car plusieurs vaisseau de la république d'Urian entrèrent dans l'atmosphère, dans un bruit terrifiant, mélange de grondement de tir de plasma, les explosions qui s'en suivirent mirent les unité de combat s'en dessus dessous, incapable de se mettre en ordre, ils essayaient tant bien que mal de se défendre contre le menace, mais les Urians mélangeait -et avec brio dû conceder tristement Gruffian- les assauts au sol et le tirs orbital si bien qu'à peine une heure de combat avait suffit pour mettre en déroute le gros de l'armée Amarienne.
Finit le ton condescendant du général, en une heure seulement son monde si parfait, sa mission qui devait offrir la fin de la guerre, tout cela c'était écroule sous ses yeux, Il restait prosté, ignorant les message radio des unités en train d tomber sous les assauts Urians, incapable de reprendre le commandement, si la resistance s'organisa de manière complêtement désordonner, elle avait tout de même le mérite de ralentir sérieusement l'aancé des Urians, mais seulement pour un temps, car les foyer de resistance étaient abbatu sans l'ombre d'une hésitation. Les scientifique avaient tenter de trouver refuge dans les installation souterraines toutes fraîche, mais cela ne suffit pas, car ils furent délogé bien vite.
Lorsqu'enfin les troupe de la République trouvèrent Gruffian, celui-ci se balancait doucement, comme au son d'une berceuse, prononcant les même mots en boucle :


-Quand avons nous échoué ? Quand ais-je perdu toute chance de victoire ? Je voulais seulement mettre fin à cette guerre inutile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La guerre des nations   

Revenir en haut Aller en bas
 
La guerre des nations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Héroic-Fantasy RP :: Les histoires. :: Histoires de Science Fiction-
Sauter vers: