Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement. A vous de continuer l'histoire...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ailes Flamboyantes [Av' Drago']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manah
Vieux dragon
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 27
Localisation : R'lyeh
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Ailes Flamboyantes [Av' Drago']   Lun 14 Avr 2008 - 11:51

[Hrp]Titre tiré de la traduction d'une chanson japonaise, elle même tirée du jeu vidéo Drakengard.

Ce début d'aventure est tirée d'un forum RP qui était à moi.
Les deux personnages ayant commencé à jouer leur rôle sont les miens ( Oui, "je multicompte" RP, normal... ).
Je vais d'abord déposer les deux fiches personnages, et ensuite je posterai le début du RP.
Merci de ne pas laisser de commentaires, sauf si vous en pouvez vraiment plus ( Chose dont je doute fortement. ).

Le troisième personnage "Di'han" n'est pas à moi, j'ai demandé l'autorisation d'utiliser son personnage au joueur pour le début du Rp car celui-ci n'ayant jamais été terminé, je prendrai la relève pour le jouer, ou bien je demanderai à son joueur de venir terminer l'histoire avec moi, ici.[/Hrp]


Fiche Personnage de: Wanda le Maître Errant
Spoiler:
 

Fiche Personnage de: Sokaïe le Maître Parjure
Spoiler:
 

Musique de fond ? Prelude; Symphonic Poem; Growing wings; Memories ...


Dernière édition par Manah le Mar 15 Avr 2008 - 9:24, édité 12 fois (Raison : ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manah
Vieux dragon
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 27
Localisation : R'lyeh
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Ailes Flamboyantes [Av' Drago']   Lun 14 Avr 2008 - 11:53

[Île Volante: Les perchoirs]

Sokaïe

La température était encore plus fraîche que les jours précédents, le vent était violent au point d'avoir clouer au sol les plus puissantes montures, sortir par un tel temps serait suicidaire, et pourtant on peut entendre le raisonnement que font les pas d'une personne en approche sur les pierres froides et humides. Le bruit n'était encore qu'un murmure, quasiment inaudible, presque inexistant, et pourtant, une petite flamme vacille déjà au grès des courants ascendants quelques centaines de mètres au dessus des falaises. Comme si la vue de cette chose en approche avait énervé plus encore les éléments le vent sembla redoubler de violence, emportant grâce à de nombreuses bourrasques des débris, frappant les cieux et l'ennemi par la même occasion. Vraisemblablement les maintes et frêles attaques de l'élémentaire venteux ne servirent à rien, la petite flammèche était toujours en approche, dessinant lentement les contours atroces de son apparence. Soudainement le calme tomba comme une pierre, le vent s'apaisa, et on pu entendre à nouveau le bruit des pas s'approchant toujours plus, le bruit de l'eau tombant goutte à goutte sur les pierres et le sol boueux. Mais cela n'était rien comparé à un tapage inaudible dans les cieux. Finalement le silence se fit, comme si l'on eu stoppé le temps pour quelques secondes, cependant on pu enfin distinguer la figure de la personne en approche. Toujours en marche pour le rebord de la falaise, sans qu'aucun bruit ne se fassent entendre. En coin des lèvres on pouvait entrevoir un petit sourire malsain, celui-ci ne dura guère car déjà il délaissa sa place à un mouvement de la main brusque, à un hurlement déchirant les cieux, à une lumière aveuglante. Une bourrasque plus violente encore se fit ressentir, et tout redevint comme au commencement, à la seule différence près que désormais se tenais au bord de la falaise une ombre gigantesque, horrible.

Le bruit rauque d'une gorge en feu se faisait entendre tout comme le crépitement d'une flamme, sans compter une odeur de souffre venue embaumer l'air tout autour de la zone. Calme, on aurait pu croire à une statue si une queue battante ne venait fendre l'air à plusieurs reprises. De la gueule béante des flammes rougeoyantes avaient fait leur nid, crachant parfois quelques flammèches au visage de l'inconnue mais sans que celles-ci ne semblent la toucher. Tout était si calme au moment présent que lorsque d'autres bruits sur les dalles se firent entendre les deux créatures ne purent s'empêcher de détourner le regard l'un de l'autre pour tenter de voir qui était en approche, même s'ils connaissaient d'avance la réponse. Ce fut donc sur ces sons que la jeune personne contourna la tête de la bête, se dirigea vers le flan de celle-ci et sembla s'élever le long de la patte sans qu'aucun effort ne fut nécessaire. Désormais les deux êtres semblaient n'être qu'une seule et même créature à l'allure des plus étranges. Finalement le monstre venu se poser peu de temps auparavant sur le bord de la falaise sembla s'allonger au sol, posant son torse dans la boue, étendant de grandes ailes presque en perpendiculaire avec le sol et d'un mouvement brusque elle poussa sur de puissants membres postérieurs, suivit d'un violent battement des ailes. Ainsi fut fait le décollage de la bête, celle-ci se laissa par la suite tomber en chute libre, ne laissant pour toute trace de son passage que le long sifflement du vent sur les ailes...

L'ombre réapparut dans un ciel plus noir encore, déchirant les nuages de sa lumière dévastatrice.

Au niveau des perchoir était posté une autre ombre, le regard fixe et le poing ferme. Il n'avait rien pu faire. Il était trop tard, malgré la tempête ils étaient partis, ils avaient quitté l'Île volante et Dieu seul sait les ravages qu'ils pourront causer s'ils trouvent des alliés en ce monde. Un monde qui change, et qui, au loin pouvait voir apparaître une lueur, la lueur de la bête, et ses ailes...Des ailes flamboyantes sur un fond noir de jais...



Wanda
Que Dieu l'emporte! Ils ont réussi à quitter l'île malgré l'orage, il a échoué dans sa tâche et maintenant il voit la Démence s'enfuir. Le choix sera vite fait, il ne peut laisser les choses se dérouler comme cela devrait se passer, le risque est trop grand, et si les écrits disaient vrais alors ce monde court un grand danger, mais qu'importe, il ne laissera pas Sokaïe et son démon semer la zizanie sans réagir! Réagir, oui, et au plus vite, déjà l'ombre se détache et se dirige à son tour vers le rebord de la falaise. Ses pas n'était désormais plus audibles, pas un son ne venait troubler les lieux à ce moment précis, pas même le bruit des pans de sa cape venant claquer violemment contre ses cuisses sous la force du vent. Les sifflements aigus et mauvais du venteux semblèrent ne pas troubler le calme affiché sur le visage blafard du jeune homme qui poursuivait sa marche silencieuse, tout comme l'avait fait la femme auparavant. Brusquement le vent tomba et le silence se fit pesant, presque comme si une fois encore le temps fut stopper, et cette fois-ci encore une lueur vacillante apparut en contre-bas de l'île, une lueur bleuté, presque glaciale, c'était peut-être à cause de cela que l'eau devint glace sous chacun des pas du jeune homme. Celui-ci prit d'ailleurs plus de vitesse et se mit à courir en direction du gouffre, sans crainte, sans aucune hésitation il s'élança dans le vide, se laissant tout simplement chuter en direction des eaux agiter se trouvant à plusieurs centaines de mètres au dessous de lui.

Le temps reprit son court, le vent souffla et cria de nouveau, comme si le fait que l'homme venant de quitter l'île avait tout rétablit, comme si cette lueur vacillante prenant peu à peu forme n'était plus là comme étant un ennemi effrayant. Il l'était, effrayant, ce monstre prenant une forme imposante, une créature que l'on craint dès le premier coup d'oeil, cette vision n'était pas seulement fantasmagorique. La créature avait rattrapé le jeune homme et déjà les deux complices prenaient de l'altitude, survolant bientôt l'île volante et s'en retourna en direction des terres, ils devraient traverser les mers, mais cela ils ne s'en inquiéter pas, ils savaient que la route serait sans embûches, le plus grand danger n'était plus dans la région, ni même dans les environs, ce danger était déjà bien loin et ils devaient le retrouver avant qu'il n'y ait plus de morts qu'il ne devrait y en avoir en temps normal...

La lueur vacillante s'éloigne peu à peu, juste une ombre dans les nuages partant en direction du rivage, un simple vrombissement dans les cieux que nul homme ne peux entendre... Peut-être que tout ceci n'était en réalité qu'un rêve ? Allez savoir...

_________________
Vampire & Vermines
Les Règles. Réclamations [et gueulantes] via MP uniquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manah
Vieux dragon
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 27
Localisation : R'lyeh
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Ailes Flamboyantes [Av' Drago']   Lun 14 Avr 2008 - 11:58

[Terres Arides: Ville Nomade]

[Description des lieux] A peine les caravanes fussent-elles stoppées que déjà les caravaniers s'empressèrent de détacher leurs bêtes crottées jusqu'aux genoux pour qu'elles puissent paître tranquillement dans les enclos montés à cette occasion, et éventuellement se débarrasser de la poussière et autre nuisibles accumulés durant le voyage... Peu à peu les bêtes se rejoignirent dans les enclos de leurs propriétaires, laissant ceux-ci s'occuper pleinement de l'ouverture des multiples magasins ambulants qu'ils avaient apporté avec eux, déployant mille et une étoffe, mille et une peinture, mille et une fiole colorée. Tout cela était destiné aux acheteurs de passages, qu'ils soient habitants de la ville voisine, ou bien nomades tout comme eux l'étaient. Bien des marchands se groupèrent ainsi non loin des vestiges d'une ancienne citée, espérant que comme les années précédentes il y aurait bon nombre de clients, et tout comme les années précédente se fut le cas. Cela faisait à peine trois jours que les caravanes s'étaient stoppées en ces lieux que déjà une bonne vingtaine de clients étaient au rendez-vous annuel. Il s'agissait en grande majorité de chasseurs et d'aventuriers, mais parfois il y avait une ou deux familles venues acquérir de nouveaux produits ou bêtes.

Les caravanes sont installées de telle façon que celles-ci puissent être déplacées le plus rapidement possible en cas de danger ou quelconque problème. Des pictogrammes aux couleurs resplendissantes sont désormais affichées sur les bannières volantes se trouvant au dessus de chaque bordel aidant ainsi à reconnaître les différents produits vendus. Néanmoins, tout cela reste un véritablement enchevêtrement désastreux d'étoffes, d'étagères, d'animaux caquetants, hennissants, aboyant, ou encore une véritable foire pour les chasseurs: Épées aux prix des plus douteux, arcs, poisons et tout ce que l'on peu trouver dans le genre. Il reste vraisemblablement quelques incorrigibles qui, se croyant plus rusés que d'autre essayent de dérober les produits de leurs voisins, mais ceci est généralement sans succès et se termine bien souvent au corps à corps. N'imaginez pas que cela est pour autant calme, au contraire, on fait la fête, on boit, on se délecte des plaisirs les plus doux que l'on puisse trouver en ces lieux, sans doute découvrirez-vous cela une fois le soir tombés lorsque tous se livrent à moultes duels: le plus grand buveur de cervoise, le meilleur cracheur de feu, la femme aux plus jolies cuisses, et bien d'autres sornettes du genre.
[/Description des lieux]

___________________
___________________

Sokaïe
Dans la plaine un nuage poussiéreux laissa place à une frêle silhouette chevauchant en direction de la ville nomade. Une Ombre passagère, un vent puissant, frappant le bois des boutiques, faisant claquer les portes et les volets. Une fois que l'élémentaire fut apaisé, tous reprirent leurs activités après avoir remballé ce que les bourrasques avaient fait tombé. Le temps sans ce petit inconvénient était plutôt doux, et non brûlant pour une fois, et tout semblait comme somnolant sous un manteau douillet lorsque le martèlement de la terre sous les sabots d'un cheval troubla le calme de la plaine, tout comme le manteau de poussière qui en suivit. L'agitation était si importante dans la petite ville d'un jour que personne sembla ne remarqua cette arrivée plutôt étrange. Tous lancèrent un bref regard en direction du nouvel arrivant avant de reprendre sans y prendre garde, c'est cela qu'aimait Sokaïe, lindifference de tous et l'ignorance de tout.

Au pas dans l'allée on lui signala qu'elle devrait circuler sans sa monture en ces lieux, aussi fut-elle obligée d'emmener sa bête jusqu'à un enclos où elle paya un gamin pour s'en occuper. Elle haïssait ce genre de commerce mais sans celui-ci elle se verrait bien à découvert de l'autre fou. Un fou, en voilà un autre, paraît de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel et d'une multitude de grelots tintants au moindre geste de celui-ci, Sokaïe, elle, n'est pas du genre à porter des vêtement colorés, elle est plutôt lugubre, même s'il est vrai qu'elle ne laisse pas indiffèrents les bâtards traînants autour des caravanes. D'ailleurs, voilà l'endroit qui l'intéresse! une échoppe d'armes et armures. La femme déposa un fourreau devant le boutiquier et patienta, celui-ci sembla se pétrifier une fois qu'il eut découvert l'objet en question, mais la pétrification ne dura guère, à peine les pièces eussent-elles tintées que l'homme s'empressa d'acquiescer et s'en retourna aussitôt travailler à cet ouvrage délicat. D'après ce qui suivit elle apprit qu'elle devrait patienter une journée, voir deux avant de pouvoir récupérer son bien, aussi Sokaïe se mit à chercher un endroit où elle pourrait se reposer et boire un verre. Ça semblait simple, mais en vérité c'était loin de l'être! Il-y-avait si peu d'espace qu'il était presque impossible de circuler sans se voir bousculer par un homme pressé, ou une femme à la carrure imposante, ce n'était pas le genre de chose qu'elle tenait au plus haut dans son estime.

La femme soupira et retourna avec beaucoup de mal jusqu'aux enclos où elle siffla sa monture pour remonter en scelle. Sans écouter les paroles désobligeantes que lui lancèrent les personnes elle poursuivit sa route au milieu de l'allée principale, sur une monture imposante, ne daignant pas même arrêter la bête lorsqu'un jeune enfant se voyait rattrapé de peu par ses parents, manquant de se faire piétiner par les sabots de l'animal. Finalement, ce furent les paroles d'un jeune homme qui firent arrêter Sokaïe. Un large sourire s'afficha sur le visage de celle-ci, elle tourna légèrement la tête de manière à voir l'impudent qui avait osé lui parler ainsi et tout en lui jetant un regard dédaigneux lui cracha quelques mots au visage:

-"Sâche jeune artisan que je ne reçois pas d'ordres d'un fils de pécore, tu n'es pas en mesure de t'adresser à moi, mais si c'est la mort que tu cherches dans d'affreuses souffrances je peux peut-être envisager de t'aider dans ce cas...bien que je doute de cela...Retourne donc travailler avant que je ne te fasse avaler ta langue après te l'avoir arraché. Je ne me répéterai pas une seconde fois."

A peine avait-elle terminé sa phrase qu'elle talonna sa monture, reprenant sa route au milieu des passants.

_________________
Vampire & Vermines
Les Règles. Réclamations [et gueulantes] via MP uniquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manah
Vieux dragon
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 27
Localisation : R'lyeh
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Ailes Flamboyantes [Av' Drago']   Lun 14 Avr 2008 - 12:11

[Hrp]Ici Entre un nouveau personnage, une enfant: "Di'Han".[/Hrp]

Fiche Personnage de: Di'Han Enfant Martyre.
Spoiler:
 

[Les Plages]

Di'Han
La petite fille marchait… Encore et toujours.
Depuis combien de temps était elle inconsciente de sa propre personne ?
Depuis combien de temps n’avait elle eu autre pensée que mettre un pied devant l’autre?
Depuis combien de temps n’avait elle pas quitté cette état secondaire qui lui permettait de survivre à des efforts surhumain pour une gamine de son age ?
Les Dieux seul le savent…

La foudre frappa non loin et le tonnerre gronda avec une telle fureur, qu’il en tira la jeune fille de sa rêverie… Di’Han pousse un cri de surprise, lorsque ses yeux reprennent ’’conscience’’ de ce qu’ils voient. Rivés au sol, sur ses pieds couvert de sable, sur sa main, paume vers le ciel, couvert d’égratignures…

Elle relève la tête et regarde les alentour. La jeune fille claque des dents, elle est trempée jusqu’à l’os…
Une forte odeur d'iode vint lui picotter les narines. Le vent se veut violent et sifle à ses oreilles avec fureur. Le sol tremble à chaque fois qu'une vague s'écrase rageusement sur les récifs... Le tonnerre gronde sévèrement et à chaque explosion fait sifler les oreilles de la jeune fille, tétanisée face à cet apocalypse.

La voie mélancolique et rassurante d’Arthur lui monte à l’esprit pour lui conseiller de poursuivre sa marche…
Tremblotente la jeune fille troune la tête dans la direction indiqué par son fidèle compagnon...

Un soupçon de mémoire lui revient… Arthur n'a eu de cesse de la guider ressemant…
Elle tourne donc le dos à la mer, déchaînée par la tempête, qu’elle vient déjà d’oublier et reprend sa route…

C’est bizarre…elle ressent une étrange sensation dans son dos, comme un douleur ou putôt une déchirure… sa réflexion cesse presque instantanément, la jeune fille marche et retombe dans un état secondaire…

Ses pieds traînent au sol, laissant dans son sillage et dans le sable, quelque emprunte éphémère de pieds tachetés de sang…
A son insu la jeune fille retrace un chemin jadis, déjà emprunté….


[Les Cieux puis les Plages]


Wanda
En altitude la température était devenue trop insupportable, aussi le Maître fut obligé de faire redescendre sa monture de plusieurs centaines de mètres jusqu'à arriver bien en dessous des nuages et donc être à découvert de tous. Peu lui emporte en vérité, l'orage avait sans doute fait fuir les quelques personnes ou créatures errantes des environs, et plus encore au niveau des mers et rivages, les bourrasques n'avaient de cesse et les vagues furent de plus en plus violentes lorsque brusquement la foudre frappa. Une fois, deux fois, la troisième fut la bonne car la créature fut obligé de remonter au plus vite au dessus des nuages. Le cavagon lâcha le peu de prise qu'il avait pour se retourner sur la scelle et observer en arrière l'élémentaire de foudre, celui-ci semblait fou de rage et prit en chasse les deux complices. Wanda eut tout juste le temps de se remettre correctement que déjà l'animal prit plus de vitesse encore, zigzaguant le plus possible espérant sans doute semer son assaillant, mais en vain car la foudre venait de toucher le flan droit et s'apprêtait à recommencer lorsqu'une accalmie se fit sentir, comme si la chance leur souriait enfin. L'espoir leur donnait une opportunité de fuir mais la bête se laissa tout de même tomber en vrille, direction les eaux agitées. Wanda ne pouvait rien, il ne pouvait que se tenir et prier pour que son compagnon puisse reprendre les courants d'airs pour remonter, car si la mort l'attendait lui, la créature, elle, n'aurai sans doute pas un meilleurs sort. Le Maître n'en pouvait plus, la pression se faisait trop forte pour qu'il puisse résister plus longtemps, un dernier assaut de paroles avant qu'il n'abandonne et lâche prise:

-"Je t'en prie remonte! Remonte ou tu mourras toi aussi! Allez! Ah! Remonte maintenant ou disparaît à jamais! Sauve au moins ta vie! Misérable, remonte te dis-je!"

Ne voyant aucun changement dans les comportement de la bête et à la vue des eaux noires se rapprochants de plus en plus le jeune Maître décida de tenir bon tout de même, ignorant la douleur de ses membres, fermant les yeux et priant une fois encore. La douleur se fit plus forte et s'apaisa finalement, le vent sembla ne plus souffler autant, et lorsque le jeune homme rouvrit les yeux il vit les eaux noires en dessous de la bête et lui même, et bientôt il réussi à distinguer le sable de la plages! Les terres! enfin! Il croyait l'espoir de retour lorsque l'animal fit un demi-tour brusque et se dirigea de nouveau vers la mer, mais cette fois-ci il ralentit et se posa sur le sable, le bout des griffes dans l'eau. Cette même eau où faillit tomber le jeune homme lorsqu'il mit pieds à terre. Aussitôt fut-il au sol qu'il remarqua des traces étranges dans le sable...Comme si quelqu'un ou quelque chose s'était traîné à cet endroit...Et les traces ne s'arrêtèrent pas là, elle continuèrent encore sur plusieurs mètres, mais la piste s'arrêtait brusquement, le vent sans doute avait-il effacé les traces.


-"Il ne manquait plus que ça...Et pourquoi t'arrêtes-tu ici, toi ? Réponds!"

L'animal tourna la tête en direction du jeune homme et entrouvrit légèrement les mâchoires, laissant paraître de belles dents aux reflets bleutés, Wanda, quant à lui afficha un étrange petit sourire et hocha la tête en signe d'approbation. Suite à cela la créature passa devant le jeune homme, laissant dans le sable de larges empruntes de ses deux pattes arrières puissantes, et effaçant par la même occasion l'étrange traînée qu'ils suivaient.


-"Comptes-tu marcher comme cela encore longtemps ? Non pas que cela me dérange de marcher en ta compagnie, mais le temps n'est pas à la marche mon ami..."

Après une petite marche d'encore plusieurs mètres la bête s'arrêta et posa ses ailes au sol pour garder l'équilibre, laissant désormais Wanda suivre la piste seul, comme s'il n'était pas convié pour les évènements qui suivraient. Le jeune homme n'insista pas et continua sur quelques mètres, après quoi il réussi à entrevoir une silhouette, mais il ne pouvait pas distinguer formellement de quoi il s'agissait avec tout ce sable qui tourbillonnait au grès du vent, il devrait se contenter d'appeler en direction de cette "chose", espérant une réponse positive, et non pas une mauvaise surprise...Ils devaient suivre cette ombre, ne pas la laisser filer...Car déjà elle s'éloignait et gagna les forêts.


Dernière édition par Manah le Mar 15 Avr 2008 - 9:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manah
Vieux dragon
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 27
Localisation : R'lyeh
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Ailes Flamboyantes [Av' Drago']   Lun 14 Avr 2008 - 12:30

[Forêts Humides]

Di'Han

La bouche de la jeune fillette, semi ouverte, laissé échapper un léger sifflement à chacune de ses inspirations. Inspiration difficile et sèche.
La tempête était déjà loin derrière elle, la pluie n'était plus, mais le vent toujours aussi furieux lui griffait violement et sans relâche le visage.

Elle n'a de cesse de trébucher. L'épuisement lui mord chaque muscle des jambes. Incapable de soulever les pieds, ceux ci traînent au sol, percutant rocher, racines, petits buissons, ainsi que tout autre obstacles. Sa démarche boiteuse, témoignage de l'état de ses pieds, la guide jusqu'à la lisère d'une immense, sombre et lugubre forêt…

Le regard penché sur ses pieds, elle s'arrête net. Légèrement ballottée au grès du vent, tout comme ses cheveux en bataille. Elle sentit une présence hostile non loin. Personne ne su expliquer pourquoi cette subite sensation, cependant ce qui est certain, c'est qu'elle en fut terrorisée...
Elle tituba sur place et chercha nerveusement autour d'elle l'origine de ce trouble...

Elle entendit des cris, sans doute le vent hurlant dans les troncs d'arbres ou le souches mortes. Ce qui l'affola de plus belle. Ces cris évoquent à la jeune fille, ses confrères esclaves mourant sur le champ d'honneur lors de la grande rébellion...
Elle est essoufflée, sa respiration accélère au rythme de la réminiscence des souvenirs de cette bataille qu'elle renvie une fois de plus.

Elle ne voit autour d'elle que des cadavres de confrère morts, brisés, découpés, brûlés ou encore explosés... l'odeur de sang et de chair cuits lui donne la nausée.

Elle reste tout d’abord inerte, tétanisée au milieu de ce tumulte. Cherchant du regard quelqu'un ou quelque chose à quoi se raccrocher, elle aperçoit une silhouette se dirigeant vers elle. La jeune fille fait quelques pas en arrière et regarde la créature s'approcher lentement. Sans doute un Drow rescapé. Effrayée elle tente de s'enfuir en se frayant un chemin au travers les combattants et les cadavres...

La fatigue et le terrain escarpé, la font tomber de nombreuse fois, cependant la peur plus grande, la relève encore et toujours, la traînant presque par terre, laissant dans son sillage une foule de perles rougeâtres.

La petite fille percute de nombreuses personnes, la tête lui tourne, elle couine après chaque pas et gémit à chaque chute... sans doute les conséquences d'un certain manque d'eau mêlé à l'effet de la fièvre, de la fatigue...

Des heures durant elle garde l'allure inhumaine. Elle ne s'en plus ses pieds n'y ses jambes et ne s'aperçoit même pas que le décor défile de façon anormale, beaucoup trop vite.

Bien trop fatiguée, elle se voit arriver dans une immense prairie verdoyante. Le ciel toujours chargé de nuage lui cache ce gouffre infiniment grand dans lequel, elle redoute de tomber.
Elle passe une colline et aperçois enfin le lieu tant convoité. La resplendissante et glorieuse cité de Nacre.

A peine la t'elle aperçu qu'elle se retrouve déjà à marcher sur les dalles de marbre de la cité.
Cependant l'atmosphère est étrange... glacial, morbide...glauque. Il n'y a personne dans les rues, les volets grinces, tout et gris terne... tout est inerte, tout est mort.

La jeune fille tombe à genoux, exténuée, de la bave et de la transpiration perle devant sa main et portant malgré ses supplices Arthur persiste et l'incite à reprendre la route... Elle regarde enfance d'elle et distingue une femme de dos, assise sur le rebord d'une fontaine sèche... Cette femme est vêtu d'une resplendissant robe bleu et sa chevelure châtain, tressée, lui tombe jusqu'au reins...
Une lueur d'espoir brille au fond de l'oeil de la jeune fille. Bien sur elle est peureuse et timide, mais quelque chose chez cette femme l'attire et la réconforte, malgré la distance.

Elle se traîne sur le marbre glacial, incapable de poser un pied au sol, elle y est presque. Elle n'y voie presque plus rien, elle tend le bras le plus loin possible et frôle sa robe. La jeune femme se retourne et dévisage Di'Han, elle tende d'hurler, mais ses corde vocale desséchée ne laisse sortir qu'un râle pathétique.

Le visage de la femme est cadavérique, sa peau, noirci par la putréfaction, colle à son crâne dont les orbites son vide, les lèvres inexistantes. Sa mâchoire s'ouvre et ses dents jaunies cherche à mordre la petite fille, au bord de l'infarctus et ses mains cadavériques se tende, avide de chairs, vers la créature tout frêle.

Di'han bascule en arrière et s'aidant de ses pieds amochés tente de reculer. Tout s'accélère et s'agite autour d'elle. Les ombre ses déplacent et prennent forme en de gigantesque monstre, baragouinant dans un dialecte incompréhensible...

Les ombre l'entoure et lui fonde dessus, elle sent les dents cannibales se frayer un chemin au travers sa peau, déchiquetant ses muscles… ses organes vitaux… la déchiquetant vivante...
Tout n’est plus que noirceur... froid... douleur...


[Plages]

Wanda
L'ombre se déplace et fuit, comme si elle venait de voir un danger, comme si elle était poursuivi. Se pourrait-il que ce soit la parjure ? Non, en y réfléchissant c'était impossible, jamais elle n'aurai fuit, elle se serait battue! quoique si un piège était tendu... Il devait en savoir plus, aussi il se mit à suivre la traîner rougeâtre laissée sur le sol, la créature en question devait être blessée et affaiblie, aussi son instinct l'inciterait à poursuivre sa fuite malgré la douleur et la fatigue, quitte à en mourir sur place. Alors que Wanda suivait la piste encore fraîche il se vit projeter de quelques mètres en l'air, pour retomber par la suite lourdement sur le sol dans un craquement sourd, relevant la tête il eut tout juste le temps de rouler sur sa gauche pour éviter une nouvelle attaque qui lui aurait coûté chère...

L'assaillant laissa le temps suffisant au jeune homme pour qu'il puisse se redresser, dagues sorties et toutes griffes dehors. L'ennemi dont il était question n'était autre qu'une sorte d'asticot géant, seul il ne représenterai pas une grande menace, mais par dizaines il devient un fléau majeur, et comme ce genre de créature ne se déplace jamais seul il fallait s'attendre à en voir sortir une armée entière du sol. Le sol, il tremble sous les pieds du jeune Maître, il ne peut rester ici, mais s'il s'en va il perdra la trace de la dite-chose... Qu'importe! Réfléchir c'est faiblir! aussi il ne chercha pas à comprendre et se contenta d'éviter une nouvelle attaque du vers pour continuer sa route au pas de course. Au devant les forêts pointaient, s'il pouvait les atteindre il serait sauver, mais encore fallait-il les atteindre en un seul morceau, chose dont il douta lorsqu'il remarqua qu'il était prit en chasse par quelques-uns de ces asticots. Il fulminait de n'avoir aucune arme à portée dans ce genre de situation, et il était encore fatigué du vol précédent, mais il devait tenir bon pour ne pas finir en déjeuner. Encore une fois il évita de peu une attaque, mais aussitôt qu'il fut de nouveau debout il fut projeté à plusieurs mètres, dans un bruit sourd il tomba au sol, continuant sur quelques mètres à rouler avant de s'accroupir, le visage pâle, les traits tirés, la bouche crispée et le regard prenant peu à peu l'apparence qu'à celui d'une bête face au chasseur. Tout semblait perdu lorsque qu'un sourire amusé balaya les traits apeurés, qui couvraient une minute auparavant le visage du jeune homme, comme si l'espoir renaissait il se releva et courut en direction de l'un des vers, épées en avant. Il attendit le moment propice et d'un mouvement brusque bondit sur le corps flasque de la créature et y enfonça les épées pour ensuite poursuivre sa route, déchirant les chairs à chaque pas qu'il faisait. Un autre bond le mit hors d'atteinte des bestioles, ceux-ci étaient désormais occupés à dévorer leur frère, mort.


-"Immondes créatures..."

Il n'ajouta rien et sans demander son reste poursuivit sa route, cherchant du regard la piste qu'il suivait depuis les plages, il la retrouva quelques mètres plus loin, la dite-chose était entrée dans les forêts. Ces mêmes forêts qui, l'instant suivant furent secouer par les vents produits par les battements d'ailes de la bête venant de rejoindre son compagnon d'infortune. Étrange duo que celui qui se tenait en bordure de l'étendue verdoyante. Duo qui ne tarda pas à se séparer, l'écailleux reprit la route des cieux et survola les forêts, dessinant de larges cercles, tout comme le vautour venant trouver une charogne, quant à l'autre il pénétra dans les forêts par la route terrestre, suivant les instructions de son Autre...

[Forêts Humides]

Balayant les alentours du regard Wanda découvrit un endroit bien calme, trop calme même pour que cela soit normal. Il connaissait les forêts et ce genre de silence n'était jamais le fruit du hasard, quelque chose se préparait sans doute au sein de l'étendue verte, mais pour l'heure il ignorait encore quoi. Sur l'herbe il n'y avait quasiment plus de piste, mais tout était si calme que le moindre bruit semblait être vacarme, aussi il n'était pas difficile de suivre le bruit de pas de la "chose". D'ailleurs lorsque les bruits devinrent plus agités le jeune homme se pressa pour tenter de retrouver la créature. Sa course le fit parvenir jusqu'à une clairière où deux créatures se tenaient, l'une au sol, de la taille d'une jeune personne, et l'autre au dessus de la première, le regard vide de toute conscience, les mâchoires laissant couler une bave noirâtre et montrant des crocs jaunâtres et pointus.

-"Un rôdeur...Que les Dieux l'emportent..."

Wanda se rendit compte de son erreur trop tard, parler fut une grossière erreur car déjà l'animal se dressa devant lui et fonça la tête la première dans le jeune homme, le faisant tomber sur le sol humide. Les deux combattants se frappèrent à maintes reprises, aucune ne réussissant à prendre le dessus sur l'autre, jusqu'à ce qu'un second rôdeur ne fasse son apparition. La situation était devenue critique et le jeune homme y serait sans aucune doute resté si des cieux l'écailleux n'avait suivi la scène pour finalement fondre griffes en avant sur les assaillants du Maître. Les mâchoires de la bête broyèrent les os sans efforts du premier animal, le second, lui, réussi à fuir de justesse, laissant la place aux nouveaux venus. Wanda se releva, hocha la tête en direction de l'immense créature qui déjà reprenait la route des cieux et se dirigea vers la chose étendue au sol. Serait-ce cela dont ils avaient suivi la piste ? c'était une possibilité en effet...

-"Découvrons désormais le visage de notre proie..."

Wanda se pencha sur la chose étendue au sol, l'attrapa par l'épaule et fit en sorte qu'elle se mette sur le dos. Sa surprise fut grande lorsqu'il remarqua qu'il s'agissait non pas d'une créature étrangère, mais tout simplement d'une jeune fille au teint pâle, cadavérique, et dont le corps était marqué d'une multitude de marques de maltraitance. Jamais il n'avait imaginé trouver pareille chose en ces lieux, surtout par les temps qui courts, mais puisqu'elle était là il se devait de l'aider, hors de question de la laisser en guise d'apéritif. Vraisemblablement la jeune fille était en manque d'eau et de nourriture, et dans un état assez déplorable, elle avait besoin de soin et en ces lieux il n'y avait pas mille et une solution, il devait l'emmener jusqu'à Sylvania, village des forêts et dont le peuple es très accueillant.

Le jeune homme siffla longuement entre ses doigts, suite à cela il se pencha une nouvelle fois sur l'enfant, sortit d'un petit sac une fiole au contenu rosé, il passa son bras derrière la tête de la demoiselle, la fit se pencher légèrement et lui versa le contenu de la fiole dans la bouche, après quoi, il reposa délicatement la tête de l'enfant et se releva en attendant que son compagnon ne daigne se montrer. Compagnon qui finit au bout d'une bonne dizaine de minutes par se montrer, un simple cheval, haut de garrot et fort large. Une fois qu'il fut près le jeune homme décida d'aller chercher l'enfant pour partir lorsqu'il réalisa que cela serait moins simple que prévus... La gamine était réveillée, et sembla paniquer encore plus à la vue du jeune homme. Il essaya de s'en approcher mais celle-ci tenta de fuir, encore heureux que la fatigue qui la tiraillait la ralentie un peu plus. Tous deux étaient fatigués, mais l'enfant ne voyait pas la chose du même point de vue que Wanda, aussi il lui serait difficile de faire comprendre à une enfant dans un état de panique quoi que ce soit.


-"Pourquoi paniquer ? Nous sommes entre bonnes personnes, il ne faut pas me craindre, calme toi et arrête donc de fuir lorsque je t'approche...Je ne te veux aucun mal."

Wanda n'était pas habitué à ce genre de situation, d'ordinaire on ne le fuyait pas, bien au contraire, mais pour l'heure il devait trouver un moyen de mettre cette enfant en confiance, s'ils restaient ici il y avait de grandes chances pour que les rôdeurs reviennent, et cette fois-ci encore la partie serait loin d'être gagnée...

Di'Han
Di’Han sent une étrange substance atteindre ses lèvres, puis couler lentement le long de sa gorge. Elle se relève de coup en toussotant, les yeux exorbités, elle regarde un peu partout autour d’elle avant de bloquer son attention sur Wanda… Sa bouche ne cesse de s’ouvrir et de se fermer, un peut comme un poisson, elle cherche à parler, mais aucun son n’en sort.

La peur, les cordes vocale à peine réhydrater, du à la potion de Wanda… sur les fesses elle tente de se relever en reculons… Elle couine et gémit, ses pieds la font énormément souffrir et sa menotte est tellement lourde… elle ne tient pas debout et retombe en arrière. Sa respiration saccade…

L’homme lui parle mais elle ne comprend rien, trop affolée, elle ne parvint à traduire aucun mot. Elle se trouve à présent contre un arbre lorsque sortit du bosquet débarque un cheval…

Di’Han se rappelle un vague souvenir, celui d’une femme ravissante et d’un cheval tout chaud…
Pourquoi soudainement son cœur lui fait il mal, pourquoi ce vide, pourquoi ce froid ?!
Elle se saisit d’Arthur, qui ce baladait sur sa menotte et se roule en boule dans le creux des racines de l’arbre… Son esprit s’en va et divague, souvenir rêve… Elle grelotte et sanglote…

Ses pieds continue de frotter le sol cherchant à l’éloigner encore un peu…

_________________
Vampire & Vermines
Les Règles. Réclamations [et gueulantes] via MP uniquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ailes Flamboyantes [Av' Drago']   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ailes Flamboyantes [Av' Drago']
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Merom Hellren, Ailes sanglantes
» Le temps de prendre ses ailes
» Drago Malefoy is back ^^.
» L'un a ses idées, l'autre ses ailes [PV]
» Drago Malfoy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Héroic-Fantasy RP :: Les histoires. :: Histoires Héroic Fantasy-
Sauter vers: