Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement. A vous de continuer l'histoire...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mon roman!!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Mon roman!!!!   Dim 12 Fév 2006 - 16:43

Voilà deux extraits de mon début de roman, vous n'ètes pas obligés de tous lire:

Le premier:

_Bon, on y va, fit-il en la ligotant.
Puis il lui enleva sa tunique.
_C’est pour que tu sentes les coups de fouets, expliqua –t’il tout en lorgnant sur sa poitrine.
Eh ! T’es plutôt mignonne. Le maître ne m’a pas interdit de jouer avec toi !
Il caressa son ventre nu. Adelaïde sentit que la colère montait en elle.
Dans son laboratoire, regardant à travers son portail de clairvision, Arguillus sourit.
_Voilà qui va la convaincre plus sûrement que les coups de fouet, pensa –t’il.


Mernaid se mit torse nu.
_Vois-tu, j’aime bien prendre mon temps, je ne suis pas ce qu’on pourrait appeler un « goujat ».
Il lui enleva ses chausses. Elle lui cracha au visage. Dégoûté, celui ci lui dit :
_Ca fera 10 coups de fouets en plus.




Et le deuxième:


Quand il se réveilla, un kender était en train d’examiner les oreilles de Crasimis.
Petite créature farceuse, les kenders étaient d’une curiosité rare, de ce fait, ils avaient la malheureuse habitude de saisir tous les objets qui leur tombaient sous la main.
_Qui es-tu ?
_Moi ? Je m’appelle Irmès Fouille-Tout, dit-il en tendant sa main pour serrer celle de Sébamir.
C’était la première fois qu’il rencontrait un kender mais on l’avait mis en garde contre les petites mains baladeuses de ces créatures. Néanmoins, il serra la main que Irmès lui tendait et remarqua que par mis les bourses qui pendaient à la ceinture du kender, deux étaient étrangement semblable à la sienne et à celle de son ami.
_Mais ce sont nos bourses là !
_Ah bon ? Pourtant je les ai trouvées sur deux armoires à glaces.
_Des armoires à glaces…Qu’est ce que c’est ?
_Ben, deux hommes avec beaucoup de muscles. À heureusement que les kenders sont là pour retrouver les objets que les gens perdent. Et après ça, comment on les remercie ? En les traitants de voleurs, mais les kenders sont des personnes honnêtes, qui ne s’abaisseraient jamais à voler.
_Euh, fit Sébamir décontenancé par ce discours, merci.
Soudain, il avisa l’étrange pâte qui recouvrait l’oreille de Crasimis.
_Qu’est ce que c’est ça ?
_C’est de la terre cuite.
_De la terre cuite ?
_Oui, je lui moulais l’oreille.
_Quoi ?
_Je fais la collection de moule, expliqua Irmès. Après, je les envois chez mon cousin Epinglette, qui, avec les moules, me fabrique ce qu’il représente. Regardez :
Il exhiba un gros sac. L’elfe se pencha pour examiner l’intérieur du sac et put ainsi admirer un grand nombre d’attributs biscornus, tel que des gros orteils ou des verrues.
_J’en ai beaucoup, hein ?
_ Oh oui !
_Mais je n’avais pas encore d’oreilles d’elfes. Vous êtes très maniaque en ce qui les concerne.
Il se pencha sur le corps de Crasimis et entreprit de lui démouler les oreilles.
C’est le moment que choisit le jeune elfe pour reprendre connaissance.
_Et mais qu’est ce que vous faites ! s’écria -t’il en lui envoyant une gifle qui le fit planer sur plusieurs mètres. Sébamir se retint à grand peine d’éclater de rire. Il aida son ami à se relever. Soudain, une voix enthousiaste retentit :
_Ouah, jamais encore je n’avais fait un tel vol planer.
Sébamir pouffa en voyant la mine stupéfaite de son ami.
_Salut, je m’appelle Irmès Fouille-Tout, et vous ?
_Crasimis. Qu’est ce que vous faisiez à mon oreille ?
_Je la moulais, il se lança dans de grandes explications tout en exhibant de temps à autres une pièce de sa collection.
_Et vous dites que mon oreille, enfin le moule de mon oreille, va aller rejoindre toutes celles là dans votre sac !
Sébamir était plié en deux.
_Qu’est ce qui te fait tant rire ?
_Ta tête !
_Dites, vous voudriez bien que je moule votre nez et une dent ? Comme ça j’aurais toute la collection d’un elfe.
_Oh oui, bien sur. Et est ce que ce serait possible d’avoir des doubles ?
_Je verrais avec mon cousin, mais à mon avis il n’y aura pas de problème.
Irmès commença à préparer sa pâte.
_ Vous n’allez quand même pas faire ça en pleine rue ! s'inquiéta Sébamir.


Dernière édition par le Sam 11 Mar 2006 - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
Wazarnaud
Wazadragon
avatar

Nombre de messages : 2099
Age : 28
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Dim 12 Fév 2006 - 16:52

Pas mal, pas mal ! Le premier extrait est particuliérement dramatique, mais le second est trés déjanté... Tu te débrouilles mieux d'ailleurs au niveau du déjanté, je trouve. Tu devrais plus t'orienter vers cette voie. Mdr ce Kender...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myspace.com/timelapsemusic
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Dim 12 Fév 2006 - 17:00

Tu sais il y as un peu de tout! Jepeux envoyer d'autres extraits si ça te tentes. (Je ne me vèxerait pas si tu dis non)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
Henharma
Dragon mûr
avatar

Nombre de messages : 675
Localisation : Coincée entre la réalité et une utopie...
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Dim 12 Fév 2006 - 19:47

C'est pas mal du tout !!!
Tu devrais mettre d'autres extraits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wazarnaud
Wazadragon
avatar

Nombre de messages : 2099
Age : 28
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Dim 12 Fév 2006 - 20:10

Tu sais tu envoies ce que tu veux moi je vais pas dire non, c'est à toi de voir !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myspace.com/timelapsemusic
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Lun 13 Fév 2006 - 21:20

Et en voilà un autre:

Cilla épiait les habitants d’une maison bourgeoise. D’après ses renseignements ceux-ci devaient se rendre à une soirée. Ainsi elle aurait le champ libre pour pénétrer dans la demeure.
D’un coup d’œil elle évalua la distance entre le toit où elle s’était perchée et le balcon de la maison. Assez près pour sauter, elle prit son élan et sauta. Elle atterrit sans un bruit avec la grâce et souplesse d’un chat.
Un carrosse sortit de la cour. Cilla s’acrocha au mur et se déplaça rapidement vers une petite fenêtre. Peu de gens pouvaient suivre la jeune elfe lorsqu’elle s’adonnait à son sport favori, l’escalade. Cela était d’ailleurs très utile dans son métier.
Elle se glissa dans l’entrebâillement et se réceptionna souplement sur le sol, toujours aussi silencieuse elle tourna le joyau de sa bague et explora la pièce où elle avait atterrit grâce au mince faisceau lumineux émit par le bijou. L’anneau lui avait coûté une fortune mais l’investissement était rentable.
Elle se dirigea vers une petite porte, sans doute l’entrée des domestiques. Le petit couloir était éclairé par des torches, Cilla le parcourut rapidement aussi invisible qu’une ombre.
Elle s’arrêta devant une autre porte, actionna la poignée, la porte était verrouillée, l’elfe sortit une petite épingle qu’elle introduit dans la serrure, au bout de trente secondes un petit clic retentit et la porte s’ouvrit.
Cilla sortit une petite balle qu’elle fit rouler afin de désactiver d’éventuel piège, une volée de fléchettes vint se ficher dans la porte, elles dégoulinaient de liquide verdâtre.
Cilla s’avança prudemment. Soudain elle sentit sous son pieds un infime changement. elle s’aplatit au sol. Bien lui en prit, une lame passa au ras de son dos. Sa balle n’avait pas déclenché ce piège, Cilla avait choisit une balle pesant trois kilos de moins qu’elle, les trois kilos de différences avaient suffis pour déclencher le piège sous Cilla et pas sous la balle. La raison de ce choix était simple : la balle, bien que petite, était très encombrante, surtout pour une acrobate comme Cilla dont le plus grand avantage était la légèreté. L’elfe savait d’expérience qu’elle ne devrait pas déclencher d’autres pièges, elle était trop légère. Mais elle redoubla néanmoins de précaution. Elle avança à pas mesurés en sondant le sol devant elle. Elle n’avait pas fait trois pas que la porte derrière elle s’ouvrit brusquement sur une dizaine d’hommes armés jusqu’aux dents. Cilla fronça les sourcils, elle ne s’attendait pas à tant de résistance. Voilà sans doute pourquoi son client lui avait proposé un prix aussi élevé, mais il aurait tout de même put la mettre en garde. Tant pis, et puis cela faisait longtemps qu’elle ne s’était battu contre autant d’homme, cela lui ferait un bon entrainement.
Un sifflement retentit et un carreau alla se ficher dans la jugulaire de l’homme de tête, il s’effondra. Les autres ralentirent désemparé. Ce laps de temps suffit à Cilla pour recharger son arbalète fixé au poignet droit, bientôt un deuxième homme tomba puis alors que ses coéquipiers reculaient afin de mener une charge plus ordonner un troisième soldat s’écroula.
L’un des hommes sans doute plus expérimentés que les autres se jeta sur la jeune elfe sachant qu’elle n’aurait pas le temps de recharger son arme. Mais s’il espérait la prendre au dépourvu il en fut pour ses frais, l’elfe l’accueillit avec une lame courte entre l’épée et le poignard. Elle prit rapidement le dessus mais alors qu’elle allait tromper la garde du soldat, ses camarades volèrent au secours de leur compagnon. Et bientôt Cilla affronta non pas un mais sept soldats.
Malgré son entraînement l’elfe menaçait d’être submergé par le nombre.
Tout à coup un soldat déclencha un autre piège, un gaz envahit la pièce. Par réflexe Cilla se couvrit le visage, elle saisit l’objet convoité et sortit de la pièce. Elle fit quelque pas dans le couloir puis aspira une grande goulée d’air frais. Sa tête lui tournait elle avait retenu sa respiration afin de ne pas inhaler de gaz. Elle s’appuya contre un mur et respira profondément, elle sentit sa vision s’éclaircir, le mal de tête ne s’était pas résorber, néanmoins elle avait l’esprit assez clair pour savoir qu’il ne fallait pas s’éterniser. De plus le gaz commençait à envahir le couloir.
Elle se sauva l’objet dissimulé dans sa sacoche. Elle parcourait les toits tel une ombre dans la nuit.
Elle dégringola du haut d’une maison et se trouva devant chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Sam 18 Fév 2006 - 20:32

Vous pouvez venir!!!!! svp!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
Kheldar
Dragon mûr
avatar

Nombre de messages : 405
Age : 30
Localisation : Dans la brise sous un clair de lune...
Date d'inscription : 15/11/2005

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Sam 18 Fév 2006 - 21:37

Désolé, je l'ai lu, je trouve ça pas mal, mais j'avais pas donné mon avis...
Donc, maintenant, tu l'as... En même temps, moi non plus, y'a personne (désolé Hen) pas beaucoup de monde qui donne son avis sur mon histoire...

Mais continue, et essaye (je sais, je suis chiant avec ça) de faire une histoire avec un début et une fin... lol

Bon, pour le fun, OSI, le retour: afro , farao et geek ont lu ton histoire (LOL)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henharma
Dragon mûr
avatar

Nombre de messages : 675
Localisation : Coincée entre la réalité et une utopie...
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Sam 18 Fév 2006 - 21:55

Toujours bien !!!! Mais c'est vrai que tu devrais te concentrer sur une histoire en particulier (ou deux, même) pour pouvoir les finir, c'est toujours mieux!!!

Kheldar : encore un peu et je boude, je suis rien, sniiiiiiif (lol)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Dim 19 Fév 2006 - 0:47

Pour l'instant ça a un début! Je peux vous envoyer ce que j'ai fait pour le moent! Là c'était juste des extraits!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
Kheldar
Dragon mûr
avatar

Nombre de messages : 405
Age : 30
Localisation : Dans la brise sous un clair de lune...
Date d'inscription : 15/11/2005

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Dim 19 Fév 2006 - 1:14

Moi, j'veux bien... (t'as mon e-mail)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henharma
Dragon mûr
avatar

Nombre de messages : 675
Localisation : Coincée entre la réalité et une utopie...
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Dim 19 Fév 2006 - 1:31

Suis d'acc aussi!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Ven 24 Fév 2006 - 11:44

Maintenant je met mon roman en entier:

Adelaïde vivait chez sa tante, dans un ranch, à Gontranque. Adelaïde était une jolie jeune fille de 14 ans, un peu garçonne dans son comportement et dans sa façon de s’habiller. Elle avait des yeux verts, des cheveux châtain ondulé qui s’arrêtaient au milieu du dos, elle était un peu grande pour son age, elle paraissait fragile mais était courageuse et sportive. Ses parents étaient sorciers, elle les voyait une fois par an pour son anniversaire, le 27 août.

_ Ils arrivent, s’exclama Adelaïde quand elle aperçut des chevaux arrivant au petit trot sur le sentier menant au ranch.
Adelaïde couru rejoindre ses parents. Aragaron, son père mit pied à terre et la prit dans ses bras en la faisant tournoyer.
_Qu’est ce que tu as grandi, bientôt, je ne pourrai plus te soulever.
_Comment va Mireille ? demanda Safrina, sa mère.
_Bien, dit une voix enrouée.
_Mireille, ma grande sœur !
Les deux sœurs s’embrassèrent avec fougue. Contrairement à Safrina, Mireille n’était pas une sorcière. Ce qui ne les empêchaient pas de beaucoup s’aimer.
_Vous devez être fatigué, si vous venez de Bargole.
_En, fait, on vient de Margeolière.
_Et, qu’êtes-vous allés faire au pays des Elfes ? s’enquit Mireille.
_Inscrire Adelaïde à Parogère, expliqua Safrina.
_Parogère! Youpi! s’écria la jeune fille.
_Mais je croyais que cette école était réservée aux elfes, intervint sa tante.
_Aux elfes et aux sorciers. Tu sais très bien que j’y suis allée quand j’avais son âge, fit-elle en désignant Adelaïde, et pour les mêmes raisons qu’elle.
_Petite perte de mémoire, se justifia-t-elle, je deviens gâteuse avec l’âge. Mais vous êtes sûr que c’est une sorcière…
_Arrête d’ergoter, la coupa Adelaïde, tu savais bien que je devrais te quitter un jour.
_Tu as l’air impatiente.
_Oh oui, papa!
_Pour répondre à ta question, oui nous sommes sûrs que c’est une sorcière. Tous les sorciers peuvent détecter la présence d’autres sorciers à moins que ceux-ci aient apprit à déguiser leur identité, ce qui n’est pas le cas pour Adelaïde, expliqua Safrina.
_D’accord, mais ce petit bout de chou va me manquer. Bon, assez discuté, allons manger.
_Je m’occupe des chevaux, dit Adelaïde.

Quand elle les rejoignit dans la salle à manger, le repas était servi et les adultes échangeaient les nouvelles du pays. En la voyant entrer, ils lui dirent :
_Joyeux anniversaire !
Elle sourit et dit :
_Merci.
_Vient, lui dit sa mère, ton cadeau est dehors.
Ils sortirent tous ensembles et se dirigèrent vers l’arrière de la maison. Là attacher à un tronc d’arbre se trouvait un magnifique étalon noir.
_Oh, il est super ! Merci, merci ! dit-elle en sautant au cou de ses parents.
_Il s’appelle Ouragan.
_Je peux faire un tour avec lui ?
_Après manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Ven 24 Fév 2006 - 11:45

Et la suite:

Ils rentrèrent dans la demeure et firent honneur au festin.
_Le repas était délicieux comme d’habitude, félicita Safrina.
_Je peux aller voir Ouragan, maintenant ? demanda-Adelaïde.
_Oui, lui répondit son père.
Elle sortit et se dirigea vers Ouragan.
_Comment vas-tu mon vieux ?
L’étalon hennit et tira sur sa longe.
_Tu as l’air impatient, allons-y ! dit-elle en détachant son cheval.
A ce moment là, Safrina s’approcha et demanda :
_Tu montes à cru ?
_Toujours, lui répondit sa fille. Tu comprends Mireille n’a pas assez d’argent pour acheter une selle pour chaque cheval du ranch ; et comme ils doivent tous être monté si elle veut pouvoir les vendrent à bon prix, et bien elle m’a appris à les montés sans selle. Et puis comme ça on fait plus corps avec sa monture.
_Mais pour les longs trajets, tu dois quand même avoir une selle.
_Non, une fois j’ai été à Villargus (petit village au Sud-est du royaume des hommes ; voir carte) envoyer une jument et son poulain qui avaient été acheté par un couple de fermier et j’ai monté la jument à cru tout le long du voyage.
_Tu n’as pas été jusqu’à Villargus toute seule quand même !
_Mais non ! J’y suis allé avec un groupe de marchands.
_ Tu es une vraie petite elfe.
_Pourquoi ? demanda Adelaïde qui ne voyait pas le rapport.
_Parce que les elfes montent toujours à cru.
Ouragan recommença à hennir, et Adelaïde dit à sa mère :
_Je crois qu’il a besoin de bouger. Elle sauta sur son cheval et parti au galop.

Elle rentra deux heures plus tard.
_Alors c’était bien cette balade ? demanda son père.
_Génial, Ouragan est un champion ! s’enthousiasma la jeune fille.
_Adelaïde ! Viens m’aider à mettre le couvert, l’appela Mireille.
_J’arrive tantine ! Le temps de m’occuper d’Ouragan.

Le dîner terminé Aragaron dit :
_Allez tout le monde au lit, nous avons un long voyage à faire demain.
Safrina ajouta :
_Adelaïde va faire tes valises, demain nous partirons à l’aube.

Le lendemain, ils partirent de bonne heure, après un petit déjeuner copieux. Le voyage se passa sans encombre jusqu’à la frontière avec le Pays des Elfes.

_Nous voici à la limite entre le Royaume des Hommes et le Pays des Elfes, expliqua Safrina. Nous allons pénétrer dans le territoire des elfes bl. …
Quatre hommes bondirent en hurlant des fourrées qui bordaient la route. Les chevaux d’Adelaïde et ses parents se cabrèrent. Safrina réagit aussitôt en invoquant un mur de protection, les quatre bandits se heurtèrent à celui-ci, mais un homme tous de noir vêtu s’avança et traversa la protection.
_Un sorcier, s’exclama Aragaron.
_Et oui, répliqua l’homme.
D’un geste il supprima le mur invisible puis il fit signe aux brigands d’avancer et leur dit :
_Occupez-vous de la fille, je m’occupe de ses parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Sam 11 Mar 2006 - 20:12

Pour ceux que ça interesse la suite de mon roman:
Aragaron voulu invoquer une boule de feu, mais le sorcier fut plus rapide, il le figea, puis d’un claquement de doigt, il enferma Safrina dans un bloc de glace.
Pendant ce temps, Adelaïde tentait vainement de se libéré de la poigne de fer d’un des hommes. La jeune fille était terrorisée, elle avait beau réfléchir, elle ne voyait vraiment pas ce qui pourrait la sortir de là, de plus le brigand l’étranglait et elle perdait peu à peu connaissance. Soudain, alors qu’elle était à la limite de la conscience elle sentit une formidable énergie qui montait en elle, puis une vague d’énergie sorti de ses mains et projeta les bandits à une dizaine de mètre plus loin. A bout de force, elle s’évanouit et elle ne vit pas le sorcier se pencher sur elle stupéfait. Il la ligota puis fit signe à ses hommes de l’emmener.

_Alors, l’as tu capturée? s’enquit le Maître.
_Oui Maître.
_Et les parents ?
_Mort !
Ils éclatèrent de rire.

_Tu seras ma disciple ! Tu n’as pas le choix !
_Jamais !
_Diable elle est coriace ! Mais ce n’est pas ça qui va m’arrêter, pensa- t’il. Très bien, peut être que cent coups de fouets te ramèneront à la raison. Mais tu peux encore revenir en arrière.
_Je préfère le fouet ! défia-t-elle.
_Bon, Mernaid ! Un apprenti entra dans la salle. Ligote cette petite impertinente, et donne lui cent coups de fouets. Il ajouta plus bas pour qu’Adelaïde ne l’entende pas : je la veux vivante, tu connais l’appétit des loups-garous, ajouta -t’il en guise d’avertissement.
Le sorcier quitta la pièce.
_Et bien petite, on a déplu au seigneur, dit le jeune homme avec un sourire cruel.
_Premièrement tu ne m’appelles pas petite, deuxièmement cet homme n’est pas mon seigneur, répondit effrontément la jeune fille.
_Oh! Oh ! Tu as du répondant ! J’aime ça ! Mais fais gaffe, le seigneur est plus susceptible, la preuve : ajouta –t’il en désignant le fouet.
_Bon, on y va, fit-il en la ligotant.
Puis il lui enleva sa tunique.
_C’est pour que tu sentes les coups de fouets, expliqua –t’il tout en lorgnant sur sa poitrine.
Eh ! T’es plutôt mignonne. Le maître ne m’a pas interdit de jouer avec toi !
Il caressa son ventre nu. Adelaïde sentit que la colère montait en elle.
Dans son laboratoire, regardant à travers son portail de clairvision, Arguillus sourit.
_Voilà qui va la convaincre plus sûrement que les coups de fouet, pensa –t’il.


Mernaid se mit torse nu.
_Vois-tu, j’aime bien prendre mon temps, je ne suis pas ce qu’on pourrait appeler un « goujat ».
Il lui enleva ses chausses. Elle lui cracha au visage. Dégoûté, celui ci lui dit :
_Ca fera 10 coups de fouets en plus.
Alors qu’il s’approchait d’elle, elle sentit une douleur qui lui traversait les yeux. Stupéfaite, elle dévisagea l’apprenti qu’elle venait de transformer en bloc de glace.
C’est ce moment que choisit Arguillus pour se téléporter dans la pièce devant Adelaïde entièrement nue. Il jeta un coup d’œil amusé à Mernaid figé dans la glace, puis se tourna vers la jeune fille et demanda :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Sam 18 Mar 2006 - 19:08

_Alors, que préfères-tu : être mon disciple, ou que je libère cet homme, en le laissant agir à sa guise avec toi, mais cette fois ci il bénéficiera d’une protection à tes sortilèges.
_Je suppose que je n’ai pas le choix.
_Tu supposes bien.
Elle baissa la tête et répondit d’une petite voie :
_D’accord.
Arguillus sourit, il avait encore gagné. Il lui enleva ses liens. La jeune fille se pencha pour ramasser ses vêtements, mais le sorcier l’en empêcha, il claqua des doigts et une tenue semblable à celle de Mernaid apparu.
_Dorénavant, tu porteras cet ensemble et rien d’autre. Bien, il les téléporta dans une salle qui ressemblait à un dortoir, ici c’est ta chambre. Tu la partageras avec trois autres garçons.
_Je ne pourrais pas plutôt être dans une chambre de fille ? réclama –t’elle.
_Il n’y a ici que des hommes. J’ai réussi à obtenir une exception pour toi.
_Pourquoi ?
_Pourquoi quoi ?
_Pourquoi, malgré mon refus et le règlement. Pourquoi, est ce que vous voulez absolument que je sois votre disciple ?
_Parce que tu as très grande puissance magique. Et sache que d’habitude je ne prends jamais d’apprenti, alors tache de ne pas abuser de ma patience. Sinon, je te vide de ta puissance et tu me serviras de vulgaire courtisane. Car, il va sans dire qu’avec ta puissance j’aspirerais aussi ta mémoire et ton intelligence. Bon, j’ai d’autres choses plus importantes à faire que de parler avec une gamine de14 ans.
_ Je peux vous poser une dernière question ?
_Je t’écoute.
_Qui sont les trois garçons avec qui je vais partager ma chambre ?
_Tu le découvriras bien assez tôt. Viens me voir dans mon laboratoire dans une heure. Ah oui ! J’oubliais, voilà un laisser passer, présente le à quiconque te causera des ennuis. Et tu ferais bien de t’habiller, ajouta –t’il.
_Mais… Trop tard il s’était téléporter.
Elle enfila la tunique et mit le laisser passer dans sa poche. A ce moment là la porte s’ouvrit sur trois jeunes hommes qui riait. Quand ils la virent, ils ouvrirent de grands yeux et restèrent bouche bée.
Mal à l’aise Adelaïde jugea bon de se présenter :
_Bonjour, je suis votre nouvelle camarade de chambre.
_Mais, tu es une fille ! Et les filles sont interdites ici, intervint un garçon blond.
_Je sais, mais le sorcier Arguillus à fait une entorse au règlement pour me prendre comme disciple.
_Impossible, contredit le blond, Arguillus déteste les apprentis.
_Il m’a mis au courant, mais il a jugé que je constituais un bon investissement son précieux temps. D’ailleurs il m’a donné ça pour les septiques, dit-elle en exhibant le laisser passer.
_Bon, ça va, on te croit.
_Tu vas vraiment dormir ici ?
_Oui, répondit Adelaïde un peu agacé. Dites, c’est parce que vous ne voyer jamais de filles que vous êtes aussi septique ?
_Mais on voit des filles ! s’étonna le plus grand.
_Quand ? Je croyais que les filles étaient interdites ici.
_Et tu crois qu’on reste tout le temps dans ce trou à rat ?
_Ben oui.
_Et bien laisse moi te dire que tu te trompes lourdement. Nous passons la moitié de notre temps à l’extérieur de la guilde.
_De la guilde ? s’étonna Adelaïde.
_Ne me dit pas que tu ne sais pas ce qu’est une guilde !
_Non, je ne le sais pas, défia Adelaïde. Et alors, qu’est ce que ça peut faire ?
_Et bien, si tu ne sais pas ce que c’est qu’une guilde, alors tu ne connais rien de cet endroit.
_Comment voulez-vous que je le sache ?s’indigna la jeune fille. Je me rendais dans une école de magie avec mes parents, et tout à coup, des brigands nous ont attaqués. Je me suis évanouie et quand je me suis réveiller Arguillus s’est mis à me harceler jusqu’à que j’accepte d’être son apprenti.
Les trois garçons accueillir son récit avec stupéfaction.
_Dans quelle école devais-tu aller ?demanda le plus grand.
_Parogère.
_Parogère ! s’exclama -t’il. Tu n’as pourtant pas l’air d’une elfe. Quoique, il y ait une petite ressemblance avec les elfes des bois.
_Quoi, qu’est ce que tu racontes ?
Il se mit à incanter, et soudain son corps se transforma pour devenir celui d’une magnifique elfe des bois : ses cheveux s’allongèrent et prirent une couleur brune, sa taille s’affina, ses oreilles prirent une forme pointues, son visage s’éclaircit, seuls ses yeux ne changèrent pas, ils gardèrent leur teinte verte.
Agacé par le regard ébahis que les garçons lui adressaient, elle les questionna :
_Qu’est ce qu’il y a encore ?
Le brun prononça un mot et un miroir apparu. Il invita la jeune elfe à s’y contempler.
_Qu’est ce que tu m’as fait ? dit-elle en se tournant vers le grand.
_Je n’ai juste fait que de lever un sortilège qui te rendait humaine. Tu es une elfe.
_Moi une elfe ! Mais comment tu as su que je …
_Que tu es une elfe ? C’est simple, seuls les elfes peuvent entrer à Parogère. Cela m’a mis la puce à l’oreille, la seule façon de le deviner sont tes yeux. Sans doute, les gens qui t’ont fait cela, ont-ils voulus te garder au moins un signe distinctif.
_Mais pourquoi ont-ils voulus que je ressemble à une humaine ?
_Alors ça je l’ignore.
_Peux-tu me redonner ma vraie forme… Enfin je veux dire, ma forme humaine.
_Tu ne préfères pas être une elfe ?
_Si bien sûr, mais je pense que ce ne serait pas très discret.
_Oui, c’est vrai. Aloliéra ! Tu peux reprendre ton apparence originelle en prononçant Anoniéra et Aloliéra pour redevenir humaine.
_Merci, merci beaucoup. Encore une chose, je vous demande de garder le secret sur ce que vous venez de voir.
_Juré, promirent-ils.
_Au fait, est ce que quelqu’un sait où est le labo d’Arguillus ?
_Oui moi, dit le spécialiste des elfes.
_Et c’est loin ?
_Assez, pourquoi ?
_Il faut que je sois là bas dans un quart d’heure.
_Alors, il vaudrait mieux qu’on y aille tout de suite, si tu ne veux pas avoir à courir.



_Arguillus ! J’ai trouvé une manière de protéger ton labo des incendies.
Le sorcier sourit, voilà deux ans qu’Adelaïde était sa disciple, elle avait maintenant 16 ans. Et elle était très douée. De plus elle débordait d’enthousiasme et d’ingéniosité. Il en était même venu à l’aimer.
_Qu’est ce que tu as encore inventé ?
_C’est un sort qu’il faut prononcer au centre de la pièce que l’on veut protéger.
_Viens allons l’essayer.
_D’accord.
Ils se dirigèrent vers le labo.
_Au fait Arguillus, je voulais te parler de quelque chose.
_Et de quoi ?
_Et bien… je…
_Alors ?
Elle se lança :
_J’ai décidé de m’en aller.
_Et pour combien de temps ?
_Définitivement.
Arguillus la fixa dans les yeux et demanda :
_As-tu bien réfléchis ?
_Oui, ma décision est prise. Je vais ouvrir un magasin d’instrument de magie.
_Toi, une vulgaire marchande. Mais tu ne pas imaginer toutes les portes qui s’ouvriront devant toi si tu restes dans la guilde !
_Cet avenir ne m’intéresse pas. Je pars tant que je le peux encore. Je ferais ce que je veux de ma vie, et cette vie je ne la passerais pas à comploter pour monter en grade ou le garder.
_Bon c’est ton choix après tout. Quand pars-tu ?
_Ce soir.
_Si tôt, murmura t-il. Et où vas-tu t’installer ?
_A Marmadou, cette ville m’avait beaucoup plu quand tu m’y avais emmené.
_Mais c’est très dur de trouver un local dans cette ville.
_Je l’ai déjà trouvé. En fait, je suis installée. Le magasin n’attend plus que moi pour ouvrir.
_Je vois que tu as attendu le dernier moment pour me parler de ton départ.






Siverosas.
_Fais gaffe !
Le cristal s’écrasa au sol et se brisa.
_Oh non ! tu sais l’importance de cet objet ! Qu’est ce qu’on va faire ?
Un elfe richement vêtu se profila dans l’entrée.
_Qu’est ce qui se passe ici ?
_Crasimis a cassé le cristal de transfusion.
_Quoi ? Crasimis, je ne veux plus te voir dans l’atelier. Sors !
Quant à toi, Srego, réunis le village.
_Bien.
Cinq minutes plus tard, devant le village :
_Ecoutez-moi bien, le cristal de transfusion a été cassé par accident, je veux deux volontaires pour en trouver un autre, vous connaissez l’importance de ce cristal pour notre village et pour le pays des elfes.
_Qui sont les volontaires ?
Les deux jeunes garçons levèrent la main. A leur grande surprise, ils furent les seuls. Aussitôt de nombreuses voix s’élevèrent pour protester. Le chef leva les mains en signe d’apaisement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Sam 25 Mar 2006 - 22:59

_Du calme. Laissons les nous expliquer les raisons pour lesquels ils se portent volontaires.
Sébamir se tourna vers Crasimis :
_Qu’est ce qu’on va leur raconter ? On ne peut tout de même pas leur dire que c’est pour se marrer.
_Laisse moi parler, je sais ce que je vais dire.
_Nous avons penser que puisque c’est moi qui est cassé ce cristal, nous devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le remplacer.


Srego s’approcha du chef, qui contemplait le coucher du soleil. Il semblait plonger dans ses pensées, pourtant il se retourna et dit :
_Le destin de notre village est entre leurs mains.
_Justement chef, pourquoi avoir envoyer ces deux elfes là, ils sont si turbulent, et s’ils ne reviennent pas vite avec le cristal, les drows attaqueront. Vous savez bien que notre village est le gardien de la grotte où émerge le tunnel menant au monde souterrain des elfes noirs. Sans ce cristal nous ne les retiendrons pas longtemps.
_Je sais tout cela, Srego.
_Alors pourquoi avoir envoyer des elfes si inexpérimentés ?
_Ils sont l’avenir de notre village, murmura le vieil elfe.

_Franchement, je ne pensais pas qu’ils nous prendraient.
_Ils n’avaient pas le choix, on n’était les seuls volontaires.
_Oui, mais ton discours y est pour beaucoup.
_Par où est ce qu’on commence ?
_Ben, si on allait à Parogère. Après tout c’est une école de sorcellerie.
_Va pour Parogère.

Deux jour plus tard.
_Enfin, voilà Parogère.

Au bout de deux heures ils ressortirent.
_Bon, direction Bargole.
_Tu crois que c’est vrai qu’il y a une spécialiste là bas ou que c’était pour se débarrasser de nous.
_On verra bien. Ils nous ont dit qu’elle s’appelait comment déjà ?
_Adelaïde, je crois.
_Ouais, ça doit être ça.


Marmadou.
_Bonjour, je peux vous aider.
_Non-merci, je regarde.
Adelaïde soupira, voilà deux semaines qu’elle s’était installé, et elle n’avait pas vendu grand chose, à peine quelques poudres sans importance. Elle s’assit derrière son comptoir et contempla son petit magasin encombré d’une multitude d’objet magique qu’elle avait amassé au cour de ses voyages et dont elle n‘avait plus besoin. Arguillus avait peut être raison, cette vie n’était sans doute pas faites pour elle. Mais, il n’était plus question de reculer. Une voix la sortit de ses pensées :
_Bonjour Mademoiselle.
_Bonjour, vous cherchez quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Dim 2 Avr 2006 - 15:47

_Vous êtes bien apothicaire ?
_Pas exactement, je vends des objets magiques.
_Et des ingrédients pour potion ?
_Aussi.
_Donc, vous êtes apothicaire.
_On peut voir ça comme ça.
Adelaïde sourit, la personne qu’elle avait d’abord pris pour un nain était, à en juger par le son de sa voix, en réalité une naine commençait à l’amuser.
_Alors nous sommes collègue, j’aurais bien aimé ouvrir une boutique, mais une naine apothicaire ça ne fait pas très sérieux, et j’ai beaucoup de mal à gagner de quoi manger. Et je me demandais si vous n’auriez pas besoin d’un peu de main d’œuvre ?
Elle paraissait un peu penaude, Adelaïde prit pitié d’elle :
_Ah, mais vous tomber bien ! Je cherchais justement quelqu’un pour tenir mon magasin pendant mes voyages.
Le visage de la naine s’illumina :
_C’est vrai !
_Que demandez-vous comme salaire ?
_Oh ! Simplement un abri et un peu de nourriture.
_Une chambre, trois repas par jour, Adelaïde jeta un coup d’œil à la toile troué qui tenait lieu de vêtements à la naine, et un vêtement neuf tous les six mois.
_Mademoiselle est trop bonne.
_Appelez-moi Adelaïde, et vous comment vous nommez-vous ?
_Masla.
_Et bien Masla bienvenue chez moi.



Bargole.
_Halte ! Qui êtes-vous ?
_Deux elfes qui demandent le passage.
_Il est interdis de pénétrer dans la ville après le coucher du soleil.
_Mais nous sommes presser !
_Et bien vous attendrez le matin.
Les deux amis s’éloignèrent.
_Nous allons devoir dormir ici.
_Le mur ne me paraît pas trop dur à escalader.
_Tu es fou ! Tu as vu comment c’est gardé !
_Tu deviens une poule mouillée maintenant !
_Tu sais ce qu’on risque ! Pas seulement une fessée ou une semaine au cachot.
_Oh qu’est ce que tu peux être rabat-joie ! Et qu’est ce que tu crois qu’on risque, à part la prison ?
_Je ne pense pas qu’ils nous exécuteraient pour ça, mais nous serions sans doute expulsés, et alors tous les efforts que nous avons fait jusqu’à maintenant auront été vains.
_Oh là, là ! Auront été vains ! répéta -t’il avec une petite voix aiguë. Depuis combien de temps parles-tu comme un premier de la classe ?
Sébamir le gifla.
_Fais ce que tu veux, moi je reste ici.
_Bon d’accord, on attendra de pouvoir rentrer légalement dans cette fichue ville, capitula Crasimis.
Crasimis s’endormit presque aussitôt, mais Sébamir mit longtemps à l’imiter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
the pompgirl
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 25
Localisation : finistére
Date d'inscription : 12/03/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Lun 24 Avr 2006 - 15:44

Moi je l'adore ce roman, il est extra !!!!
ps (pour l'auteur): est ce que tu ma donné, jusque la ou plus loin ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Ven 28 Avr 2006 - 22:29

hors texte- pomp je t'ai donné jusqu'à beaucoup plus loin ^^-hors texte.

Il jouait dans la clairière d’une forêt avec une petite fille. Les lieux comme sa camarade lui était familier et pourtant il ne les avait jamais vus. Ils se tenaient devant un terrier de lapins. La petite elfe chantait et tout à coup un lapereau sortit le bout de son museau pour voir ce qui faisait ce joli bruit. Sébamir le prit dans ses bras et les deux enfants se mirent à jouer avec le petit animal. Soudain il prit peur et s’enfuit.
_Qu’est ce qui lui arrive ? demanda la petite.
_Tu ne trouves pas qu’il fait sombre ? interrogea le jeune garçon.
Ils se redressèrent et regardèrent le ciel pour savoir s’il y avait un orage qui se préparait. Mais au lieu de nuages, les deux enfants virent un immense dragon qui descendait vers eux. Il saisit dans ses griffes les deux petits elfes paniqués.
Sébamir se réveilla en sursaut, regarda autour de lui et aperçu Crasimis endormit. Cette vue l’apaisa et il se rendormit.

Au même moment, à des kilomètres de là, Adelaïde se réveillait complètement paniqué à la vue du dragon qui les avait enlevés, elle et son camarade inconnu.

Au matin, Sébamir comme Adelaïde avaient oubliés l’horrible cauchemar.



_Bon maintenant on peut entrer dans cette ville, commenta Crasimis en contemplant le lever du soleil.
Les deux amis s’approchèrent de l’ouverture de la muraille qui protégeait Bargole.
_Halte !
_Qu’est ce qui a encore ?
_C’est deux pièces l’entrer.
_Tenez voilà vos deux pièces, maintenant laissez nous passer.
Le garde s’écarta pour laisser passer Crasimis, mais quand Sébamir fit mine de s’avancer il dit :
_Tu n’as pas entendu ? C’est deux pièces pour rentrer dans la ville.
_Par personne ! s’insurgea Crasimis.
_Laisse, tenta de le raisonner Sébamir, on va payer si c’est la loi.
_Qu’est ce que je m’en fous de la loi, il saisit le garde par le col, quant à toi tu vas laisser passer mon copain.
Celui ci bredouilla un :
_Oui, oui.
Les deux elfes s’éloignèrent.
_Tu vois, quand on sait se faire respecter…
_Et tu es fière de toi !
_Oh écoutes, je ne te reconnais plus, il y a quelques mois c’était toi qui me poussais à faire des conneries.
_Oui, mais là, on est dans la vraie vie, entourer de gens qui n’hésiteront pas à te tuer.
Comme pour lui donner raison deux hommes leur sautèrent dessus et assommèrent Sébamir.


Quand il se réveilla, un kender était en train d’examiner les oreilles de Crasimis.
Petite créature farceuse, les kenders étaient d’une curiosité rare, de ce fait, ils avaient la malheureuse habitude de saisir tous les objets qui leur tombaient sous la main.
_Qui es-tu ?
_Moi ? Je m’appelle Irmès Fouille-Tout, dit-il en tendant sa main pour serrer celle de Sébamir.
C’était la première fois qu’il rencontrait un kender mais on l’avait mis en garde contre les petites mains baladeuses de ces créatures. Néanmoins, il serra la main que Irmès lui tendait et remarqua que par mis les bourses qui pendaient à la ceinture du kender, deux étaient étrangement semblable à la sienne et à celle de son ami.
_Mais ce sont nos bourses là !
_Ah bon ? Pourtant je les ai trouvées sur deux armoires à glaces.
_Des armoires à glaces…Qu’est ce que c’est ?
_Ben, deux hommes avec beaucoup de muscles. À heureusement que les kenders sont là pour retrouver les objets que les gens perdent. Et après ça, comment on les remercie ? En les traitants de voleurs, mais les kenders sont des personnes honnêtes, qui ne s’abaisseraient jamais à voler.
_Euh, fit Sébamir décontenancé par ce discours, merci.
Soudain, il avisa l’étrange pâte qui recouvrait l’oreille de Crasimis.
_Qu’est ce que c’est ça ?
_C’est de la terre cuite.
_De la terre cuite ?
_Oui, je lui moulais l’oreille.
_Quoi ?
_Je fais la collection de moule, expliqua Irmès. Après, je les envois chez mon cousin Epinglette, qui, avec les moules, me fabrique ce qu’il représente. Regardez :
Il exhiba un gros sac. L’elfe se pencha pour examiner l’intérieur du sac et put ainsi admirer un grand nombre d’attributs biscornus, tel que des gros orteils ou des verrues.
_J’en ai beaucoup, hein ?
_ Oh oui !
_Mais je n’avais pas encore d’oreilles d’elfes. Vous êtes très maniaque en ce qui les concerne.
Il se pencha sur le corps de Crasimis et entreprit de lui démouler les oreilles.
C’est le moment que choisit le jeune elfe pour reprendre connaissance.
_Et mais qu’est ce que vous faites ! s’écria -t’il en lui envoyant une gifle qui le fit planer sur plusieurs mètres. Sébamir se retint à grand peine d’éclater de rire. Il aida son ami à se relever. Soudain, une voix enthousiaste retentit :
_Ouah, jamais encore je n’avais fait un tel vol planer.
Sébamir pouffa en voyant la mine stupéfaite de son ami.
_Salut, je m’appelle Irmès Fouille-Tout, et vous ?
_Crasimis. Qu’est ce que vous faisiez à mon oreille ?
_Je la moulais, il se lança dans de grandes explications tout en exhibant de temps à autres une pièce de sa collection.
_Et vous dites que mon oreille, enfin le moule de mon oreille, va aller rejoindre toutes celles là dans votre sac !
Sébamir était plié en deux.
_Qu’est ce qui te fait tant rire ?
_Ta tête !
_Dites, vous voudriez bien que je moule votre nez et une dent ? Comme ça j’aurais toute la collection d’un elfe.
_Oh oui, bien sur. Et est ce que ce serait possible d’avoir des doubles ?
_Je verrais avec mon cousin, mais à mon avis il n’y aura pas de problème.
Irmès commença à préparer sa pâte.
_ Vous n’allez quand même pas faire ça en pleine rue ! s'inquiéta Sébamir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
Henharma
Dragon mûr
avatar

Nombre de messages : 675
Localisation : Coincée entre la réalité et une utopie...
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Sam 29 Avr 2006 - 9:53

Hey ! pas mal du tout, comme d'habitude ! J'attent la suite ^^ 10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Lun 1 Mai 2006 - 14:51

hors texte- A tes ordres! -hors texte

Il jeta un coup d’œil aux gens qui commençaient à envahir les allées de la ville. Beaucoup dévisageaient les deux elfes en grandes conversation avec un kender, que la plupart considérait comme des voleurs de la pire espèce. Sébamir n’avait aucune envie d’attirer l’attention sur lui, aussi il demanda :
_Tu ne saurais pas où est la guilde des sorciers ?
_Si, bien sur. Suivez-moi !
Le kender les entraîna dans un dédale de ruelles, chipant au passage une pomme, deux biscuits, une bague, une carte et une orange. Au bout d’un quart d’heure, ils s’arrêtèrent devant une grande battisse luxueuse. Ils entrèrent et se retrouvèrent dans un immense hall vide, sans aucune ouverture, à part celle par laquelle ils étaient entrés.
_Qu’est ce qu’on fait ? demanda Sébamir.
_On a du se tromper. Il n’y a qu’à partir.
Mais quand ils se retournèrent la porte avait disparu. Un sorcier se matérialisa devant eux.
_Vous allez quelque part ?
Les trois amis se figèrent. Les deux elfes se regardèrent comme pour se consulter. Crasimis se lança :
_Nous sommes venus voir…
Il fut couper par le sorcier :
_C’est ça, vous raconterez tout ça au maître. En attendant vous aller me suivre dans les geôles. Marsial !
Ce mot fit apparaître des cordes qui vinrent s’enrouler autour des poignets des prisonniers.


_Arguillus ?
_Oui Maître.
_Puis-je savoir où est votre brillante apprentie.
_Mon apprentie ? répéta le sorcier mal à l’aise.
_Oui, la jeune Adelaïde, répondit le Maître se délectant de la gène de son interlocuteur.
_Elle est partie.
_En voyage.
_Pas exactement.
_Comment ça ?
Argillus savait que s’il mentait, l’homme qui se tenait en face de lui le saurait, aussi, il devait bien choisir ses mots.
_Elle est partie refaire sa vie.
_Et naturellement, vous ne savez pas où ?
_Pas vraiment.
Ce n’était pas tout à fait un mensonge, car la jeune sorcière ne lui avait pas donné d’adresse précise.
_Vous connaissez la première leçon que tout professeur de cette école doit enseigner à ses élèves ?
_Toujours terminer ce que l’on a commencé.
_Taché de lui rappeler cette leçon.
_Bien Maître.
_Vous pouvez partir.
Arguillus sortit de la pièce en réfléchissant à la meilleure façon de prévenir Adelaïde du danger qui la guettait.
Il aurait été beaucoup plus inquiet s’il avait entendu le Maître à ce moment :
_L’imbécile, il n’as pas réaliser que cette jeune fille est une des pièces principales de l’échiquier de la guerre à venir.


Un homme aborda Arguillus qui mit un moment avant de réaliser que c’était un de ses nombreux espions au sein de la guilde.
_Monseigneur.
Arguillus fit un geste agacé.
_Au fait !
_Deux prisonniers demandent à voir la jeune Adelaïde.
_Sont-ils digne de confiance ?
_Ce sont des elfes, et on a sondé leurs esprits aucune pensée, ni emprise maléfique.
_Bien débrouille-toi pour que personne d’autre que toi et moi ne soit au courant de cette affaire.
_Il y a autre chose de moindre importance.
_Quoi ?
_Un kender les accompagnes.
Arguillus soupira : L’expérience lui avait appris que quand les kenders s’en mêlaient plus rien n’allait comme prévue, ils étaient tellement imprévisibles. Les gens les considéraient comme des petits voleurs insignifiants, mais ceux ci avaient déjà influencé l’histoire. Mais en l’occurrence ce n’était peut être pas une si mauvaise chose que ça, cela déjouerait peut-être les plans du Maître.
_Maliamus !
Le sorcier réapparut devant l’entrée des cachots et demanda au gardien :
_Les deux elfes ?
_Couloir numéro 2, porte 3.
_Et le kender ?
_Même couloir, porte 4.
Il pénétra dans les couloirs sombres en maudissant le sort qui interdisait d’utiliser la magie dans les oubliettes de la guilde. Arguillus fut bientôt en vue de la cellule des deux elfes.

_Vos noms !
Les deux elfes soupirèrent.
_Sébamir.
_Crasimis.
_Pourquoi êtes-vous venus dans notre guilde ?
_En parlant de ça ! Vous avez un sens de l’hospitalité très développé : nous mettre dans ce trou à rat alors que nous étions juste venus consulter l’avis d’une de vos collègues !
_Simple raison de sécurité. Et puis-je savoir laquelle de mes collègues êtes-vous venus voir ?
_Mademoiselle Adelaïde.
_Et bien je peux peut-être vous aider. Cela dépend de l’importance de votre requête.
_Nous avons besoin de quelque chose pour la protection de notre village. C’est très important !
_Et qu’êtes-vous près à faire pour obtenir cette chose ?
_N’importe quoi qui n’aille pas à l’encontre de nos principes.
_Bien, je vais vous dire où elle se trouve, mais à deux conditions : que vous gardiez le secret sur ce que je vais vous révéler, et que vous la défendiez contre tous les dangers qui la menacerons jusqu’à que je vous délie de votre serment. Êtes-vous d’accord ?
Les deux elfes se regardèrent indécis.
_Je vous laisse le temps de réfléchir, appelez-moi quand vous aurez pris votre décision. Mais ne tardez pas trop : ma patience a des limites.
Il sortit en souriant : il avait trouvé un moyen de mettre sa jeune protégée en garde contre le Maître. Et de manière à ce que personne ne se méfie de ce moyen.


Dans la cellule, les deux elfes débattaient de la proposition du sorcier :
_Nous devrions accepter, c’est la seule manière de trouver le cristal.
_Parce que toi tu as envie de jouer à la nounou, tu t’imagines quoi Crasimis ? Que ça va être une belle elfe en détresse, que tu vas la sauver de méchant dragon, qu’ensuite elle va t’embrasser en disant « mon héros », que tu vas te marier avec elle et que votre histoire finira par « Ils vécurent heureux et eurent plein de petits elfes. » On est pas dans un conte de fées, on est dans la vie réelle ! Et moi je pense que, dans la réalité, on peut très bien se passer des services de cette magicienne de pacotilles.
_Une magicienne de pacotilles recommandées par Les Hauts Elfes de Parogère.
_Tu parles, ils se sont foutu de nous.
_N’empêche qu’elle existe, et que s’ils en ont entendu parler c’est qu’elle doit avoir quelques talents. En plus si ce sorcier nous demande de la protéger c’est qu’elle doit avoir de l’importance. Et je ne pense pas que cet homme s’intéresse à autre chose qu’au pouvoir.
_Mais si elle est si puissante que ça, pourquoi faut-il qu’on la protège ? Non, moi je pense qu’il a simplement dis ça pour se débarrasser de nous.
_Dans ce cas, pourquoi avoir inventé une histoire comme ça ? Pourquoi ne nous avoir, tout simplement, donné le nom d’une ville où on pourrait la trouver ? Ca ne tient pas debout !
_Je n’en sait rien moi ! Comment veux-tu que je devine ce que ce sorcier a dans la tête ! Je ne suis pas devin ! Tout ce que je sais, c’est que même si on trouve le cristal, en ayant accepter ce marché, on devra encore protéger la sorcière pendant une durer indéterminée, et qu’on ne pourra pas ramener le cristal avant que ce fichu sorcier ne l’ait décidé.
_Nous pouvons aussi mettre en place des conditions, comme, que nous ne commencions notre tache qu’une fois le cristal de transfusion ramener à notre village.
_S’il accepte.
_S’il n’accepte pas nous ne prenons pas le marché.
_D’accord, se résigna Sébamir.
Crasimis appela l’homme qui gardait leur cellule :
_Nous voudrions parler au sorcier qui nous a rendus visite tout à l’heure.
L’homme grommela un vague :
_Je vais lui transmettre.
Ils entendirent des pas puis un froissement d’aile, et leur gardien se rassit devant leur cellule.
_Ils transmettent leur courrier par oiseau, drôle de pratique, s’étonna Sébamir.

Le Maître appela un serviteur :
_On m’a informé que Arguillus avait pris sous sa protection deux elfes ainsi qu’un kender, cela ne fait pas parti de ses habitudes. Faîtes-moi un rapport complet sur eux, je veux tout savoir !
_Bien Maître.
Une fois seul il murmura :
_Je me demande ce qu’il manigance.

_Arguillus, un oiseau pour vous.
_Qu’est ce qu’il dit ?
_Les elfes veulent vous parler.
_Mernaid, viens là.
Le jeune sorcier s’avança.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
Freyja
Oeuf de dragon
avatar

Nombre de messages : 20
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Sam 6 Mai 2006 - 3:19

J'aime beaucoup, moi aussi, en tout cas. Wink
Merci à toi pour tous ces extraits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedefreyja.forumactif.com
the pompgirl
Dragonnet
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 25
Localisation : finistére
Date d'inscription : 12/03/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Sam 6 Mai 2006 - 21:38

moi j'adore !!!! love bump
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy cow two
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 352
Age : 26
Localisation : Finistère, 29
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   Dim 7 Mai 2006 - 14:19

_Brûle ce message et n’en parle à personne.
_Bien compris.
Arguillus sourit, il savait qu’ils ne mettraient pas longtemps à peser le pour et le contre. Il se rendit au cachot en se disant que de toute manière ils ne pouvaient pas refuser. Il entra dans la pièce avec un air suffisant.
_Alors, c’est oui ?
_Pas tout à fait.
Arguillus haussa les sourcils.
_Ils ne pouvaient pas refuser, non, ce n’était pas possible, il n’avait pas le choix, à moins que quelqu’un d’autre leur avait fait une proposition plus intéressante, oui c’est ça ! Mais qui ?
Alors Arguillus eu une révélation : Le Maître savait ce qu’il manigançait, il était perdu, comment avait-il put imaginer lui cacher quelque chose. Et alors il se mit à maudire Adelaïde. _Tout ça c’était de sa faute à elle. Je n’aurais jamais dut la laisser partir.
Sébamir continua, sans se rendre compte que Arguillus paniquait.
_Nous aimerions mettre-nous aussi des conditions.
_Quoi ? !
_Voilà, on a décidé de n’accepter votre marché qu’à condition que vous nous laissiez ramener le crist… enfin, l’artefact à notre village avant de commencer notre mission.
Arguillus se sentit tellement soulager qu’ils ne refusent pas, qu’il répondit :
_Oui bien sur, c’est compréhensif.
Sans se rendre compte que Sébamir avait faillit laisser échapper une information capitale. Mais le garde qui espionnait la conversation, lui, l’avait remarqué. Il écrivit rapidement un compte-rendu de la conversation avant de l’envoyer au Maître.

Arguillus sortit de la cellule en souriant. Il avait atteint son but, il avait organiser la protection la protection d’Adelaïde et il avait trouver le moyen de la prévenir.
_Vous pouvez les laisser sortir, dit-il au garde.
_Mais le Maître ?
_Quoi, le Maître ? Ces elfes n’ont rien à se reprocher, je ne vois pas pourquoi nous encombrerions une cellule pour rien.
Le garde tripota nerveusement le bas de sa tunique. Il ne savait pas s’il devait s’opposer au sorcier au risque de révéler sa mission d’espionnage ou s’il devait les laisser partir risquant du même coup de s’attirer les foudres du Maître. Des deux mal il choisit le deuxième. Et puis peut être aurait-il le temps de s’enfuir avant que le Maître ne découvre sa bavure.
Il essaya quand même de se tirer d’affaire :
_Mais, vous n’allez pas lui demander Son avis ?
En temps normal cela lui aurait mis la puce à l’oreille, mais aujourd’hui, il était tellement heureux qu’il ne douta de rien.
_Je ne vois pas pourquoi, ce n’est pas la procédure habituelle.
En effet le Maître détestait avoir à se charger de formalité telle qu’interroger des étrangers entrés par mégarde dans le hall de la guilde. Les seuls prisonniers dont il fallait bénéficier de son accord pour les libérer étaient ceux qu’ils plaçaient sous surveillance magique.
Le garde sut alors que c’était peine perdue, il ne pouvait encore refuser sans s’attirer des questions, hors il était très mauvais menteur. Il s’étonnait même d’avoir tant put insister sans subir d’interrogatoire.
_Bon allez-y, dit-il aux deux elfes.

Sébamir et Crasimis se retrouvèrent dans la rue.
_Je me demande combien de temps nous allons courir après cette fille.
_Ouais il faudrait peut être qu’on se dépêche, parce que les drows, eux, ils ne vont pas nous attendre.
_Dites messire Crasimis, vous n’auriez pas un instant pour que je vous moule le gros orteil ?
Les deux elfes sursautèrent.
_Oh non ! chuchota Crasimis.
_Ils vous ont aussi libéré ?!
_Ben oui, sinon je ne serais pas là. Quoique d’habitude je sors quand je veux des prisons. Un jour, quelqu’un m’avait expliquer qu’une prison servait à empêcher les gens de s’en aller, mais je ne vois vraiment pas comment ils peuvent espérer retenir les gens avec des serrures aussi simple. Tellement simple que même un bébé kender pourrait les ouvrir avec juste un fil de fer. Et ! Mais attendez-moi ! s’écria -t’il en rejoignant les deux elfes qui avait tentés de s’éclipser discrètement. Où est ce qu’on va maintenant ?
_A Marmadou.
_Génial !
_Est-ce que par le plus grand des hasards, tu y serais déjà aller ?
_Bien sûr, chaque kender se doit d’y aller au moins une fois tous les dix ans.
_Vous pouvez nous y mener ?
_Si messire Crasimis veut bien que je lui moule le gros orteil, ce sera volontiers.
_C’est évident que Crasimis se fera un plaisir de te contenter. N’est-ce pas Crasimis ?
L’intéressé foudroya son ami du regard. Mais répondit quand même :
_Si tu promet de me faire des copies de tes moulages.
_Promis, juré.




Cyrano revenait de son expédition à la surface. Il se dirigeait vers Areïs, la capitale du royaume des drows.
Cousins des elfes, les drows avaient la peau noire, leur vue s’était habitué à la vie dans le monde souterrain. Et la plupart du temps, ces elfes à la peau noire se servait de leur vision infrarouge. Les drows, contrairement à leurs cousins de la surface, étaient foncièrement mauvais.
Cyrano accéléra quand il fut en vue de la maison dominante. La société des drows étaient archaïque. La lutte pour le pouvoir était quasi quotidienne. Le pouvoir se divisait en différente famille qui avait un rang. Cyrano faisait parti de la première maison. Autre particularité, les drows étaient dirigé par les femmes, prêtresses de la Déesse du chaos, Arachnaïne, qui affectionnait le nom de Déesse araignée.
Cyrano pénétra dans l’enceinte de la maison, et se précipita vers la chambre de sa mère. Elle était la matrone de la première maison, ce qui lui conférait un grand pouvoir. Cette position étant très convoitée, elle ne perdait pas une occasion de l’augmenter. C’est pourquoi, quand son fils Cyrano se présenta avec une très bonne nouvelle, elle le pria d’entrer immédiatement.
_A lors, cette « très bonne nouvelle ».
_Mère, je suis aller, comme vous me l’avez demandé, inspecter l’entrée, surveillé par nos cousins elfes de Silverosas. Or, il semblerait que ceux ci ne sont plus en possession du cristal de transfusion.
_Le cristal de transfusion ?! Tu dis que tu n’as pas sentis la barrière qui nous empêchait de sortir !
_Oui, je suis même aller jusqu’aux abords du village.
_Ils doivent être paniqué, ou alors ils ne savent pas qu’ils ne l’ont plus. Dans les deux cas, on peut les prendre par surprise.
_Je pense qu’ils ne s’en sont pas encore rendus compte. Je n’ai pas remarqués d’agitation dans le village.
_Bien, il ne faut pas perdre de temps. Préviens ton frère aîné, qu’ils prennent le commandement de nos troupes. Et dis lui de passer me voir. Quand à toi, tu vas prévenir le chef de nos troupes d’élite d’attaquer le village. Je ne veux aucun survivants. Transmets ces instructions à leur chef et dit lui que je veux que tu fasses partis de l’expédition.
Cyrano était furieux, c’était encore son frère qui ramassait les lauriers. Alors que lui il allait juste être un petit soldat, dans les troupes d’élites certes, mais un soldat quand même. Il ne comprenait pas, pourtant il obtenait toujours de meilleur résultat que son frère aîné, il était sortit premier de l’école d’élite de la société des drows, où il avait appris à se battre et à survivre. C’était un entraînement très dur où on lui avait appris à être sans pitié, en effet l’examen consistait à être mis dans une arène avec deux sabres (armes préférée des drows) en compagnie de tous ses camarades, le but étant de tous les vaincre, pour gagner il fallait être extrêmement doué au combat mais aussi très rusés. Pendant les premiers entraînements, il s’était fait avoir par fourberie, ayant fait confiance aux camarades avec qui ils s’étaient alliés. Mais il savait que ça ne servirait à rien de protester, sa mère demanderait à ses sœurs de lui apprendre l’obéissance et ça ne la dérangerait pas outre mesure qu’il se fasse tuer pendant cet apprentissage. Cyrano soupira et prit le chemin des casernes, se résignant à son sort.

Carmenno’ch, la mère de Cyrano, attrapa la bague qui lui permettait de contacter le Maître.
_Carmenno’ch, quelle bonne surprise ! Quel bon vent t’amène ?
_Ne te fait pas plus bête que tu ne l’ai ! Tu sais très bien de quoi je veux te parler.
_Ah bon et de quoi ?
_Du cristal de trasfusion.
_Mais encore ?
_Il a disparu de Silverosas.
_Vraiment ?
_Je suppose que tu n’y ais pour rien.
_Moi ! Mais jamais je n’aurais put faire ça ! Ces pauvres petits elfes qui vont être massacrés jusqu’aux derniers par tes troupes, sans même pouvoir de défendre !
_Je le savais ! Il n’y a que toi pour réussir l’impossible et faire le modeste.
_Bon je te laisse il faut que je prépare ton arrivé ! Le Maître coupa la communication. Il secoua une petite clochette, un homme entra.
_Va me chercher les deux elfes.
_Bien Maître, répondit celui-ci en s’inclinant.






Adelaïde était plongée dans ces bouquins, à la recherche des propriétés d’une plante extrêmement rare, quand la naine Masla vint la trouver :
_Adelaïde ! Viens voir ! Il y a un homme qui veut me vendre un drôle de caillou.
_J’arrive, dit-elle en se levant et en se dirigeant vers la boutique.
_Regarde, à ton avis c’est quoi ce machin ?
La naine désignait une magnifique pierre couleur saphir. Adelaïde se tourna vers l’homme qui espérait vendre cet objet, un grand homme, brun, aux yeux noirs impénétrables.
_Avez une idée de ce que c’est ?
_C’est vous la spécialiste, non ?
_Bien sûr, mais si c’est ce que je pense, alors je n’aurais pas assez d’argent pour vous l’acheter.
_Dans ce cas je vous le donne. Mais avant j’aimerais savoir pourquoi cette pierre m’a attiré autant d’ennui ?
_Des ennuis ? Quels ennuis ?
_Cela est-il utile pour identifier cette pierre ?
_Je ne pense pas.
_Alors, en quoi cela vous intéresse -t’il ?
_Simple curiosité.
_Et bien garder votre curiosité pour d’autres clients.
_Inutile de vous énerver.
_Je ne suis pas énerver ! Dites, vous comptez me dire ce que c’est ?
_Et bien je pense que c’est un œuf de dragon.
Masla ouvrit de grands yeux :
_Mais…mais…les dragons ont disparus !
_ C’est vrai mais il existe encore quelques œufs. Malgré tout c’est extrêmement rare.
Elle saisit l’œuf et l’examina :
_Il est magnifique ! Je crois que je n’avais jamais vu un si beau bleu.
L’homme sursauta, la naine recula de deux pas, une fissure venait d’apparaître sur la coquille.
_Qu’est ce qui se passe ?!
Adelaïde qui tenait toujours l’œuf dans les deux mains haussa les épaules.
_Il ne serait pas en train d’éclore ? suggéra l’homme.
Masla recula encore.
Une autre fissure apparu, Adelaïde contemplait, paralysée, l’œuf saphir. Et soudain, une petite tête perça la coquille.
La naine se réfugia derrière le comptoir.
Adelaïde aida le petit dragon à s’extirper de sa coquille. Il tourna ses grands yeux bleus vers elle, poussa un petit cri et se blottit dans la main de la main de la jeune fille.
Adelaïde se sentit étrangement légère. Elle n’avait ressentit cette sensation qu’une seule fois, le jour où l’un de ses camarades de chambres avait levé un sortilège qui modifiait son apparence.
_Mais qu’est ce qu’il t’a fait ? s’inquiéta Masla.
Adelaïde se souvenait du regard que lui avaient jeter ses camarades lors de sa métamorphose. C’était exactement le même qu’avait Masla en cet instant. Alors Adelaïde courut jusqu’à l’arrière boutique où se trouvait un grand miroir. Et dans son reflet elle vit une magnifique elfe des bois.
_Oh non ! gémit-elle. Aloliéra ! Aloliéra ! Rien ne se passa. Qu’est ce que je vais faire ? Pourquoi ça ne marche pas ?
_Ça je ne sais pas, et j’aimerais bien que tu m’expliques quelques petites choses, parce que là je nage en pleine confusion, répliqua la naine qui venait de pénétrer dans l’arrière boutique.
_Ça doit être le dragon, mais oui c’est ça, lui seul peut inverser cela.
_Et oh, tu m’écoutes ?! Qu’est ce qui se passe ?
_Je t’expliquerais plus tard.
_Mais…
C’est seulement quand elle arriva devant le petit dragon complètement déboussolé et qui réclamait à manger à petits cris, qu’elle se rendit compte qu’il venait juste de naître et qu’il n’avait sûrement pas le pouvoir de la métamorphoser volontairement. Et puis cette transformation n’avait après tout pas tant d’importance. Dorénavant elle allait être une elfe. Elle se tourna vers la porte qui se refermait lentement et se précipita dehors mais l’homme avait déjà disparu dans la foule.
Alors Adelaïde se rendit dans sa cuisine et donna un morceau de viande au dragon, qui l’engloutit aussitôt.
_Et bien tu avis faim ! s’exclama -t’elle en riant. Bon comment je vais t’appeler ?
_Tu ne penses tout de même pas le garder ! intervint Masla.
_Mais si, bien sûr !
La naine soupira.
_Tu me dois quand même une explication.
_Oui, mais tu dois me promettre de n’en parler à personne.
Elle lui raconta son arrivée dans la guilde.
La naine accueillit son récit avec énormément d’étonnement.
_Tu te rends compte de ce que tu m’apprends. Tu m’annonces comme ça que tu viens d’une guilde de sorcier réputée pour être la meilleur mais aussi pour une des plus maléfiques. Et qu’en plus tu as été enlevée alors que tu te rendais dans la plus grande école elfique que l’on puisse trouver. Au fait, que sont devenus tes parents adoptifs ?
_Je l’ignore.
_Et tu n’as pas envie de savoir ce qu’ils sont devenus ?
_Ils m’ont toujours mentis, je n’est pas envie de les revoir.
_Mais peut-être savent-ils qui tu es vraiment.
_J’y ai penser mais mes recherches auraient attirer l’attention de mon maître.
_Maintenant tu vas pouvoir les faire tes recherches.
_Oui et c’est d’ailleurs pour ça que je t’ai engagée. Mais avant d’aller à la chasse au souvenir, je vais attendre que la boutique marche un peu mieux, et puis que ce dragon grandisse un peu.









Cilla épiait les habitants d’une maison bourgeoise. D’après ses renseignements ceux-ci devaient se rendre à une soirée. Ainsi elle aurait le champ libre pour pénétrer dans la demeure.
D’un coup d’œil elle évalua la distance entre le toit où elle s’était perchée et le balcon de la maison. Assez près pour sauter, elle prit son élan et sauta. Elle atterrit sans un bruit avec la grâce et souplesse d’un chat.
Un carrosse sortit de la cour. Cilla s’acrocha au mur et se déplaça rapidement vers une petite fenêtre. Peu de gens pouvaient suivre la jeune elfe lorsqu’elle s’adonnait à son sport favori, l’escalade. Cela était d’ailleurs très utile dans son métier.
Elle se glissa dans l’entrebâillement et se réceptionna souplement sur le sol, toujours aussi silencieuse elle tourna le joyau de sa bague et explora la pièce où elle avait atterrit grâce au mince faisceau lumineux émit par le bijou. L’anneau lui avait coûté une fortune mais l’investissement était rentable.
Elle se dirigea vers une petite porte, sans doute l’entrée des domestiques. Le petit couloir était éclairé par des torches, Cilla le parcourut rapidement aussi invisible qu’une ombre.
Elle s’arrêta devant une autre porte, actionna la poignée, la porte était verrouillée, l’elfe sortit une petite épingle qu’elle introduit dans la serrure, au bout de trente secondes un petit clic retentit et la porte s’ouvrit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notusetobeunusual.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon roman!!!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon roman!!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mon Premier Roman (début)
» Pub pour mon roman ^^
» Igor le chat, roman jeunesse
» Roman policier Alice de Caroline Quine
» [COLIS] Roman - Amis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Héroic-Fantasy RP :: Les histoires. :: Histoires Héroic Fantasy-
Sauter vers: