Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement. A vous de continuer l'histoire...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Reine d'Ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: La Reine d'Ombre   Dim 16 Juil 2006 - 13:06

.1.


Le prince Yeric avait dix ans lorsque sa mère mourut. C’était une froide journée d’hiver. La saison blanche avait été longue cette année. Les gens mouraient par milliers, qu’ils soient nobles, riches ou pauvres. La reine Sherrine fut prise d’une terrible maladie dont les médecins ignoraient tout. Elle demeura malade durant deux interminables semaines de souffrance. Parfois, tant sa pâleur devenait cadavérique, les serviteurs la croyaient morte. Mais ses râles de douleur les détrompaient rapidement. Puis, quatorze jours plus tard, la reine décéda avec un dernier cri de d’agonie. Les lamentations se répandirent dans tout le royaume. Le roi Derok pleura durant des semaines. Lors de ses rares apparitions, ses sujets pouvaient voire les cernes et les yeux rouges de leur souverain. Yeric, lui aussi pleura. Il pleura les quelques jours qui suivirent sa mort. Puis, il cessa de verser des larmes. Il s’était fait une raison, les hommes naissent, vivent et meurent, l’heure de sa mère était venue. La sienne arriverait plus tard. Pendant trois ans, le temps que dura le deuil de son père, le jeune prince explorait les rues, traînait avec les voleurs et les mendiants et, surtout, il découvrit le passage secret qui menait à la grande bibliothèque de sa mère. Il y restait des heures durant, dévorant les livres qui traitaient de philosophie, de magie, de démons ou de légendes oubliées.

Un jour, le roi présenta une parfaite inconnue comme étant la nouvelle reine de Valvasie. Le royaume était en liesse. Après avoir vu leur souverain errer dans le palais tel une âme en peine, ses sujets ne pouvaient que se réjouir de la perspective d’une nouvelle reine. Malheureusement, leur joie ne dura guère. Il s’avéra que la nouvelle reine, qui se faisait appelait Obélia, était tout ce qu’il y avait de plus détestable. Elle commença par renvoyer le personnel du château dévoué. Un nouveau palais au bord de la mer, et un autre dans les montagnes de T’Arek. Un carrosse tiré par quatre licornes, des portes en or pour ses appartements… Le gouvernement s’endetta. Pour couvrir les dépenses, et sur les conseils de sa nouvelle femme, le roi leva de nouveaux impôts. Le peuple n’en revenait pas. Leur souverain, d’ordinaire si juste, les écrasait aujourd’hui d’impôt. Ses ministres ne le reconnaissaient plus non plus. Ils tentèrent de le faire fléchir, de ne pas céder à sa femme. Mais celle-ci eut tôt fait de les renvoyer pour les remplacer par des nobles qui lui étaient entièrement dévoués. Yeric n’arrivait plus à reconnaître celui qui jadis avait été un si grand roi, et un si bon père. Derok se conduisait si froidement que son fils en était stupéfait. Lui qui d’ordinaire était si chaleureux, si compréhensif ! La cause de ce changement se pavanait dans les couloirs et se prélassait sur le trône de sa mère. Le prince en était écoeuré. Mais à treize ans, que pouvait-il faire ? La reine trouva rapidement le moyen de se débarrasser de lui. La très célèbre Académie des Armes l’accueillerait avec joie. C’est ainsi qu’en quelques mois, Obélia détourna le roi du chemin du juste et éloigna toutes les personnes susceptibles de lui faire entendre raison…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Dim 16 Juil 2006 - 13:12

Désolé, je me suis aperçu de quelques erreurs (mais elles sont tout de même pas mal) que j'avais fait, juste après avoir posté l'histoire! :têtedanslemur: Donc, je vais vous réenvoyé l'histoire (si jamais ça vous inétrèsse) corrigée. Encore désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Dim 16 Juil 2006 - 13:13

.1.


Le prince Yeric avait dix ans lorsque sa mère mourut. C'était une froide journée d'hiver. La saison blanche avait été longue cette année. Les gens mouraient par milliers, qu'ils soient nobles, riches ou pauvres. La reine Sherrine fut prise d'une terrible maladie dont les médecins ignoraient tout. Elle demeura malade durant deux interminables semaines de souffrance. Parfois, tant sa pâleur devenait cadavérique, les serviteurs la croyaient morte. Mais ses râles de douleur les détrompaient rapidement. Puis, quatorze jours plus tard, la reine décéda avec un dernier cri de d'agonie. Les lamentations se répandirent dans tout le royaume. Le roi Derok pleura durant des semaines. Lors de ses rares apparitions, ses sujets pouvaient voire les cernes et les yeux rouges de leur souverain. Yeric, lui aussi pleura. Il pleura les quelques jours qui suivirent sa mort. Puis, il cessa de verser des larmes. Il s'était fait une raison, les hommes naissent, vivent et meurent, l'heure de sa mère était venue. La sienne arriverait plus tard. Pendant trois ans, le temps que dura le deuil de son père, le jeune prince explorait les rues, traînait avec les voleurs et les mendiants et, surtout, il découvrit le passage secret qui menait à la grande bibliothèque de sa mère. Il y restait des heures durant, dévorant les livres qui traitaient de philosophie, de magie, de démons ou de légendes oubliées.

Un jour, le roi présenta une parfaite inconnue comme étant la nouvelle reine de Valvasie. Le royaume était en liesse. Après avoir vu leur souverain errer dans le palais tel une âme en peine, ses sujets ne pouvaient que se réjouir de la perspective d'une nouvelle reine. Malheureusement, leur joie ne dura guère. Il s'avéra que la nouvelle reine, qui se faisait appelait Obélia, était tout ce qu'il y avait de plus détestable. Elle commença par renvoyer le personnel du château dévoué à son père. Puis, les dépenses, toujours plus importantes, commencèrent. Un nouveau palais au bord de la Mer de l'Ouest, et un autre dans les montagnes de T'Arek, frontière nord de la Valvasie. Un carrosse tiré par quatre licornes, des portes en or pour ses appartements… Le gouvernement s'endetta. Pour couvrir les dépenses, et sur les conseils de sa nouvelle femme, le roi leva de nouveaux impôts. Le peuple n'en revenait pas. Leur souverain, d'ordinaire si juste, les écrasait aujourd'hui d'impôt. Ses ministres ne le reconnaissaient plus non plus. Ils tentèrent de le faire fléchir, de ne pas céder à sa femme. Mais celle-ci eut tôt fait de les renvoyer pour les remplacer par des nobles qui lui étaient entièrement dévoués. Yeric n'arrivait plus à reconnaître celui qui jadis avait été un si grand roi, et un si bon père. Derok se conduisait si froidement que son fils en était stupéfait. Lui qui d'ordinaire était si chaleureux, si compréhensif ! La cause de ce changement se pavanait dans les couloirs et se prélassait sur le trône de sa mère. Le prince en était écoeuré. Mais à treize ans, que pouvait-il faire ? La reine trouva rapidement le moyen de se débarrasser de lui. La très célèbre Académie des Armes l'accueillerait avec joie. C'est ainsi qu'en quelques mois, Obélia détourna le roi du chemin du juste et éloigna toutes les personnes susceptibles de lui faire entendre raison…


Dernière édition par le Dim 16 Juil 2006 - 18:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kunimitsu
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 27
Localisation : Tissant un rêve, sur un nuage
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Dim 16 Juil 2006 - 15:12

Je suis désolée, j'ai pas dû bien lire mais je n'ai pas vu une énorme différence entre les deux versions...
Mais tu sais, pour ce genre de trucs, il suffit que tu édites ton message (en haut à droite de celui-ci)

Passons ^^
L'histoire m'a l'air tout à fait interessante. J'aime vraiment ce genre de style...
J'ai hâte de lire la suite, mais je suis désolée de me sentir si perudue géographiquement parlant... Mais tout s'arrangera sûrement ensuite ^^

Vraiment j'ai très envie de lire le prochain chapitre ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Dim 16 Juil 2006 - 18:06

En fait, j'avais oyblié des mots et un bout de phrase. Ce qui fait qu'on ne comprenait pas très bien. (:nimportequoi:)
Sinon, merci. (d'apprécier mon histoire, ça le fait???)
Pour la géographie. Mince Eh bien, c'est vrai que je n'ai pas fait ça clairement. IL faudra que je revois ces passages...
Je suis en train d'écrire le deuxième chapitre. Comme ils sont assez courts (mes chapitres), je pense le poster très bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Dim 16 Juil 2006 - 18:57

.2.



Malgré qu'il soit cloîtré dans l'enceinte de l'Académie, le prince voyait les folies que son père commettait, sous l'influence de la reine. Nombre de ses camarades et de ses professeurs partageaient son point de vue sur Obélia. La Sorcière Couronnée, tel que la surnommait le peuple, obligeait son père à faire ce qu'elle désirait grâce à on en sait quel sortilège. Il fallait qu'elle cesse de gouverner. Il fallait s'en débarrasser…

Dès son premier jour à l'Académie, Yeric se fit un nouvel ami, qui serait, même si il ne le savait pas encore, son frère d'armes et de sang, envers et contre tout. Il s'appelait Reth, mais tout le monde le surnommait Martel. Il était d'un an plus âgé que Yeric et il le dépassait d'une bonne tête. Reth était un géant. Il possédait des muscles d'acier, et l'arme qu'il préférait manier était un fléau ou un marteau, une hache à la rigueur. Il venait, disait-il, des plaines de V'Racel, le territoire le plus au Sud du royaume. Comme tout les gens qui y vivaient, il portait ses cheveux roux nattés.
Yeric était légèrement plus petit que la moyenne. Il avait des cheveux blonds dont quelques mèches lui tombaient parfois devant ses yeux bleus. D'un bleu d'océan tourmenté…
Etrangement, le prince ne se fit que peu d'ennemis. Un seul était dangereux. Drack, un de ses professeurs d'armes. Il était corps et âme dévoué à la reine, et apparemment, il avait compris que Yeric était un caillou dans sa royale chaussure. Mais tous les autres le considéraient encore comme le prince de Valvasie, fils d'un roi qui, un jour, avait été juste et noble.
Parmi les camarades de Yeric, six était favorables à la reine. Tout les autres la détestaient plus que tout. Un d'eux, Kerres de Branka, fils d'un comte dévoué à la reine, était mystérieux, du moins aux yeux du prince. Le jeune noble ne disait jamais rien -ou presque. Il ne montrait aucune de ses émotions. Mais, on voyait clairement sa répulsion envers la reine et ses « chienchiens bien dressés », tels qu'il les appelait. Kerres avait exactement le même âge que Yeric et était légèrement plus grand que lui. Il avait de longs cheveux noirs, dont la frange masquait ses yeux gris.

Une formation complète à l'Académie durait environ six ans. Les deux premières années, on apprenait le maniement du sabre et le l'épée. L'année suivante, c'était la tactique et le fléau. La quatrième année, les armes de jets et la hache. Les deux dernières années, on se perfectionnait et on leur enseignait le combat à main nue. Yeric y passa cinq ans, seulement.
L'année de ses dix-huit, le roi décéda. L'affaire fit grand bruit. La rumeur courait que la reine l'avait fait empoisonnée. Rumeur qu'elle ne démentit nullement. Aucune journée de deuil, aucun enterrement en grande pompe ne fut décrétée. Lors de ses apparitions publiques, la reine était rayonnante de joie et de bonheur, et aucunement affligé de la mort de son époux. Yeric, lui, en fut bouleversé. Le fait qu'Obélia est tuée son père était parfaitement crédible. Mais cette idée lui donnait envie de vomir. La reine lui donnait envie de vomir. La nuit qui suivit, le prince la passa sur les murailles de l'Académie, les yeux rivés vers l'horizon. Il ne savait combien de temps il resta là, immobile, noyé dans ses pensées et sa douleur. Soudain, il entendit des pas derrière lui. Reth venait vers lui, un sac à la main, un autre sur le dos. Il sourit à Yeric et lui dit d'une voix grave :
- Sache, mon ami, que j'éprouve une tristesse pareille à la tienne face à la mort de ton père et à la félonie de la reine.
Le prince lui rendit son sourire. Puis, il regarda les sacs, les sourcils froncés.
- Tu pars en voyage ? lui demanda-t-il.
- C'est moi qui lui ai dit de prendre ces sacs, expliqua une voix.
Yeric se retourna et vit Kerres debout, sur les créneaux. Il avait également une sacoche et, ses bras étaient armés de Shull'Bakam. C'étaient des gants d'acier dont les doigts étaient terminés par de terrible griffes. Pour utiliser les, il fallait posséder une dextérité et une rapidité peu commune. Kerres, bien que discret, avait fini par apprécier Yeric et à se faire apprécier de lui.
- Pourquoi ? interrogea à nouveau le prince.
- Si la reine a fait assassiner ton père, crois tu un seul instant qu'elle hésitera à te tuer ? répondit le noble. Tu dois fuir, Yeric. Que tu le veuille ou non.
- Quoi ? s'exclama le prince. Tu penses sincèrement qu'elle va essayer de me tuer ?
- Oui. Et ça ne sera pas très difficile. Personne n'ose ni n'osera se mettre en travers de sa route.
Kerres avait pris un air sombre en prononçant ces mots. Il savait que si personne ne faisait rien, le pays sombrera dans le chaos. Si le prince héritier venait à mourir, tous les espoirs étaient perdus. Yeric pencha la tête sur le côté et plissa les paupières. C’était un tique, il faisait toujours ça quand il réfléchissait. Finalement, il se leva et fit quelque pas vers Reth. Puis, il s’arrêta et se retourna.
- Comment vais-je faire pour quitter l’Académie ? s’enquit-il, les sourcils froncés.
Kerres sourit.
- Nous allons passer à l’armurerie, et prendre le passage derrière la statue du roi, exposa-t-il.
- Mais, il y aura des gardes ! explosa le prince. Comment veux-tu que je puisse sortir d’ici ?
- J’ai parlé aux deux gardes concernés, ils sont d’accord pour se laisser assommé, déclara le jeune noble dont le sourire s’élargissait. Et arrête de dire je, nous partons avec toi.
Yeric dévisagea ses deux camarades. Reth souriait également à présent. Ils le regardaient avec insistance, attendant qu’il donne son avis et son accord. Sachant que refuser ne servirait à rien, puisqu’ils insisteraient jusqu’à ce qu’il cède, Yeric acquiesça en soupirant :
- Bon, d’accord. On y va.
Avec un éclat de rire, Reth jeta son paquetage au prince. Puis, le trio descendit les marches qui joignaient les murailles à la cour d’entraînement. Arrivés là, ils se retrouvèrent face-à-face avec Merul, un vieux soldat d’une cinquantaine d’année.
- Allez les jeunes ! leur lança-t-il avec un petit sourire. Ne tapez pas trop fort.
Reth leva son énorme poing et l’abattit avec force sur le crâne du vieux garde. Celui-ci s’écroula sans un bruit sur le sol boueux.
- Vite !
Kerres était déjà devant la porte de l’armurerie et le deuxième soldat gisait à ses pieds. Les deux autres le rejoignirent en courant. Yeric jetait de fréquents coups d’œil vers une fenêtre du deuxième étage, la fenêtre de la chambre de Drack. Si il les voyait, ils seraient en très mauvaise posture.
- Dépèche-toi ! souffla-t-il en direction du noble.
Il était occupé à crocheter la serrure.
- Tu veux le faire ?
Finalement, la porte céda et s’ouvrit en grinçant. Sans plus attendre, le trio entra dans l’armurerie en referma la porte derrière lui. La pièce était plongée dans l’obscurité. Reth alluma une torche et l’espace prit une teinte sanglante et inquiétante. Des ombres tremblantes dansaient sur les murs, comme exécutant un ballet depuis longtemps oublié. Yeric prit deux sabres et une épée, Reth s’empara d’une hache et d’un fléau, tandis que Kerres fourrait multiples armes de jet dans son sac. Une fois leurs « emplettes » terminées, ils se tournèrent vers le fond de la salle où se dressait ,immortelle et imposante, la statue en bronze du roi Derok. Yeric resta un moment silencieux, en un dernier hommage, à contempler la statue de son père défunt. Ses deux camarades restèrent en retrait, muets devant le chagrin du prince. Une minute passa. Reth s’avança et mit une main sur l’épaule de son ami.
- Il faut y aller, vieux frère, murmura-t-il.
Yeric acquiesça en silence. La statue de bronze était placée de manière à camoufler l’entré du passage secret qui menait vers les faubourgs de T’Ovel, capitale tant renommée du royaume Valvasien. Kerres pressa la brique plus claire et un pan de mur s’effassa pour laisser voire une ouverture. L’espace entre l’ouverture et la base du colosse était étroit, si bien que Reth eut bien du mal à si glisser. Ils se retrouvèrent dans un long couloir poussiéreux aux murs couverts de toile d’araignée. Des rats couraient en tout sens, sans doute effrayés par leur arrivée. La torche, toujours tenue par Reth, ne produisait qu’une faible lueur blafarde.
- Bon, eh bien, en route, fit Yeric d’un air résigné.
Le trio se mit en route. Il leur faudrait bien une heure pour parvenir au bout du tunnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Lun 17 Juil 2006 - 19:31

Vous ne me postez plus de commentaires???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kunimitsu
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 27
Localisation : Tissant un rêve, sur un nuage
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Sam 22 Juil 2006 - 11:21

Au niveau de la géographie du royaume de Valvasie, il me manque une géolocalisation de l'académie par rapport à la capitale et au palais (lui-même situé plutôt au coeur ou un peu éloigné (genre Versailles) de la ville? )

Sinon, ce Kerres m'intrigait, savoir qu'il est gentil et même sympa me fait plutôt plaisir ^^
Je vais finir par me passionner par cette histoire moi... ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Sam 22 Juil 2006 - 14:29

Merci^^. ça me fait plaisir que quelqu'un aprécit mon histoire.

Pour la géographie... Effectivement, j'ai oublié de dire ou se situaient le palais et l'Académie... Il va falloir que je dise tout ça dans le chapitre trois. Ou alors je vais encore réécrire le premier chapitre. Enfin, je verrais bien.

Le chapitre trois est en cour d'écriture. Je devrais pas tarder à le poster. Sauf si je pars en vacances avant de l'avoir fini...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Dim 23 Juil 2006 - 11:52

.3.


Yeric n'en pouvait plus. Il n'en pouvait plus de voir toujours ces mêmes murs gris et sale. Il n'en pouvait plus de ce sol recouvert de rats. Il n'en pouvait plus de marcher. Kerres était en tête. Ses amis l'admiraient pour l'endurance dont il faisait preuve. Reth marchait un pas derrière le prince. Yeric sentait son souffle dans son dos. Ils marchaient depuis une heure, peut-être deux… Ce fut un soulagement pour eux lorsque le noble leur annonça la sortie du souterrain. Être restait aussi longtemps dans ce tunnel donnait l'impression au prince que les murs se refermaient sur lui. La sortie était un simple escalier de bois vermoulu donnant sur une trappe pareillement marquée par le temps. Reth monta les marches précautionneusement, mais l'escalier semblait tenir bon, malgré son poids. Arrivé en haut, le géant poussa la trappe. Celle-ci parût tout d'abord bloqué, mais, elle céda sous la force de Reth, et s'ouvrit en grinçant fortement. Le trio grimpa l'échelle et arriva dans le sous-sol d'une quelconque maison du faubourg.
- Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? s'enquit Yeric.
Reth se tourna vers Kerres. Le prince soupira.
- Ne me dis pas que tu ne sais pas ce que nous allons faire, dit-il avec un calme trompeur.
Le noble lui sourit.
- Ne t'inquiète pas, j'ai eu le temps de réfléchir dans le tunnel. On va rejoindre quelqu'un que je connais. Elle habite tout près d'ici si je me souviens bien.
- Elle ? releva Reth avec un sourire sarcastique.
- Et ensuite ? demanda le prince.
- Ensuite, on avisera.
Yeric ferma les yeux. Il aurait dû se douter que Kerres n'avait aucun plan une fois qu'ils seraient sortis de l'Académie. Il n'en avait jamais. Son maître mot semblait être improvisation. Le jeune noble avait gravis les escaliers de pierre et il se tenait devant la porte, une main sur la poigné.
- Vous venez ?
Reth monta les marches, suivit de Yeric. Kerres ouvrit la porte, et le trio fut aussitôt éberlué devant le changement d'atmosphère. Ils se trouvaient dans une salle d'auberge au caractère joyeux. La pièce était bondée d'hommes et de femmes. Personne ne leur prêtait attention. Avec quelques difficultés, ils se frayèrent un chemin à coups de coude dans la foule jusqu'à la porte.
La rue était sombre. On y entendait encore le tapage qui régnait dans l'auberge. Deux ivrognes étaient affalés sur un banc. Kerres s’avança sans hésiter dans une ruelle sombre et miteuse.
- Euh… Tu es sûr que c’est une bonne idée ? s’enquit le prince, inquiet de finir dans un coupe-gorge.
Kerres lui sourit et lui fit un clin d’œil.
- Tu oublies d’où nous venons !
Le fait d’avoir vécut cinq ans à l’Académie et d’y avoir appris la science des armes sous la tutelle des meilleurs guerriers de Valvasie leur donnait effectivement le droit de prendre quelques risques. Le trio s’engagea dans la ruelle, et, comme l’avait prévu Yeric, quatre hommes sortirent de l’ombre et les encerclèrent. Reth s’empara de sa hache et le prince dégaina son épée. Kerres, lui, sourit et déclara :
- Savourez bien vos dernières minutes passées sur cette terre mes amis.
L’un des quatre s’avança. L’individu se révéla être une jeune femme.
- Vos paroles m’importent guère, et vos menacent ne m’effraient pas plus, cracha-t-elle. Donnez-nous votre or, et nous vous laisserons repartir en vie.
- Pourquoi faîtes vous ça ? demanda soudainement Yeric.
- Pardon ?
La jeune femme semblait déconcertée par la question.
- Pourquoi voulez-vous nous prendre notre or ? répéta le prince.
- Pourquoi ? Parce que cette fichue sorcière a tué le meilleur roi que Valvasie ait jamais connu. Parce qu’elle a pris sa place et qu’elle nous persécute ! Nous avons besoin de cet or pour survivre !
- Le roi, mon père, aurait-il voulu que vous priviez d’argent des personnes qui ne sont en rien responsables de votre malheur ? s’enquit Yeric.
La femme recula d’un pas, bouleversé par l’illustre personnage qui se tenait devant elle. Ses trois associés prirent aussitôt la poudre d’escampette.
- Mon…mon prince ? Balbutia-t-elle. Je vous prie de m’excuser. Je ne savais pas qui vous étiez !
- Il n’y a rien à excuser, la rassura-t-il. Dis-moi nous cherchons quelqu’un, pourrais-tu nous renseigner ?
- Eh ! s’indigna Kerres. Je sais où elle habite !
- Oui, oui, on connaît aussi ton légendaire sens de l’orientation, répliqua Reth.
Le noble baissa les yeux, penaud. Il est vrai qu’il avait beaucoup de mal pour s’orienter.
- Qui cherchez-vous ? demanda la jeune femme.
- Eemra Travel, grommela Kerres.
- Eemra ! s’exclama-t-elle, un sourire jusqu’aux oreilles. Suivez-moi.
Elle s’apprêtait à s’éloigner, lorsque Reth la retint par le bras.
- Et toi ? Quel est ton nom ? lui demanda-t-il.
- On m’appelle Braise.
Kerres sursauta.
- La Braise ? Celle qui a volé la couronne du palais, et laissé une lettre d’insulte dans la salle du trône ?
Le sourire de la jeune femme s’élargit. L’affaire avait fait grand bruit. Trois ans après la mort du roi, la couronne de la reine avait disparu, et, à sa place, se trouvait une lettre dont les termes injurieux expliquaient clairement l’opinion du peuple à son égard. Reth gloussa. Yeric, lui, fronça les sourcils.
- Où est la couronne à prèsent ? s’enquit-il.
- En sécurité, le rassura Braise, dans la maison d’Eemra.
- Et, qu’est-ce qu’elle fait dans la vie cette demoiselle ? glissa Reth à Kerres.
- Cette demoiselle, qui est ma cousine par alliance, est marchande, répondit le noble. Maintenant, si ça ne vous dérange pas, nous allons y aller, parce qu’il commence à faire froid.
Yeric lui jeta un sourire. L’allusion du lien de parenté entre le noble et Eemra empêcherait Reth de continuer à faire des sous-entendus plus ou moins vaseux sur leur relation.
- C’est par là, dit Braise en indiquant la direction opposée à celle que Kerres leur avait fait empruntée.
Celui-ci poussa un soupir, tandis que Reth lui lançait un regard railleur. Le quatuor sortit de la ruelle dans laquelle il s’était engagé, pour remonter la grande rue qui menait vers les quartiers bourgeois de la capitale. Ils s’étendaient sur tout le quartier Est et une partie du quartier Nord, celui qui donnait sur les docks. Le quartier noble était au Sud de la ville, tandis que les quartiers populaires englobaient les quartiers Nord et Ouest. Au centre de T’Ovel , se dressait l’immortel palais royal.
La maison d’Eemra Travel était une immense bâtisse de pierre, dont une grande partie du rez-de-chaussée servait aux affaires. Le premier étage comprenait le salon, la bibliothèque, la salle à manger et la cuisine, tandis que les deux derniers servaient à loger les occupants de la maison et les invités. En voyant la magnificence de la villa, Reth poussa un sifflement admiratif.
- C’est la troisième plus belle maison du quartier, lui dit Braise. Les occupants des deux autres sont des imbéciles arrogants dévoués à la reine.
- Comment peuvent-ils lui être fidèles ? soupira Yeric d’un air triste.
- La cupidité et l’avidité, siffla Kerres, qui n’avait toujours pas digéré le fait que son père soit un des plus fidèles toutous de la Sorcière Couronnée.
Reth lui serra l’épaule. Braise frappa à la porte. Ils attendirent quelques instants en silence, avant qu’un serviteur ne vienne leur ouvrir.
- Vous voulez ? leur demanda-t-il d’un air peu amène.
- Voire ma cousine, répondit le noble, d’un ton encore moins engageant.
Le serviteur leur fit signe d’entrer.
- Elle va vous recevoir dans son bureau, leur expliqua-t-il.
Le hall d’entrée était éclairé par un lustre en argent. Un vieil homme à l’air sévère était assis derrière un comptoir, un énorme livre de compte ouvert devant lui. Un escalier en marbre menait aux différents étages. Le serviteur leur fit emprunter un couloir au sol recouvert d’un tapis bleu. Finalement, ils s’arrêtèrent devant une porte de chêne massif, que le serviteur ouvrit sans frapper. La pièce avait, pour tout mobilier, un fauteuil bleu, un bureau en hêtre, une cheminée, une étagère et des sièges. Une jeune femme aux mêmes cheveux noirs que Kerres leur fit signe de s’asseoir.
- Alors, chère cousin, qu’est-ce qui t’amène cette fois ? demanda-t-elle d’une voix blasée.
- Oh, rien de bien méchant, répondit-il. Je viens de devenir hors-la-loi en aidant le prince à s’enfuir de l’Académie et je voudrais que tu nous aides à fuir la ville.
- C’est tout ? s’enquit Eemra. Je suis déçue, je m’attendais à pire.
Elle se leva et fit le tour de la pièce.
- Et si tu me présentais tes amis ? fit-elle. Je connais déjà deux d’entre vous. Et je suppose que toi (elle désigna Yeric), tu es le prince dont parle Kerres. Mais, qui est le quatrième.
- Je suis Reth, des plaines de V’Racel. Mais appelez-moi plutôt Martel.
Eemra ferma les paupières. Au bout de quelques instants de silence pesant, elle éclata de rire.
- Quels illustres personnages tu m’amènes, Kerres. Tout d’abord, le prince de Valvasie, héritier du trône et ennemi de la Sorcière. Ensuite, un barbare des plaines du Sud, probablement un redoutable guerrier, comme tous les hommes de son peuple. Et, pour finir, Braise, la Voleuse de Couronne, la bête noire de la reine ! gloussa-t-elle. Tu as le don pour te mettre dans des situations pas possible, mon bon ami. Et moi, j’ai la faiblesse de toujours t’aider ! Alors, dis-moi. Qu’est-ce que tu voulais faire après avoir obtenu mon aide.
Elle s’assit et croisa les bras. Kerres la regarda d’un air gêné. Yeric s’attendait à ce qu’il avoue son ignorance, mais à sa grande surprise, le noble dit d’une voix faussement gênée :
- Il y a toujours ce tunnel qui te permet de sortir en fraude de chez toi, non ?
Eemra lui sourit tendrement.
- Je reconnais bien là le sang de ma famille ! Tu es autant, sinon plus, fouineur que moi ! Evidemment que j’ai toujours ce tunnel. Cela me dispense de taxe sur une partie de mes produits. Mais, après être sorti de la ville, où comptais-tu te rendre ?
- Je comptais te demander si tu n’avais pas un endroit loin de l’influence de la reine à nous proposer, admit Kerres.
- Je m’en doutais, soupira sa cousine d’un air résigné.
Elle se pencha, ouvrit un tiroir et en sortit une carte qu’elle étala sur son bureau. Elle l’étudia pendant quelques minutes qui parurent des heures au prince. Elle pointa soudain son doigt sur une forêt, appelée Bratank.
- Ici, dit-elle. Ça sera parfait.
Le nom de la forêt disait quelque chose au prince, mais il n’arrivait pas à se rappeler quoi. Soudain, le déclic se fit dans son esprit.
- La forêt Bratank ? s’écria-t-il. Mais elle est infestée de hors-la-loi.
La forêt se située à la frontière du royaume de Valvasie et de la Terre Tribane. Les Tribans avaient été asservis par le père de Yeric il y avait de cela bien des années.
- Ces hors-la-loi me sont fidèles depuis deux ans, environ. Je les ai payé pour attaquer les caravanes de mes rivales.
- Mais ils ont dû se douter de quelque chose, si seuls vos chariots parvenaient à traverser la forêt sans être attaqués, rétorqua Reth en fronçant les sourcils.
- Mais, ils attaquaient aussi mes caravanes ! expliqua Eemra en levant les yeux au ciel. Je récupérais les marchandises un peu plus tard, c’est tout.
- Et mon père t’as même remboursé tes pseudo marchandises perdues, ajouta Kerres, d’un ton amusé.
Braise gloussa. Eemra eut un sourire satisfait.
- Sans oublié le village de M’Eek que ma tante ma offert pour mon quinzième anniversaire, dit-elle. La route qui contourne la forêt passe par là. J’ai pu taxer toutes les caravanes qui passaient par là. Sauf les miennes, bien sûr. J’ai fait d’énormes bénéfices dans l’affaire.
M’Eek était un village du comté de Branka, située à la lisière de la forêt. Les habitants du comté avaient pris la forêt et ses brigands en horreur, victimes des pillages qu’ils entreprenaient dans les villages alentour.
- Et c’est là qu’on s’est rencontré, acheva Braise.
- Exact, approuva Eemra. Je vous présente Braise, de la tribu d’Al Tabh.
Voyant l’air étonné du prince, la marchande se mit en devoir de tout lui expliquer :
- Il y a trois tribus dans la forêt, chacune comptant une ou deux centaines d’habitants. A peu près la moitié sont des guerriers que je paye pour qu’ils protègent mes caravanes, ou attaquent celles qui passent par la forêt.
- Et jamais en dehors de la forêt ! railla Kerres.
- Tu me prends pour qui ? protesta sa cousine, faussement indignée. Je ne l’ai fait qu’une seule fois, et c’était une caravane de la reine. Elle ne s’en ait jamais remise. Mais elle a continué le commerce d’esclave.
Yeric sursauta. Non, Obélia n’avait pas osé faire ça ! Braise vit son expression et tenta de le rassurer :
- Peu de gens en achètent, et on en libère beaucoup en attaquant des colonnes. Ils viennent habiter avec nous dans la forêt.
- Tu n’en as attaquée qu’une seule hors de la forêt, hein ? ricana le noble.
- Cafteuse, souffla sa cousine à l’intention de la voleuse. Bon, Braise vous conduira jusqu’à la forêt.
Elle fouilla de nouveau dans ses tiroirs pour en tirer un plan du souterrain, qui était, en réalité, les anciennes catacombes de la ville, abandonnées depuis bien longtemps, au profit des cimetières.
- Vous emprunterez le couloir qui mènent au village de F’Razus, qui est à vingt kilomètres de la ville, à peine, continua-t-elle. Le souterrain vous mènera dans un comptoir que j’ai eu le bon sens de créer dans ce village. La pêche ça rapporte l’air de rien, sans compter mes navires en construction. Bref. Là, vous donnerez ceci (elle brandit un parchemin plié) à un dénommé Baltus. C’est le responsable là bas. Il n’est pas toujours honnête, mais il est compétent, et, comme je lui ai rendu un grand service il y a quelques années, il m’ait entièrement dévoué. Vous pouvez lui faire confiance. Il vous donnera des chevaux, des vivres, et de l’argent. Ne vous rendez pas dans les villes, et allez dans les villages uniquement si c’est nécessaire. Vous mettrez à peu près trois jours à rallier la forêt. Je vous y rejoindrais d’ici la fin de la semaine. Le temps pour moi de régler deux trois petites affaires, et d’achever celles e cour. Ah, oui. A M’Eek, vous pouvez faire confiance à tout le monde. Mais si vous avez besoin de quelque chose, adressez-vous à Rundroth, ou à sa femme, Shila. C’est mon remplaçant.
Le quatuor demeura coi. Finalement, Reth se tourna vers Kerres et lui demanda d’une voix amusée :
- Elle est plus préventive que toi.
- Je sais.
- Allez, en route, soupira le prince. Allons crapahuter dans un tunnel en ruine, au milieu des cadavres les plus vieux de la ville.
- Alléluia ! gémit Reth.





.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kunimitsu
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 27
Localisation : Tissant un rêve, sur un nuage
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Dim 23 Juil 2006 - 22:42

Meeeeeeeeeeeeerci pour le "plan" de la ville ^^

Mais c'est que ça commence à devenir bien sympathique cette petite histoire ^^ (je vais finir par arrêter de mettre des commentaires parce que j'écris toujours la même chose ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Lun 24 Juil 2006 - 13:45

Oui, j'ai pensé à toi en écrivant le "plan de la ville". Bon, il reste à situer l'Académie, mais j'y songerais plus tard...

Sinon, tu peux continuer à mettre des commentaires, ça ne me gêne pas que ce soit toujours la même chose. ça prouve que quelqu'un s'interèsse à ce que j'écris^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matextreme
Dragon nouveau-né
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 25
Localisation : Là où va mon âme.
Date d'inscription : 12/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Lun 24 Juil 2006 - 23:51

Intéressante ton histoire, voir très.
Le début est plutôt simple, mais la suite se révèle captivante, en plus si il y a un secret derrière la reine (comment elle a réussi à "dresser" le roi) ce sera particulièrement excellent.
Continue ton histoire, ça vaut surement le coup. Wink (bon pour te rassurer, je mens pas, je pense sincèrement que ton histoire est bien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Mar 25 Juil 2006 - 14:18

Merci beaucoup !!!!!!!!!!!!!!!!!!!^^

Effectivement, il y a un secret derrière la reine. Je vous le révélerer peut-être dans le chapitre 9 ou 10...

Par contre, vous n'aurez pas le chapitre 4 avant un certain temps, je partirais en vacances avant de l'avoir terminer. Et comme je pars 3 looooongues semaines...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Mer 26 Juil 2006 - 13:27

.4.


Le souterrain était vieux et poussiéreux. Dans des cavités, dormaient des cadavres pour l’éternité. Comma à son habitude, Kerres marchait en tête, accompagné de Braise. Ils discutaient de la forêt Bratank et de sa tribu. Yeric se traînait quelques pas derrière. A ses côtés, Reth fredonnait une chanson de chez lui. Cela faisait déjà une heure qu’ils marchaient. Le prince avait hâte de revoir le ciel. Il avait horreur des souterrains ! Et voilà qu’il devait en traverser deux dans la même nuit ! Soudain, un bruit de voix le fit sursauter. Ce n’était pas la voix de Kerres, ni celle de Reth ou de Braise. C’était une, non, deux voix d’homme parlant et riant tout haut. Aussitôt, le prince dégaina son épée et Reth assura sa prise sur sa hache, tandis que Braise sortit un long poignard.
- Des pillards, souffla Kerres.
- … rapportera gros, ricanait l’un d’entre eux.
- T’entends ma jolie ? s’enquit l’autre. On va te vendre et on va se faire plein de blé !
Yeric serra les dents. Ce n’étaient pas des pillards, mais des marchands d’esclaves. La lueur d’une torche se dessina dans l’obscurité. Quelques instants plus tard, deux hommes apparurent. Ils étaient tous deux armés de glaive et l’un d’entre eux portait une jeune femme vêtue de la traditionnelle tunique des prêtres de Karrem, le dieu de la Vie et de la Nature. Les deux nouveaux venus restèrent un instant figés devant le quatuor. Profitant de cet effet de surprise, Kerres bondit en avant, et, d’un gracieux coup de poing, en envoya un au tapis. Le deuxième tenta de l’attaquer, mais une dague dans le cou l’en empêcha. La jeune femme avait les poignets et les chevilles entravés par des cordes solides et rugueuses. Un bâillon l’empêchait d’émettre le moindre son. Reth la détacha. Le prêtresse les regarda tout d’abord comme des ennemis, les associés des hommes qui l’avaient enlevée, et qui ne voulaient pas partager les bénéfices. Braise s’agenouilla à côté d’elle.
- Ne t’inquiète pas, lui dit-elle d’une voix douce. Nous ne te voulons aucun mal.
- Qui êtes-vous ? demanda la prêtresse d’une voix hautaine.
Reth et Kerres échangèrent un regard. Comme pour dire « on aurait pas dû la libérer ».
- Nous sommes ceux qui viennent de te sauver, répondit Braise, légèrement irritée par l’attitude de la jeune femme.
Le regard de celle-ci s’adoucit quelque peu.
- Je m’appelle Kaelle, je suis prêtresse au temple de Karrem. Puis-je espérer connaître vos noms ?
- Je m’appelle Braise, vous avez sans doute entendu parler de moi.
La prêtresse la regarda, les yeux écarquillés.
- Le grand roux s’appelle Reth, celui aux cheveux noirs, Kerres. Et le blond est le prince Yeric, héritier du trône et ennemi de la reine.
Les prêtres de Karrem étaient, pour la plupart, dévoués à Obélia. Celle-ci leur avait fait miroiter la vue d’un glorieux avenir pour les soumettre. Le grand prêtre, Iebam, lui était corps et âme dévoué. Le fait qu’une prêtresse les ait vus passés par les catacombes pour sortir de la ville était source de problème : la reine devait les croire encore dans la ville. Ils auraient ainsi plus d’avance, et, avec un peu de chance, leur portrait ne sera pas affiché dans toutes les villes et villages. Yeric et Kerres s’éloignèrent un petit peu pour en discuter.
- On doit l’emmener avec nous, déclara le prince sans préambule.
Le noble le regarda comme si il était fou.
- Mais…, commença-t-il.
- Mais rien du tout, le coupa Yeric. Si on la laisse repartir, on sera sûr d’être pris en chasse. Et qu’est-ce que tu veux faire d’autre, la tuer ?
Kerres baissa la tête. Puis, il prit un air résigné et commença à avancer. Braise aida la prêtresse à se relever.
- Où est-ce que vous m’emmener ? s’écria celle-ci.
- Pitié, Reth, assomme-là, gémit Kerres.
- Vous n’avez pas le droit ! glapit Kaelle. Je suis une prêtresse de Karrem, je…
Mais, avant qu’elle n’ait pu ajouter une parole, Braise abattit le tranchant de sa main derrière sa nuque. La prêtresse s’effondra, inanimée.
- Je ne peux pas supporter les filles qui crient comme ça, expliqua-t-elle devant le regard de ses compagnons.





.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kunimitsu
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 27
Localisation : Tissant un rêve, sur un nuage
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Jeu 27 Juil 2006 - 21:08

Plus je lis ton histoire plus je pense qu'y faire un RP pourrait être intéressant ^^

(Je précise quand même que c'est un complimen tmême si ça parait étrange...)

Et maintenant que l'on commence à comprendre le fonctionnement, les dieux, la reine, la map, etc... ça finirait par me donner vraiment envie ^^
XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Ven 28 Juil 2006 - 13:56

Merci beaucoup!!!!!

En faire un RP??? Pourquoi pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Dim 20 Aoû 2006 - 12:09

.5.


Cinq cavaliers pataugeaient dans un chemin boueux. Le ciel, morne et gris, laissait échappé une pluie qui tombait depuis le matin. Les chevaux allaient au pas, peinant sur le chemin, glissant dans les flaques d’eau qui ne faisaient que s’élargirent encore. Yeric resserra autour de lui sa cape détrempée et soupira. L’averse durait depuis qu’ils étaient partis de chez ce marchand, Baltus, voila déjà trois bonnes heures. Il leur avait donnés des montures et des vivres, comme promis. La prêtresse s’était réveillée peu de temps après leur départ, et avait immédiatement commencé à se plaindre. Il avait fallu à Braise tout son sang froid pour ne pas l’assommer à nouveau. Au bout d’une heure, Kaelle s’était enfoncée dans un silence boudeur.
- Combien de temps avant le prochain village ? geignit Reth.
Le prince sortit la carte de son sac et l’étudia un moment.
- Je dirais une bonne demi-journée, répondit-il en rangeant le plan.
Son ami gémit. Kerres eut un sourire sans joie.
- Eh oui Reth, il va falloir attendre se soir pour se soûler la gueule, dit-il.
Reth répondit par un grognement inintelligible, auquel le noble ne prêta pas attention, plus intéressé par le groupe de chevalier qui allait à leur rencontre.
- ça y est, les ennuis commencent, soupira Braise.
La prêtresse regarda les chevaliers avec une moue de mépris.
- L’Elite de Kaa’Resh, cracha-t-elle.
Kaa’Rech était le dieu de la mort et du chaos, vénéré par quelques fanatiques et de nombreux bandits. L’Elite était une petite armée de fidèles, qui allait et venait, pillant la plupart des villages qu’elle croisait, et détroussant les voyageurs qu’elle rencontrait. Yeric jura entre ses dents.
- Combien sont-ils ? demanda-t-il.
- Une vingtaine, répondit Braise en sortant ses dagues.
- On se les fait ? s’enquit Reth en empoignant sa hache.
- Je n’ai rien contre, déclara Kerres en ajustant ses Shull ’Bakam.
Le prince réfléchit rapidement.
- De toute façon, on n’a pas vraiment le choix, dit-il en dégainant son épée.
Les cinq voyageurs stoppèrent leurs chevaux, et attendirent que les membres de l’Elite les aient presque rejoints. Ceux-ci, tout d’abord décontenancés par leur attitude, se portèrent à leur rencontre, armes au poing. Deux lames fendirent l’air, deux chevaliers tombèrent. Alors, Reth se rua sur eux, la hache levée, talonnée par Kerres. Ce fut un véritable carnage. L’Elite était composée de brigands, peu expérimentée, et trois des voyageurs étaient de l’Académie du Sang. Braise jetait des dagues avec une dextirité et une rapidité surhumaine. Kaelle, quant à elle,les étonna. Elle leva les bras vers le ciel, et se mit à prier dans une langue étrange. Alors, des éclairs crépitants fendirents les cieux, et vinrent foudroyer plusieurs de leurs assaillants. Il était dit que les prêtres de Karrem étaient « magiciens », en quelque sorte. Mais Yeric et ses deux amis pensaient que ce n’était qu’une légende inventée par le grand prêtre, pour provoquer la peur des Valvasiens. Lorsque le dernier des chevaliers fut tombé sous la lame du prince, tous se tournèrent vers la prêtresse. Celle-ci, avisant les regards étonnés de ses compagnons, sourit.
- Comment tu as fait ça ? demanda Reth.
- Et si on y allait ? s’enquit-elle, sans répondre à la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Dim 20 Aoû 2006 - 19:38

.6.


Obélia, reine de Valvasie et épouse du tant regretté roi Derok, était d’humeur songeuse ce matin. Le temps était gris et pluvieux, et le froid, pernicieux, s’infiltrait par la fenêtre ouverte de sa chambre. Elle était assise devant un lourd miroir, sur une chaise d’hêtre sculpté. Derrière elle, se dressait un lit à baldaquins de velours. Contre les murs, se trouvaient des étagères remplies de parfums et autres produits de beauté, et des armoires, pleines de vêtements somptueux.
La reine, vêtue d’une robe de chambre en soie, s’observait dans la glace. De somptueuses boucles blondes cascadaient sur ses épaules rondes et pâles, son visage, d’un teint de nacre, était la perfection même. Ses yeux bleus, pareils à un océan de glace, brillaient d’une lueur démente, et ses lèvres pulpeuses, prenaient un pli amer. Le tout lui donnait un air menaçant, presque maléfique. Soudain, on frappa à la porte.
- Entrez, dit Obélia.
Sa voix était calme et glaciale, sans émotion. Un homme dans la force de l’âge, avec un ventre bedonnant et le crâne dégarnis, entra dans la pièce.
- Eh bien, qu’y a-t-il Petrus ? demanda la reine. Le prince est-il mort ?
Le comte de K’Esh déglutit et son visage, déjà blême prit une teinte cadavérique.
- Il…il…, bredouilla-t-il.
- Est-il mort, oui ou non ? tonna la reine.
- Euh…non, votre majesté.
- Non ? Et comment cela se fait-il ?
Le pauvre Petrus frémit devant la colère contenue de sa souveraine.
- Il…il s’est enfui de… de l’Académie, votre majesté, dit-il. Avec deux autres personnes.
- Ah oui ? Et qui ça ? s’enquit Obélia en se tournant vers lui.
- Un… un certain Reth, des plaines du Sud et… et Kerres de Branka, votre majesté, répondit le comte.
La reine leva un sourcil.
- Tiens donc, fit-elle d’une voix polaire. Le fils de ce cher comte de Branka. Envoyez-le moi !
- Et… et pour le prince, votre majesté ? questionna Petrus de K’Esh.
- Faîtes le rechercher, ordonna Obélia. Et maintenant, pars d’ici. Tout de suite !
Le comte s’empressa de tourner les talons, et, après une ultime révérence, sortit avec précipitation de la chambre de la reine. Celle-ci se retourna vers le miroir. Ça ne se passait pas du tout comme prévu. Et ça la faisait enragée. Oh oui ! Elle haïssait quand rien ne se passait comme prévu. Soudain, la reine se leva et traversa la pièce. Elle ouvrit une porte à l’aide d’une clé d’argent, et la referma soigneusement derrière elle. Cette imbécile de Petrus n’allait pas réussir, elle en était sûre. Elle allait envoyer quelqu’un de plus apte à mener cette mission à bien. Quelqu’un d’infiniment plus dangereux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matextreme
Dragon nouveau-né
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 25
Localisation : Là où va mon âme.
Date d'inscription : 12/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Lun 21 Aoû 2006 - 19:00

Deux chapitres en une journée, on est gâté.^^
Donc pour dire que ton histoire continue à être bien, tu fais planer le mystère tout en dévoilant peu à peu les capacités des personnages.
Bref, une bonne intrigue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Lun 21 Aoû 2006 - 19:39

Thank you very much!!!! (Remarque inutile:je mets ça en anglais pour changer un peu...)

Bon, la suite va arriver, il faut juste que je l'invente...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Mar 22 Aoû 2006 - 20:20

.7.


L’auberge du Lion d’Or était un établissement minable, dans le petit village de K’Yerk. Il n’y avait pas plus de trois cents habitants. Ce soir-là, comme beaucoup d’autres, l’auberge était calme. Le patron, un gros homme aux manières bourrues, n’accueillait qu’un groupe de cinq voyageurs. Ils étaient assis à une table, au fond de la pièce, le capuchon toujours rabattu sur leur tête. Ils discutaient à voix basse, glissant, de temps à autre, un coup d’œil discret dans la salle.
- …même pas de la bonne bière, grommelait Reth.
- On n’est pas là pour boire de la bière ! rétorqua Kerres en levant les yeux au ciel.
- Vous ne pourriez pas arrêter de vous disputer deux minutes ? demanda Kaelle. J’en ai ma claque de vos bagarres à deux ronds !
- Et encore, dit Yeric. Ça ne fait même pas un jour que tu les connais.
- Et si on allait dormir ? proposa Braise. On a encore une longue route à faire.
- Surtout si il fait le même temps qu’aujourd’hui, renchérit Kaelle.
Les deux jeunes femmes, en temps que représentantes du sexe féminin dans le groupe, commençaient à s’apprécier.
- On va quand même pas dormir tout de suite ! s’exclama Reth. Il est même pas dix heures !
Kaelle et Braise soupirèrent à l’unisson.
- Alors, comme ça, les prêtres de Karrem sont vraiment magicien, dit Yeric.
- Oui, répondit simplement la prêtresse.
- Et, dis-moi,qu'est-ce que tu pense de la reine ? s’enquit Kerres en s’affalant sur sa chaise.
Kaelle se racla la gorge. Ensuite, elle exprima son opinion en termes imagés qui n’avaient rien de flatteur. Braise gloussa :
- Tu aurais dû lui écrire !
- J’en avais l’idée, mais tu m’as devancée ! répliqua la prêtresse.
- Que lui vaut toutes ses louanges? ricana Reth.
- Elle a tué le roi, et probablement l'ancienne reine, elle oprime le peuple et elle a réhabilité l'esclavage. ça suffit comme raison?
- Combien de prêtre déteste la reine ? demanda Yeric, sourcils froncés.
- Hum… Avec moi, je dirais trois , répondit Kaelle.
- Et, où sont les deux autres ? s’enquit Kerres en portant sa choppe de bière à ses lèvres.
- Morts. Brûlés.
- Qu’est-ce qui s’est passé ? fit Reth, les sourcils froncés.
- Ils avaient dit au grand prêtre ce qu’il pensait, soupira la prêtresse. Ça ne lui a pas plu.
Le silence revint. Braise, les yeux dans le vague, fixait le mur en face d’elle. Reth regardait le fond de son verre d’un air triste. Soudain, la porte de l’auberge s’ouvrit en grand. Une dizaine de soldats entra dans la salle. Les cinq compagnons se retournèrent brusquement. Celui qui semblait être le chef, un grand homme aux cheveux et à la barbe grisonnants s’accouda au comptoir.
- Alors, Lelios, comment vont les affaires ? demanda-t-il d’une voix forte, tandis que ses hommes s’asseyaient autour d’une table.
- Bah, pas très bien capitaine, répondit l’aubergiste. Qu’est-ce que je vous sers ?
- Comme d’habitude.
Le soldat regarda autour de lui. Son regard tomba sur la table du fond, dont les occupants le fixaient. Ceux-ci se retournèrent précipitamment, trouvant leurs verres soudain très intéressants.
- Manquerait plus qu’on se fasse arrêter, grogna Reth.
- Bon, moi, je vais me coucher ! décida Braise en se levant.
- Essayez de ne pas vous soûler! lança Kaelle en l'imitant.
Les trois amis regardèrent les deux femmes disparaîtrent dans l’escalier.
- Ah, les femmes, soupira Kerres.


Dernière édition par le Mar 22 Aoû 2006 - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
damien1
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 21/08/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Mar 22 Aoû 2006 - 20:43

bon je vient de commencer a lire ton histoire elle est geniale je sens que je vais la suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myself
Dragon
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 24
Localisation : Au delà du firmament
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Mar 22 Aoû 2006 - 21:17

Merci!!!!^^(j'ai un peu l'impression de me répéter...)

Bon, bah, comme d'hab', la suite arrive...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kunimitsu
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 27
Localisation : Tissant un rêve, sur un nuage
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   Sam 26 Aoû 2006 - 17:41

Myself, que dire que je n'ai déjà dit?

Je suis cette histoire avec toujours autant d'enthousiasme et de passion, et j'espère pouvoir la continuer longtemps ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Reine d'Ombre   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Reine d'Ombre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mila △ Je veux bien être reine mais pas l'ombre du roi [VALIDEE]
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Héroic-Fantasy RP :: Les histoires. :: Histoires Héroic Fantasy-
Sauter vers: