Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement. A vous de continuer l'histoire...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le "Vieux de la Montagne"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Herryon
Oeuf de dragon


Nombre de messages : 9
Age : 23
Localisation : Sur son petit nuage d'amour, avec Katou.....
Date d'inscription : 28/07/2009

MessageSujet: Le "Vieux de la Montagne"   Dim 9 Aoû 2009 - 16:27

L'an de grâce 1109

6 novembre, Rome :

Les ors et ivoires du Vatican scintillaient à la lueur des torches crépitantes dans la brume nocturne. Il avança au coeur de la pénombre d'un couloir froid et vide de tout homme, lorgnant à chaque fenêtre les gardes aux hallebardes inquiètantes et aux armures brillantes sous l'éclat nacré de la Lune. Ses pas lestes glissaient presque sur le sol de marbre gris de Toscane, risquant de le faire trébucher à tout instant. Une pale lueur jaune provenait de l'embrasure d'une porte, il s'en approcha avec circonspection, saisit son poignard avant de parcourir la pièce du regard. Un homme d'un âge mur se tenait dans un fauteil, un parchemin dans les mains, lisant à la flamme ambrée d'une lampe à huile. Il poussa la porte du pied, lança son arme vers sa victime, qui s'écroula en un gargouillis sanglant...

28 novembre, Forteresse des Hashashins :

Yousuff contemplait depuis trois heures déjà l'étendue désertique, perdu dans ses pensées les plus profondes... Il avait échoué. Médiocrement, il avait fait une erreur. Une erreur qu'il ne put rattraper. Un jeune novice s'approcha de lui, un adoslescent à peine homme, aux yeux plein de vie... Il va surement mourir... Il suivit l'apprenti à travers les couloirs taillés à même la roche mordorée, par les fondateurs et les prisonniers, morts eux aussi... Ils approchèrent d'une arcade encadrée par deux hommes en armure d'acier et aux cimeterrres menaçants. Le jeune s'en fut vers la salle commune, sans doute ignorait-il ce qui allait se passer... Le musulman entra dans le bureau du Vénérable, lê grand seigneur des Hashashins. Les murs étaient tapissés d'étagères et de commodes, où étaient exposés de nombreuses armes : de la simple dague à la lance la plus retoutable. Face à la porte, le mur était en fait une série d'arches qui donnaient directement sur le désert gigantesque de la région, amenant une petite brise chaude au coeur de cette salle. Derrière un burau de cèdre gris, un vieillard se tenait assis, avec, à ses côtés Hafed, son bras droit, l'élément de sa justice. L'homme d'âge mur releva les yeux du manuscrit qu'il parcourait, et plaqua un regard d'acier sur son agent. Il s'adressa à lui d'une voix à peine chevrotante :

- Yousuff. Tu m'as déçu... Je croyais pouvoir te faire confiance pour cette tâche... J'avais tort. Mais je vais te donner une chance de rattraper ton erreur.
On dit que certains infidèles auraient l'idée de me tuer. Trouve-les et débarasse-moi d'eux.

L'espoir avait regagné l'âme du Hashashin, il avait non seulement la vie sauve mais aussi une occasion de se racheter. Si son visage restait fermé, ses prunelles étincelaient. Cependant, en voyant Hafed se plaçait derrière lui, il comprit que ce n'était fini.

- Néanmoins, tu as échoué. Et pour cela, tu devras être puni.

Sur ces mots, le garde du corps se saisit de Yousuff, l'amena sur le bord d'une des arches, et le poussa sans ménagment dans le vide profond, alors que le Vénérable continuait sa lecture impassiblement...

L'an de grâce 1110

7 mars :

A la proue d'un navire, était assis une silhouette entourant d'une cape noire. Paisiblement, il jouait sur une petite harpe celtique, laissant échapper une simple mélopée. Une longue et large épée dépassait en travers de son dos, inspirant aux marins de ne pas s'approcher de trop près. Seul le capitaine osa aborder le voyageur pour lui annoncer leur arrivée prochaine à Antioche. Le passager se leva et scruta la côte morne de son regard disparassant dans l'ombre de sa capuche. Il fronça les yeux en avisant d'énormes colonnes de fumée noire s'élevant d'un port sans doute il y a peu musulman, désormais chrétien. Les quais débrodaient de soldats et de manants en soutane de pèlerin, sous l'oeil vigilant des archers qui étaient postés sur les balcons surplombant le port. Le Scandinave se frayat aisement un passage dans les flots humains, pour parvenir dans une rue moins agitée. Une enseigne désignant un bouge attira son regard, il entra dans l'établissement. L'intérieur de la salle commune demeurait assez correct dans l'ensemble : des tables modestement abimées à la surface polie par l'usage et le temps, tabourets aux pieds à l'apparence solide et surtout odeur agréable de la mer, là où on pouvait s'attendre à des effluves de bière et de sueur... L'Irlandais s'assit à une table et attendit patiemment les personnes qui devaient le rejoindre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le "Vieux de la Montagne"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un joueur de Pokemon "vieux de la vieille".
» "C'bon air de montagne" [PV Elena]
» Acceptez vous les "vieux boucs" ????
» (M) AU CHOIX ? Victor Sullivan "Je deviens trop vieux pour ces conneries"
» LE TRAIN "BANM JANM PRAN KANN"DE RENE PREVAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Héroic-Fantasy RP :: Les histoires. :: Histoires Héroic Fantasy-
Sauter vers: