Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement. A vous de continuer l'histoire...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au dela de la mer...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Au dela de la mer...   Jeu 2 Nov 2006 - 13:20

(Avant toute chose, je vous pris de m'excuser pour le titre.)

Prologue


Le monde était encore bien jeune lorsque les premiers Hommes posèrent le pieds sur son doux visage. En vérité, il venait tout juste de sortir du néant. Pur hasard, ou bien caprice du destin, six jeunes Dieux arrivèrent sur la terre peu après les Hommes. Ils avisèrent les créatures de ce monde, et choisirent de les guider. Ainsi, Eldra la Grave mena son peuple vers le Sud, tandis que Drass le Facétieux emmenaient ses serviteurs au Nord. Lüdd le Preux et Dirvania la Brave se partagèrent l'Est. Asha la Rouge et Rekemoth le Sombre regardèrent les derniers peuples. Les dragons aux vastes ailes et les Hommes aux prières enfiévrés. La Rouge se tourna vers les Souffleurs de feu et leur dit:
- Cette mer nous allons franchir! Deployez vos ailes et partez! Car, à partir de ce jour, cette terre n'est plus la votre.
Le Sombre prit lui aussi la parole, regardant ses sujets prosternés:
- Levez-vous et construisez des navires, car cette vaste eau nous devons traverser! Quittez cette île qui, désormais, ne vous reconnaît plus et rendez-vous au delà de l'océan!
Ausstôt, Hommes et dragons préparèrent leur départ. On raconte qu'ils naviguèrent trente jours et trente nuits avant d'apercevoir une terre. On raconte qu'ils y accostèrent et réduisirent en esclavage ceux qui y vivaient. On raconte que les dragons s'installèrent dans les montagnes du Sud, on raconte que les Hommes bâtirent une citée qu'ils nommèrent Rock la Noire. On raconte que les deux Dieux continuèrent à régner sur leurs serviteurs longtemps après que leurs quatre frères et soeurs se soient endormis à jamais. On raconte qu'ils oublièrent la terre qu'ils avaient quittée. On raconte tellement de chose... Peu à peu, tous souvenirs dragons s'effacèrent des mémoires, tout comme ceux d'Hommes partis en navire au delà de l'eau...


Dernière édition par le Jeu 2 Nov 2006 - 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Au dela de la mer...   Jeu 2 Nov 2006 - 13:47

Chapitre 1:


Barëm, glorieuse capitale du duché de Dirvania, était en émoi. La rumeur courait que de grands navires noirs avaient été aperçus au larges de leurs côtes. Que cela signifiait-il? Pourquoi le Duc avait-il insisté pour avancer la date de la réunion des quatre Souverains de l'Île? Pourquoi les Rois de Drass et de Lüdd s'y étaient-ils précipitaient? Pourquoi le visage de l'Empereur d'Eldra, d'ordinaire impassible, était-il si troublé? Telles étaient les questions que se posaient les gens sur le marché. Une marchande de laine émit l'hypothèse que ces navires étaient deux de corsaires. Un forgeron affirma que les souverains avaient appris le Réveil des Dieux. Un porteur d'eau proposa l'éventualité que ce seraient des gens venus de l'autre côté de la mer. La foule se gaussa de lui. Il n'y avait rien de l'autre côté de la mer. Rien! Mais, malgré leur curiosité, les Dirvaniens vaquaient à leurs occupations, songeant que, quoi que ce soit, ça ne les concernait probablement pas, de près comme de loin...

Un peu plus haut, au centre de la ville, dans le Palais, les quatre Souverains discutaient eux aussi de la question des navires.
- Ces bâtiments ne sont pas eldrak, affirmait Barek, l'Empereur des Terres du Sud.
- Pas plus qu'ils ne sont Drassiens, Lüddeiens ou Dirvanien, grogna Ssarec, le gros roi du Nord.
- Mais alors que sont-ils? explosa Luc de Dirvania.
Oleren, roi de Lüdd se racla la gorge et déclara de son habituel parler archaïque:
- Certaines de nos plus anciennes légendes relatent le périple d'un peuple, nommé Ekleïde, à travers la mer. Il se pourraient, par un caprice du destin, que ces navires soient des leurs, qu'ils reviennent vers leur terre d'origine après des milliers d'années d'errance.
Le Duc ricana.
- Cette légende dit également que les dragons ont quitté l'Île. Mais les dragons n'ont jamais existé! railla-t-il.
- Qu'en savez-vous? demanda l'Empereur eldrak qui, comme tous ceux de son peuple, était très attaché aux légendes et à la religion.
Le Dirvanien préféra laisser tomber le sujet.
- Quoi qu'il en soit, trancha le Roi drassien, nous ne connaissons pas leurs intentions. Et, Ekledien ou non, nous devons nous préparer au pire.
Soudain, la grande porte de la salle de réunion s'ouvrit. Elizabeth, fille tant adorée du Roi de Lüdd, entra, telle une furie, dans la pièce. Elle était blonde avec de magnifique yeux bleus. Son visage angélique était figé dans un rictus de colère. A dix-neuf ans, la jeune femmme était la plus belle de Lüdd...
- Puis-je savoir, Ô mon père, dit-elle d'une voix glaciale, pourquoi je ne puis sortir de ce palais?
... et aussi, sans doute, la plus caractérielle.
- Les temps ne sont pas sûrs, commença doucement le Roi Oleren.
- Qu'importe les temps! le coupa Elizabeth. Je veux sortir pour faire quelque course et ton encombrante protection me pèse! Je ne suis plus une enfant! Laisse-moi aller où je le souhaite!
Le Roi de Lüdd sembla se recroqueviller devant la fureur de sa fille.
- D'accord, soupira-t-il. Je t'accorde le droit de te promener à ta guise, mais uniquement sous la protection d'un chevalier.
- Père!
- Et ce n'est pas négociable! Alragan! appela Oleren.
Un jeune chevalier qui ne devait pas avoir plus de vingt ans entra à son tour dans la pièce.
- Je te charge d'assurer la portection de ma fille, la princesse Elizabeth, annonça le Roi. Accepte-tu?
Luc de Dirvania leva les yeux au ciel devant le protocole pour le moins ronflant des Luddeiens. Le chevalier s'agenouilla evant de déclarer d'une voix claire:
- C'est avec joie et zèle que je m'acquiterais de cette noble tâche!
Il se releva et regarda vers le princesse. Celle-ci fixait son père, tremblante de colère, les poings serraient. Finalement, elle tourna les talons et sortit de la salle d'un pas râgeur, suivi d'Alragan. Le Roi Oleren poussa un long soupir. Les autres Souverains le regardaient d'un air amusé. Le Luddeien avisa leurs regards et demanda d'une voix agacée:
- Eh bien?
- Il vaudrait mieux que vous lui lâchez la bride, lui conseilla Ssarec. Sinon elle va vous rendre fou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Au dela de la mer...   Sam 4 Nov 2006 - 14:15

Chapitre 2:


Frederic, fils du tant renommé duc de Dirvania, s'ennuyait ferme. Son père lui avait formellement interdit de quitter la ville sous le prétexte futile que "les temps n'étaient pas sûrs". Frederic avait alors tenté de le persuader du contraire. Peine perdue. Il s'était donc réfugié aux écuries. Après avoir brossé et étrillé son cheval, il s'assit dans un coin le regard dans le vague. Il était ainsi depuis une vingtaine de minutes, lorsqu'Eric, son ami d'enfance, se laissa tomber à côté de lui. Eric avait une ascendance semi-drassienne, de part sa mère. Il avait ainsi un esprit caustique qui ne manquait pas d'exaspérer Frederic. Ce dernier était grand et brun. Eric était légèrement plus petit et avait les cheveux d'un noir de jaie. Il était le fils du forgeron particulier du duc. Frederic et lui devinrent très vite amis.
- Je ne vois pas ce que ce mur a de si captivant, fit Eric après quelques minutes de silence.
- Je ne suis pas captivé par le mur, soupira Frederic, je réfléchissais.
- Vraiment? s'étonna son ami. Et à quoi pensait son altesse le fils du duc, si ce n'est pas trop indiscret?
- En vérité, je m'ennuyais, admit le fils du duc.
Son ami sourit franchement.
- Quelle idée de t'ennuyer en contemplant un mur alors que tu as un cheval à ta disposition!
- Mon père m'a interdit de quitter la ville, avoua Frederic.
- ça c'est bizarre, dit Eric. Mais pourquoi lui as-tu obéit? ajouta-t-il, perplexe.
Frederic grimaça. Il en valait mieux pas défiait son père.
- En tout cas, continuait Eric. Rien ne t'oblige de rester assis dans une écurie. On va se trouver une taverne?
Depuis qu'ils avaient seize ans, les deux amis avaient décidé de "tester" toutes les auberges de la ville. Ils ne les avaient toujours pas toutes visitées...

La chose la plus aisée à trouver dans une grande ville telle que Barëm, c'était une taverne. Ce qui l'était moins, c'était d'en trouver une de qualité. Cela faisait déjà la quatrième qu'Assia observait sans avoir été satisfaite d'aucune. La jeune Drassienne pesta. Où se trouvaient donc les auberges convenables? Ces trous à ivrognes ne méritaient même pas le nom qu'on leur donnait! Finalement, lasse de déambuler dans les rues, elle se décida à demander à quelqu'un. La jeune feme regarda autour d'elle. Son regard tomb sur deux jeunes hommes qui avançaient d'un bon pas. L'un d'eux était, sans conteste, d'origine drassienne. Avec un petit sourire, elle s'approcha d'eux.

Kall était en train de spéculer sur le nombre de tavernes jusque là visitées lorsque une femme les aborda. C'était une Drassienne qui, comme tous ceux de ses semblables, étaient de petite taille. Elle avait, en outre, une superbe crinière rousse et de magnifiques yeux verts.
- Veuillez m'excuser, messieurs, dit-elle. Mais, pourriez-vous m'indiquez le chemin d'une taverne de qualité?
Kall éclata de rire.
- Si vous chercher un endroit convenable où passer la nuit, ce n'est pas ici qu'il faut chercher, gloussa-t-il.
- Si vous le désirez, vous pouvez loger au château gratuitement, ajouta Frederic.
- Mais vous pouvez venir prendre un verre avec nous, renchérit Kall.
La Drassienne les dévisagea un moment avant de se fendre en un large sourire.
- J'accepte votre invitation avec joie, dit-elle. Au fait, je m'appelle Assia.

Nereka avisa un instant l'étal du marchand. Devant elle étaient disposées différentes herbes et onguents. La jeune femme hésita encore un peu avant de choisir des feuilles d'un rouge éclatant et un pot portant l'inscription "mégarith". Nereka était une guérisseuse d'origine eldrak. Ses parents s'étaient installés à Barëm alors qu'elle avait dix ans. Ils étaient tous deux décédés deux ans plus tard, lors d'une épidémie particulièrement meurtrière. Depuis, Nereka vivait sous la tutelle d'un vieil homme aux origines incertaines qui lui apprenait les rudiments de la médecine. La jeune Eldrak donna quelques pièces au marchand et glissa ses achats dans sa sacoche. Soudain, elle remarqua un couple pour le moins inhabituel. Une jeune femme blonde habillée d'une grande robe écarlate et un jeune homme brun carapaçonné d'une armure rutilante. Des Lüddeiens, sans aucun doute. La femme avait l'air furieuse. Elle regardait autour d'elle d'un oeil noir et le chevalier se faisait le plus petit possible. Nereka observa un moment leur manège d'un air amusé, avant de décider qu'il était tant de venir en aide au pauvre homme. L'Eldrak s'approcha de la Lüddeienne et la salua:
- Bien le bonjour, mademoiselle. Vous semblez perdue, puis-je vous aider?
La jeune femme blonde la regarda de haut en bas, avant de lui sourire aimablement.
- Effectivement, dit-elle. Vous pouvez m'être d'une aide précieuse. Je vous saurais grée de m'indiquer un certains nombres de boutiques.
- Eh bien, répondit Nereka. Que diriez-vous de sicuter de ça autour d'un verre?
L'Eldrak tendit le bras vers une enseigne sur laquelle était marquée en lettres d'or "Lion d'Or". Le sourire de la Lüddeienne sélargit.
- Quelle idée merveilleuse! S'exclama-t-elle. Nous avons, sans conteste, énormément de choses à nous raconter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au dela de la mer...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au dela de la mer...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rumeurs par dela le Crépuscule ...
» LA MORT ET L'AU-DELA
» Pourquoi ces hausses de la gazoline ?
» Au delà des mots...
» Qu'y a-t-il au-delà de Rhûn, de Khand et de l'Harad?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Héroic-Fantasy RP :: Les histoires. :: Histoires Héroic Fantasy-
Sauter vers: