Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement. A vous de continuer l'histoire...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Meurtres à Illean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Meurtres à Illean   Dim 13 Jan 2008 - 23:18

C'est ma première nouvelle, vous me direz ce que vous en pensez ( de toute façon j'aime pas ce que j'écrit alors hésitez pas à me dire si c'est mauvais).
Je l'ai découpé en plusieures parties afin que vous n'ayez pas un kilomêtre de lecture à faire. L'histoire commence par une intro.

Mais bon passons à l'histoire. Tout d'abord le contexte :

L'histoire se passe sur le monde de Jënawel. Il y a plusieurs milliers d'années des Démons envahirent le Monde. Pour répliquer à cela, les Dieux créérent les Erans, les Elus des Grands Peuples, afin de les chasser. Les Erans sont au nombre de six (humain, elfe, nain, orc, abyssal, adériel). A la fin de la guerre contre les Démons, l'Eran humain créa l'Ordre des Arkanes afin d'empêcher que ce genre de choses se reproduise. Au fil des millénaires l'Ordre augmenta en puissance, détenant des secrets et des connaissances quasi-infines.

Voila le contexte, place à l'histoire.


Dernière édition par le Dim 13 Jan 2008 - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Dim 13 Jan 2008 - 23:18

Après la disparition des Démons, exilés dans leur monde maudit, nous nous sommes aperçus que de nombreuses créatures inconnues et étranges firent leur apparition. Ces créatures ne sont pas forcément mauvaises, elles agissent différemment suivant leur espèce. Après de nombreuses recherches nous avons émis deux hypothèses : soit ces créatures étaient déjà originaire de notre monde mais restaient cachées, et ce ne serait que lorsque les Démons vinrent qu’elles décidèrent de sortir, appelées par le chaos laissé par ces derniers, leur donnant une occasion de s’épanouir, soit ces créatures furent créées par les Démons, pour les aider dans leur conquête de Jenawel. A ce jour on ne connaît pas encore la réponse mais la première hypothèse semble la plus vraisemblable étant donné qu’aucune de ces créatures n’est intervenue lors de la Grande Traque. Même si notre Ordre connaît plus de choses sur notre monde que n’importe qui, il faudrait être fou pour croire que nous en connaissons tous les mystères et secrets. Jenawel nous réserve encore de nombreuses surprises.

Extrait des Chroniques des Arkanes, Histoire de Jenawel, Volume 7, La Grande Traque et ses conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Raviel
Dragon adulte
avatar

Nombre de messages : 344
Age : 28
Localisation : gauchy (02430)
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Dim 13 Jan 2008 - 23:23

Hrps : Si t'aime pas ce que t'écris t'es mal barré lol

Sinon je trouve sa bien parti, je te laisse continuer ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Dim 13 Jan 2008 - 23:39

L’homme se tenait immobile, assis sur la rambarde du balcon, regardant la forêt d’un air songeur. Cela faisait près d’une heure qu’il était là, assis, à regarder le paysage enchanteur qui se dressait devant lui, préoccupé par les raisons de sa présence ici. Il ignorait encore ce qui se passait mais cela devait être grave pour que les elfes fassent appel aux Arkanes.
Certains elfes voyaient d’un très mauvais oeil le fait que le Roi Ellendis ait décidé de faire appel aux Arkanes pour les aider, c’était une des raisons pour laquelle l’homme préférait rester dans la chambre qu’on lui avait si généreusement prêtée le temps de son séjour. L’autre raison était qu’il était gêné par les regards des autres elfes, intrigués parce qu’il était le premier Arkane qu’ils voyaient. Ils avaient entendus parler d’eux bien sûr, mais certains elfes ressentaient en le voyant la même chose que ce que ressentent certains hommes en croisant un elfe : une fascination et une admiration, c’était comme rencontrer une légende vivante.
L’Arkane avait une trentaine d’années, il mesurait environ un mètre quatre-vingts, il avait la peau tannée comme les hommes du sud, ses yeux bleus profonds reflétait une sagesse et un pouvoir rare pour une personne de son âge, et ses cheveux roux étaient réunis en une longue tresse derrière la nuque. Il portait la tenue traditionnelle des Arkanes, un pantalon et une chemise verte, avec le symbole de l’Ordre sur la poitrine. Patiemment il attendait qu’on vienne le chercher pour le mener au Conseil d’Illean, afin qu’on lui explique la raison de sa présence. Pour passer le temps il admirait le paysage enchanteur de la cité elfe, un spectacle dont il ne se lassait pas.
Je pourrais passer ma vie entière ici, pensa-t-il. Un léger sourire apparut sur ses lèvres à l’idée de vivre ici. Aucun humain n’avait habité ici, dans la capitale du royaume elfique, les elfes ne tolérant que modérément la présence des humains comme lui en son sein. Certains humains vivaient parmi les elfes, comme les rôdeurs, mais aucun ne vivait à Illean. Ils habitaient Varell ou Esfandar, ou les autres petits villages elfes, mais aucun n’avait reçu le droit de vivre à Illean.
On toqua à la porte, tirant l’Arkane de ses pensées. Après avoir invité la personne à entrer il rentra dans sa chambre pour accueillir son visiteur. C’était un elfe âgé d’une quarantaine d’années – bien qu’il paraissait n’en avoir qu’une vingtaine -, avec des cheveux blonds comme le soleil qui lui tombait derrière les épaules. Il avait la carrure svelte des elfes mais l’homme ne doutait pas un seul instant qu’il était bien plus fort qu’il n’y paraissait - comme tous les elfes d’ailleurs. Il portait la tenue traditionnelle des pages, une tunique rouge avec en son centre un phénix, le bec pointé vers le haut, les armoiries de la famille royale.
«Le Conseil vous attends Seigneur Arkane, dit l’elfe. »
L’homme avait tenté de lui faire comprendre qu’il n’avait pas à l’appeler seigneur, mais l’elfe refusait d’entendre un mot et continuait toujours de l’appeler ainsi.
« Je te suis Efyr. » dit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Lun 14 Jan 2008 - 12:02

L’elfe sortit et l’Arkane le suivit. Efyr avait été désigné par le roi Ellendis pour lui servir de guide le temps de son séjour à Illean. Grâce à lui il put découvrir les Jardins Eternels, un jardin que les elfes avaient imprégné de magie afin que les fleurs et les plantes ne se fanent jamais, faisant de l’endroit un paradis floral quel que soit la saison. Aucun mot ne pouvait les décrire, mais ils étaient d’une telle beauté que l’Arkane, savait en ayant vu ce jardin, que jamais il ne pourrait en oublier la vision, ni le parfum, et que leur souvenir resterait aussi fais dans sa mémoire que si il était encore dans les jardins. C’était comme si la magie qui opérait en ce lieu empêchait quiconque qui avait vu ce jardin de l’oublier. C’était un lieu à prisonnier du temps, que rien ne pouvait altérer.
Tout en marchant, l’Arkane admirait l’architecture elfique. Ils se trouvaient sur une plate-forme gigantesque qui faisait le tour d’un arbre immense relié à d’autres plates-formes disséminées dans toute la forêt. A l’endroit où la plate-forme et l’arbre se rejoignait on pouvait apercevoir des escaliers qui montait ou descendait menant à des maisons au-dessus ou en dessous de la plate-forme. Les maisons semblait faire partie de l’arbre, il était impossible de savoir si elles avaient été construite où si elles avaient poussées à même l’arbre. C’était dans une maison comme celle-ci qu’il logeait, mais même de l’intérieur il lui était impossible de savoir comment les elfes l’avaient fabriquée.
Après avoir traversé de nombreuses plates-formes et être entré plus profondément vers le coeur de la cité, Efyr et l’Arkane arrivèrent dans un arbre géant et creux, dont le tronc semblait avoir été coupé. A l’intérieur était disposé des chaises en demi-cercle sur lesquelles des elfes siégeaient. Contrairement aux autres elfes qu’il avait eu l’occasion de rencontrer, ceux-ci semblaient légèrement plus vieux, de légères rides marquant le coin de leurs yeux et de leurs lèvres. Il y avait en tout six conseillers, trois hommes et trois femmes, disposés respectivement autour du roi et de la reine. Le roi Ellendis était un grand elfe d’environ deux mètres de haut, les cheveux noirs profond cintrés par une couronne en argent sur la tête. Bien qu’il devait avoir plusieurs centaines d’années, rien ne trahissait son grand âge, hormis ses yeux, marrons, reflétant une longue expérience de la vie. Sa femme, la reine Elvaria était une elfe d’une grande beauté, les yeux verts et les cheveux aussi blonds qu’Efyr. Tout comme le roi, rien en elle ne trahissait son âge, on aurait dit qu’elle avait à peine une vingtaine d’années, mais l’Arkane se doutait qu’elle devait être aussi âgée que son mari.
Efyr invita l’Arkane à passer devant lui, restant à l’entrée, comme le voulait son rang. L’Arkane s’avança au centre de la salle du Conseil et s’agenouilla devant le roi et la reine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Lun 14 Jan 2008 - 20:38

« -Vous m’avez fait demander majesté ? demanda-t-il.
-Relevez-vous Arkane Eofar. Vous n’êtes pas un de mes sujets, vous n’avez donc pas à vous agenouiller devant moi. », répondit le roi Ellendis.
Eofar se releva, conscient du regard de tous les elfes présents braqués sur lui.
« En quoi puis-je vous être utile, roi Ellendis ? »
Ellendis soupira, comme si révéler la raison de la présence d’Eofar était un secret difficile à révéler. Au bout d’un moment il dit :
« Depuis quelques semaines des meurtres inexpliqués ont eu lieu dans notre cité. »
Eofar ouvrit de grands yeux étonnés. Des meurtres chez les elfes? A sa connaissance, de toute l’histoire des elfes jamais chose pareille ne s’était produite. Il comprenait mieux la raison de sa présence à Illean.
« -Des meurtres votre majesté? En êtes-vous sûr?
-Certain, c’est bien cela qui me chagrine. J’ai de la peine à croire qu’un elfe ait pu faire une chose pareille, tout comme chacun des membres de notre race. Le meurtre est une chose inconcevable pour nous, jamais jusqu’à ce jour nous n’avions pu imaginer qu’une telle chose puisse arriver. Aucun d’entre nous ne se résout à soupçonner une elfe, aussi est-ce pour cela que j’ai décidé de faire appel aux Arkanes. J’ai entendu dire qu’il vous arrivait d’aider les soldats à enquêter sur les meurtres et autres affaires criminelles des humains. Aussi je vous demande d’accepter d’enquêter sur les meurtres perpétrés dans notre cité. Un oeil neuf sur cette affaire nous sera bien utile, surtout que vous n’aurez, je pense, aucun mal à accepter le fait - contrairement à nous - qu’un elfe ait pu commettre ces meurtres. »
Eofar regarda chacun des membres du conseil. Si certains de ses membres désapprouvaient le fait qu’on ait fait appel aux Arkanes ils n’en laissaient rien paraître, mais, les elfes étaient réputés pour masquer le mieux leurs émotions.
La responsabilité qu’on lui demandait d’assumer était énorme et il le savait. Il avait déjà enquêté sur des meurtres à Orvallon et Tyren, mais jamais il n’avait penser qu’il aurait à enquêter dans une cité elfe. Au cours de ses enquêtes il avait appris que parfois le bluff pouvais être un puissant allié, mais là il savait qu’il ne lui serait d’aucune utilité. Soupçonner un elfe était déjà assez grave, mais prouver sa culpabilité ne serait pas une mince affaire. Il lui faudra des preuves solides pour appuyer ses arguments. Si un elfe est vraiment responsable de ces meurtres il n’aura laissé aucun indice, il le savait.
Conscient que le conseil attendait sa réponse il inspira et dit :
« J’accepte votre majesté ! Je vous fais le serment de trouver le responsable de ces meurtres ! »
Le roi, satisfait, sourit et lui dit :
« -A la bonne heure ! Je vous en remercie Arkane Eofar. Efyr vous emmènera sur les lieux des crimes.
-Il n’y a aucun témoin ? demanda Eofar.
-Malheureusement non. Si c’était le cas, nous aurions réglé le problème depuis longtemps. Maintenant allez-y, et trouvez-nous le coupable de ces meurtres odieux ! »
L’Arkane s’inclina et se retourna vers la sortie de la salle du Conseil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Mer 16 Jan 2008 - 12:07

Efyr passa devant lui et, quelques pas plus loin, lui demanda :
« - Où voulez-vous allez seigneur Eofar?
- Peux-tu me mener sur les lieux du premier meurtre s’il te plaît ? lui répondit l’Arkane.
-Bien sûr ! »
Efyr le conduisit à travers le dédale de plates-formes, passant devant de nombreuses maisons et arbres, si bien qu’Eofar se demanda comment il faisait pour se repérer dans ce labyrinthe. Au bout d’un moment Efyr s’arrêta et montra du doigt une maison située autour d’un arbre.
« C’est là seigneur ! C’était la maison d’Aelwyn, le forgeron. »
Efyr s’avança vers la maison, ouvrit la porte, entra Eofar sur les talons. Efyr avait appris à ce dernier que les elfes n’avaient pas de serrure à leurs portes, le crime n’existant pas chez eux, elles étaient inutiles. Jusqu’à aujourd’hui...
La maison était plus vaste que celle d’Eofar. Il se trouvait dans une salle circulaire avec une ouverture en face et à droite. Le mur de gauche était en fait le tronc de l’arbre, des étagères remplies de livres en sortaient, faisant apparemment partie de l’arbre. En face on pouvait distinguer la chambre de feu Aelwyn. A droite on accédait à la salle à manger et à la cuisine. A ce qu’il lui semblait cette maison était celle d’un célibataire, ce qu’Efyr lui empressa de confirmer.
«- Où Aelwyn a t-il était tué ? demanda Eofar.
- Dans sa chambre seigneur, en face. » répondit Efyr.
Il conduisit l’Arkane dans la chambre à coucher. Un lit collé au mur du fond, et une armoire étaient les seules choses présentes dans la chambre. Une porte à gauche menait à la salle de bain, et une à droite au bureau. Efyr s’approcha du lit et désigna le sol, près du coté droit du lit.
«- C’est ici qu’on a retrouvé son corps seigneur.
-A ton trouvé quelque chose près de lui ? Des traces de pas ou autre chose ?
-Non seigneur, rien du tout. » Répondit Efyr
Eofar s’approcha de l’endroit désigné et commença à l’inspecter. Au bout d’un moment il se rendit à l’évidence, il ne trouverait rien. Si les elfes avaient déjà tout inspecté et rien trouvé il était fort peu probable que lui trouve quelque chose. Malgré tout il ferma les yeux et ouvrit son esprit. Il sonda la pièce à l’aide de ses sens magiques et reprit son inspection. Il sentait l’endroit où était mort Aelwyn, des résidus de sa présence et de son sang imprégnés dans l’arbre. Mais ce fut la seule chose qu’il trouva. Après avoir cherché pendant plusieurs minutes il rouvrit les yeux.
Il se tourna vers Efyr qui attendait debout immobile près de l’entrée de la salle de bain.
« Comment Aelwyn est-il mort ? » demanda-t-il
Efyr déglutit, hésita puis dit :
« - Il a été éviscéré seigneur. Comme tous les autres.
-Eviscéré ?
-Oui.
-Avec quoi ?
-On ne sait pas. On n’avait jamais vu de telles blessures. On venter était entièrement déchiré. D’après nos prêtres, les blessures auraient été infligées par des griffes d’animal, de félin plutôt, mais à notre connaissance aucun animal ne peux faire de telles marques et encore faudrait-il qu’un tel animal, s’il existe, puisse monter ici sans être repéré. »
Eofar hocha la tête. Si c’était un félin le responsable il était peu probable qu’il ait pu échapper à la vigilance des elfes.
Des griffures. Les félins ne sont pas les seuls à faire de telles marques. Des griffes métalliques, comme celle des Orcs, pouvaient faire de telles marques, ce qui attesterait l’idée que le coupable soit un elfe.
Se relevant Eofar remarqua que quelque chose gênait Efyr.
« - Que se passe-t-il, Efyr?
-J’ai oublié de vous dire, Aelwyn et les autres victimes... Celui qui les a tués a mangé leurs viscères. »
L’Arkane ouvrit de grands yeux étonnés. L’assassin avait mangé ses victimes ! Imaginer qu’un elfe ait pu assassiner ses semblables était dur à croire, mais qu’il puisse manger ses semblables... C’était impossible ! Un anthropophage chez les elfes ? Ca ne tenait pas la route.
Chassant de ses esprits cette idée il secoua la tête et demanda :
« - Quand Aelwyn a t’il été tué?
- Il y un mois a peu près. D’après nos prêtres il a été tué dans la nuit, pendant qu’il se dirigeait vers son lit pour se coucher.
-Quand son corps à t’il été retrouvé ?
-Le lendemain matin. Son apprenti trouvait bizarre qu’il soit en retard, alors il est allé chez lui et l’a trouvé mort.
-Combien d’autres elfes ont-ils subis le même sort ?
- Trois seigneurs. Tous tués à une semaine d’intervalle.
-Ce qui veut dire...
-Que si l’assassin continue ses habitudes, il tuera encore. Et ce demain soir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Ven 18 Jan 2008 - 21:34

L’Arkane avait passé les deux jours à inspecter les scènes de crimes, à questionner ceux qui avaient trouvés les corps, à consulter les prêtres pour qu’ils lui disent ce qu’ils avaient découvert, mais au bout du compte il revenait à la même chose : aucun indice, aucun témoin, rien qui permette de découvrir quoi que soit à propos des meurtres. L’assassin a frappé toutes les semaines, le soir, et sans aucune logique. Les victimes n’avaient rien en commun, hormis quelles étaient célibataires. Il avait beau mettre tout ce qu’il savait en relation il en arrivait à trois hypothèses toutes plus invraisemblables les unes que les autres : soit un elfe est responsable de ces meurtres et se nourrissait de ses victimes, soit un mage faisait apparaître cette créature pour tuer, soit un animal ou un être quelconque se baladait dans la cité la nuit et tuait. Eofar ne pouvais imaginait un elfe s’adonner au meurtre et à l’anthropophagie. C’était inconcevable ! Qu’un magicien puisse faire une telle chose paraissait moins invraisemblable mais tout aussi inconcevable. Les elfes étaient des êtres fiers. Jamais il ne ferait appel à un être, quel qui soit pour accomplir un travail. Quant au fait d’un créature se baladant dans la cité sans être repéré avec les mages surveillant la cité en permanence à l’aide de leurs pouvoirs et les soldats patrouillant dans la cité, il faudrait que cette créature soit invisible et capable de déjouer les défenses des elfes, ce qui à la connaissance d’Eofar était chose impossible. Aucun être jusqu’à ce jour n’avait réussi à pénétrer leur territoire sans être repéré.
Dépité, l’Arkane avait décidé de patrouiller dans la cité, tous ses sens, magiques ou non, en alerte, à la recherche de la moindre chose inhabituelle. L’assassin allait, s’il ne changeait pas ses habitudes, tuer de nouveau cette nuit et Eofar avait bien l’intention de faire tout son possible pour l’en empêcher. Une partie de son esprit lui disait que si l’assassin avait réussi à échapper aux elfes comment, lui ferait-il pour le trouver ? Pourtant il refusait de rester inactif. Les elfes comptaient sur lui pour trouver ce meurtrier, ce monstre plutôt, et il espérait ne pas les décevoir.
Il s’arrêta un moment, regarda le ciel à travers les arbres et aperçu la lune éclairant la nuit de sa lueur argentée, seule source de lumière dans la cité, les elfes n’ayant pas besoin de torches pour voir la nuit. Il ne devait pas être loin de minuit. Du coin de l’oeil il put voir dans la pénombre des soldats scrutant l’espace tout autour d’eux. A l’aide de ses pouvoirs il pouvait sentir leur tension et leur nervosité. Ils étaient à cran et inquiets. Savoir qu’un être puisse échapper à leur vigilance n’était pas sans les inquiéter. Aucun des habitants de la cité ne dormait, il le savait. Tous étaient trop inquiets et en alerte pour pouvoir dormir.
Eofar soupira et se remit à patrouiller. Les mages elfes avaient développés une stratégie pour essayer de coincer l’assassin : chaque mage avait sous sa responsabilité un groupe d’elfe qu’il devait sentir à l’aide de leurs pouvoirs. Si jamais l’un d’eux avait le moindre problème, ou si présence disparaissait, son mage le sentirait et alerterait les autres. La difficulté résidait dans le fait que les mages n’étaient pas assez nombreux, ce qui faisait que les elfes sous leur responsabilité étaient nombreux, et donc il était difficile de repérer l’un d’eux en particulier avec rapidité. Le plus dur était, comme l’avait montré le dernier meurtre, de reconnaître qui venait de mourir. La présence de la victime s’évanouissant subitement il fallait, par déduction, par rapport à ceux qui étaient encore en vie trouver qui était mort et où il habitait. Cela demandait d’être rapide et concentré. Lors du dernier meurtre, ils ne furent pas assez rapides pour surprendre l’assassin. Ils espéraient que ce serait le cas cette nuit. Ayant appris le plan des mages elfes Eofar proposa qu’on lui alloue lui aussi un groupe d’elfes, réduisant la charge des autres mages. Ces derniers acceptèrent avec joie, ravi d’avoir moins de leurs congénères sous leur responsabilité, les rendant plus efficace pour repérer le moindre problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Mer 23 Jan 2008 - 11:55

Une alarme retentit dans sa tête. L’assassin a frappé ! entendit-il dans sa tête. Sur le qui-vive, Eofar se tint prêt à agir, attendant qu’on lui dise où aller. Il héla les soldats qu’il avait aperçu tout à l‘heure et leur expliqua ce qui se passait, quand ils furent à sa portée. Patiemment ils attendirent. Les secondes s’écoulèrent, paraissant être des minutes, l’attente devenant insupportable.
Au bout d’un moment qui lui parut une éternité, Eofar reçut la localisation de la victime. Sans un mot il courut dans cette direction, les soldats sur ses traces. L’Arkane se maudit de ne pas avoir appris la téléportation, préférant utiliser des moyens plus conventionnels pour se déplacer.. Le sort lui aurait été d’une grande aide maintenant. Il se promit de l’apprendre dès qu’il en aurait l’occasion.
En chemin il croisa d’autres soldats, courant dans la même direction à une allure nettement supérieure à la sienne. Les soldats qui étaient derrière lui le dépassèrent et coururent après leurs camarades. Après une course qui lui parut interminable, Eofar arriva devant la maison de la victime. Un attroupement de soldats et de mages était déjà là, inspectant et fouillant les environs. Lui-même se mit à scruter les lieux à l’aide de ses sens. Hormis les soldats et les mages il ne sentit dans les environs. Effleurant leurs pensées il en sentit que désarroi et peine.
Il s’apprêtait à arrêter son inspection lorsqu’il sentit quelque chose. Une présence, minuscule, presque infime était présente. Radicalement différente de celle des elfes, il ne sentit que de la faim et de la haine. L’esprit semblait être celui d’un animal guidé par ses instincts. Cherchant à le repérer à l’aide de ses yeux, l’Arkane ne vit rien. La présence devait avoir sentit son inspection car elle se mit soudain à bouger, se dirigeant loin de la foule.
Eofar bondit dans sa direction, ne voulant pas laisser échapper l’être, quel qui soit. L’Arkane sentit qu’on le suivait - probablement des soldats -, mais n’y prêta garde, entièrement concentré sur sa proie. A son grand désarroi il n’arrivait à la rattraper. Pire, la créature semblait accélérer. Pris de panique, Eofar accéléra autant qu’il le put, regrettant de ne pas avoir la rapidité des elfes. Il sentit, cependant, qu’il rattrapait la présence. Encouragé, il accéléra de plus belle, les poumons en feu. Il ralentit et s’immobilisa. La créature devait être là. Il sentait sa présence à moins d’un mètre et pourtant ne voyait rien. Par la pensée il demanda aux elfes qui l’avaient suivi s’ils voyaient quelque chose, mais ils répondirent que non.
Soudain, la présence fit un écart vers la gauche et Eofar sentit qu’elle descendait. Elle avait sauté la balustrade, comprit-il brusquement. Il s’approcha de celle-ci se pencha pour tenter apercevoir quelque chose, mais il ne vit rien. Puis la présence disparut de sa perception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Sam 26 Jan 2008 - 11:52

« -Vous êtes sûr de ce que vous nous dites ? demanda le roi Ellendis.
-Sûr et certain, votre majesté ! » répondit Eofar.
L’Arkane se tenait debout au centre de la salle du Conseil. Le roi avait tenu à entendre ce qu’il avait découvert au sujet des meurtres. Le conseil tout entier fut soulagé - bien qu’ils essayèrent de le dissimuler - d’apprendre qu’aucun elfe n’était responsable de ces atrocités. Par contre ils semblaient inquiets de savoir qu’une créature invisible, vorace et quasi-indétectable se déplaçait librement dans la cité.
Certains mages étaient présents, soucieux d’apprendre ce qu’il savait de leur adversaire que lui seul avait été capable de détecter. Eofar ne pensait pas qu’il remettait en doute ses dires, mais ils essayaient sans doute de découvrir, d’après ce qu’il savait, à quel genre de créature ils avaient affaire. Lui-même cherchait dans ses souvenirs quelque chose de semblable, mais rien ne lui venait à l’esprit. Il faudra que je prévienne l’Ordre ! songea-t’il.
Ellendis eut- en tout cas c’est ce qu’il sembla à Eofar - un début de sourire, mais qui disparut presque aussi rapidement qu’il était apparu. Le visage du roi était aussi impassible qu’à l’ordinaire.
« Ce que vous me dites là me soulage et m’inquiète en même temps. Savoir que le responsable n’est pas un membre de notre peuple est source de joie, pour nous qui avions commencé à en douter, mais savoir qu’une créature impossible à voir puisse tuer de nouveau sans que nous puissions l’en empêcher me chagrine. Au moins, elle n’aura pas dévoré sa victime, cette fois. »
Eofar hocha la tête. La créature devait avoir été surprise par les soldats ou un mage, l’empêchant de se nourrir. Voilà pourquoi elle devait être en colère lorsque l’Arkane sentit sa présence. C’était d’ailleurs cette colère qui avait permis à Eofar de la détecter. Si elle s’était nourri et n’avait pas été dérangée, l’Arkane doutait d’avoir pu la découvrir. Les mages en étaient arrivés à la même conclusion, et étaient plus alerte que jamais. La colère que ressentait la créature la rendait vulnérable aux détections. Ils avaient une chance de la repérer et ils entendaient bien en profiter.
Le roi se pencha en avant et repris :
«-Nous vous remercions Arkane Eofar pour l’aide que vous nous avez apportée, et je tacherais de parler à vos supérieurs pour leur dire combien votre aide nous aura été précieuse.
-Votre majesté, je n’ai rien accompli du tout ! protesta Eofar.
-Vous avez découvert l’existence de cette créature...
-Oui mais c’est tout ce que j’ai fait ! Elle rôde toujours !
-Nous le savons et nous allons nous en occuper. Nous pouvons nous débrouiller seuls maintenant. Vous pouvez rentrer chez vous.
- Je ne peux pas, votre majesté.
-Pourquoi donc ?
-Ma mission n’est pas accomplie. La créature vit toujours et je me dois de l’éliminer.
-Je vous aie dit que nous pouvions nous en charger nous-mêmes, Arkane. Nous n’avons plus besoin de vos services.
-Mais enfin...
-Nous n’avons plus besoin de vos services ! » le coupa le roi, en détachant bien ses mots.
Eofar comprit le message et s’inclina.
« -Bien votre majesté.
-Rentrez chez vous et ne vous préoccupez plus de cette créature. Considérez-la comme morte. »
Eofar s’inclina de nouveau et sortit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Mar 29 Jan 2008 - 21:00

D’un pas rapide il se dirigeait vers sa chambre pour y récupérer ses affaires. Tout en marchant il essayait de se calmer, essayant de comprendre l’attitude du roi. Il lui avait demandé de l’aide pour trouver le coupable, ce qu’il avait fait, mais la créature courrait toujours et les elfes auraient sans doute besoin d’aide pour l’arrêter. Mais apparemment, le roi pensait qu’ils étaient capables de s’en charger seuls. Eofar pensait qu’ils ne voulaient pas avoir qu’il les aide, ç’aurait été une marque de faiblesse.
L’Arkane secoua la tête. Il venait de se rendre compte à quel point les elfes étaient suffisants et vaniteux. Ils n’avaient fait appel aux Arkanes que parce ils estimaient qu’ils n’avaient plus le choix, aussi maintenant qu’ils peuvent se débrouiller seuls ils n’ont plus besoin d’eux. Un peuple fier et arrogant, voila ce qu’ils sont ! pensa Eofar.
La colère commençait à s’apaiser et il commençait à ressentir la faim. Il mangerait en route, ne voulant pas rester ici, puisqu’on ne voulait plus de lui.
Brusquement il s’arrêta, se rendant compte d’une chose. Ce n’était pas lui qui avait faim. La sensation venait d’ailleurs.
Comprenant ce qui se passait il sauta en avant et effectua une roulade. Il était temps ! Eofar sentit qu’on brassait l’air à l’endroit où il se tenait une faction de seconde plus tôt. Il se redressa, se retourna et sortit son épée du fourreau. Il n’y avait rien. L’Arkane sentait la présence en face de lui mais ne voyait rien. La créature était là, invisible.
La présence disparut soudainement et se retrouva... derrière lui ! Avant qu’il n’ait pu esquisser le moindre geste il reçut un coup de griffe dans le dos. La douleur le fit tomber à terre, et lui fit lâcher son épée. Oubliant la douleur il prit son épée, se tourna à moitié et frappa l’air à l’endroit où il sentait la présence. L’épée ne rencontra que de l’air. Eofar se releva entièrement et frappa de nouveau, mais de nouveau il ne rencontra que de l’air.
Impossible, pensa-t’il. Normalement j’aurais du le toucher. Prenant son épée à deux mains il frappa de nouveau. L’épée ne rencontra rien, et s’immobilisa. Eofar pensant avoir touché la créature tira sur son épée pour la reprendre mais elle ne bougea pas. Il tira de toutes ses forces mais elle ne bougea pas d’un pouce.
L’Arkane sentit une main couverte de griffe agripper sa gorge et le soulever. Lâchant son épée il tenta d’agripper cette main invisible. A sa surprise il la sentit, s’attendant à ne trouver que du vide. L’agrippant à deux mains il sentit un bras maigre doté de piquants acérés qui lui coupaient les doigts. La créature commença à serrer son cou et Eofar s’étonna la force qu’elle détenait étant donné la maigreur de son bras. Il réfléchissait à toute allure, essayant de trouver un moyen de s’échapper de l’emprise de la créature. Apercevant son épée par terre, il se concentra et la fit se soulever par sa volonté. Estimant où pouvait être le corps de la créature il envoya son épée au travers. L’épée rencontra cette fois quelque chose, mais apparemment cela ne gêna pas la créature. Au contraire cela la mit plus en colère, et elle resserra d’avantage sa prise sur le cou de l’Arkane. Commençant à suffoquer Eofar tenta d’apercevoir le visage de la créature.
Soudain il les vit. Deux yeux rouges sombres qui le dévisageaient. Eofar plissa les yeux et se rendit compte qu’il voyait la créature. Elle était noire et ne se détachait très faiblement dans la nuit profonde. La créature mesurait près de deux mètres, elle était dotée de piquants sur tout le corps, de la tête aux pieds. Ses mains étaient dotées griffes acérées et semblaient capables de trancher presque tout. Il n’y avait apparemment pas de nez ni de bouche mais la créature était si sombre qu’il n’en était pas sûr.
Une idée lui traversa l’esprit. Lâchant le bras qui l’étouffait, il tendait son bras droit devant la tête de la créature. Celle-ci la regarda un moment, puis regarda de nouveau Eofar droit dans les yeux. Eofar n’hésita pas. Luttant contre l’évanouissement il mobilisa toutes ses forces et fit jaillir une petite boule de feu de sa main. La boule de feu atteignit la créature au visage et se mit à hurler d’un cri de souffrance effroyable se répercuta dans toute la forêt. La créature le lâcha et porta ses mains à son visage. Eofar tomba par terre, et respira bruyamment. Il porta la main à sa gorge là où la créature l’avait saisit et se massa le cou. Il releva la tête et vit la créature gesticuler dans tous les sens, souffrant le martyre. Elle se calma enfin et se retourna vers Eofar, une lueur de haine dans son regard. La créature s’apprêtait à fondre sur lui lorsqu’un mage apparut devant entre elle et l’Arkane. Blessée et apeurée à l’idée de recevoir une autre boule de feu dans la figure, elle se fondit avec la pénombre, descendit et disparut des perceptions d’Eofar. Ce dernier tenta de se relever mais s’écroula de tout son long et s’évanouit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Lun 4 Fév 2008 - 17:45

Eofar se réveilla dans son lit. Il avait la gorge sèche et se sentait un peu nauséeux. Il sentit un mouvement près de lui, à sa gauche. Il se tourna et vit Efyr, qui lui sourit - chose qu’il ne l’avait jamais vu faire. Efyr s’approcha de son lit.
« -Comment vous sentez-vous seigneur Arkane? demanda-t’il.
-J’ai soif. » répondit-il.
Efyr s’approcha de la table de chevet, remplit un verre avec la carafe posée dessus et le tendit à Eofar.
« -Merci, lui dit-il après avoir bu son verre. Depuis combien de temps suis-je endormi ?
- Je dirais près de douze heures, seigneur. Il est un peu plus de midi. »
Eofar s’assit sur son lit, et remarqua qu’il portait un bandage autour de son torse. On l’avait soigné pendant son sommeil. Avant qu’il ait pu poser la question à Efyr, un prêtre d’Elline entra dans sa chambre.
« -Comment allez-vous Arkane Eofar? lui demanda-t’il.
-Bien je vous je remercie. C’est vous qui m’avez soigné ?
-Oui. Vos blessures n’étaient pas trop profondes, je n’ai eu aucune peine à les refermer. Vous avez eu de la chance qu’elle ne vous ait pas tué.
-La chance n’a rien à voir là-dedans.
-Je vous trouve très présomptueux pour quelqu’un qui a failli mourir.
-Je ne suis pas présomptueux, c’est juste que cette créature ne voulait pas me tuer.
-Vous en êtes sûr ? demanda Efyr.
-Certain, lui répondit l’Arkane.
-Que voulait-elle alors ?
-Elle voulait s’amuser avec moi, me faire souffrir autant qu’elle pouvait avant de me tuer.
-Pourquoi vous seigneur ?
-Parce que je suis celui qui a découvert sa présence. Elle cherche à se venger.
-Qu’elle est cette créature ? demanda le prêtre.
-Une Ombre. » répondit Eofar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Od'ion
Dragon
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Là où nul ne peut le trouver
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   Mer 6 Fév 2008 - 20:31

« -Vous allez l’air de vous porter bien Arkane Eofar, dit le roi Ellendis.
-Vos guérisseurs ont fait de l’excellent travail majesté.
-Efyr m’a dit que vous aviez identifié la créature à la quelle nous avions affaire.
-On peut dire ça votre majesté. Je n’avais encore jamais entendu parler d’une telle créature, mais j’ai compris sa nature et pourquoi elle vous a toujours échappée.
-Expliquez-nous, je vous en prie.
-Cette créature est une Ombre. Elle ne fait qu’un avec les ténèbres et les ombres, ce qui fait qu’on ne peut la voir dans le noir. Elle n’est visible que lorsqu’elle se solidifie pour pouvoir agir sur notre environnement. Elle est impossible à toucher sinon. Lorsqu’elle se solidifie on peut la voir dans l’obscurité car elle est plus sombre que la nuit. Sa force est colossale et sa férocité sans égale. Malgré tout elle a un point faible : elle ne supporte ni la lumière ni le feu. Elle ne peut vivre en pleine lumière car cela la tuerait, voila pourquoi elle chasse la nuit.
-Pourquoi s’en est-elle prit à nous ? demanda le roi.
-Parce qu’elle avait faim. Elle doit se nourrir d’entrailles, au moins une fois par semaine comme l’ont montré la fréquence des meurtres. A mon avis elle devait se nourrir d’animaux ou d’humains vivant dans le coin, et au fur et à mesure de ses chasses elle a du découvrir votre cité et une réserve de nourriture plus grande, ce qui l’a incité à revenir toutes les semaines.
-Que fait-elle pendant la journée ?
-Aucune idée votre majesté, tout comme j’ignore ce qu’elle fait le reste de la semaine.
-Je vous dois des excuses Eofar. Cette créature est plus puissante et dangereuse que nous ne l’avions pensé. Une fois de plus grâce à vous nous allons pouvoir prendre des mesures et être prêt à affronter cette créature.
-Si je puis me permettre votre majesté. L’Ombre a essayé de me tuer, et je suis sûr qu’elle recommencera.
-Comment le savez-vous ? lui demanda la reine.
-Parce qu’elle a faim majesté. Elle n’a pas pu se nourrir. De plus elle sait que c’est moi qui l’ai découverte et elle m’en veut pour ça. Elle sent tous les mages la chercher, elle ne peut plus entrer se nourrir dans la cté comme elle le faisait avant. Elle cherchera à se venger de moi, et sans doute à se nourrir de moi.
-Que proposez-vous ? lui demanda le roi.
-Je servirai d’appât. Il faudra que je soit seul, pour que l’Ombre ne se méfie pas et vienne. Une fois qu’elle sera là je préviendrais vos mages qui devront se positionner autour d’elle et moi, pour qu’elle ne puisse s’échapper. Ensuite ce sera à moi de jouer. Si j’échoue, vos mages auront pour tâche de l’éliminer. »
Le roi réfléchi quelques instants, puis dit :
« - Vous prendriez tous les risques pour la tuer. Pourquoi ?
-Parce que c’est notre mission votre majesté. Mettre notre vie au service des autres est le serment de tous les Arkanes. »
Le roi soupira. Tous les visages étaient tournés vers lui, attendant sa réaction. Enfin il dit:
« -C’est d’accord, faites comme vous voulez. J’espère seulement que vous savez ce que vous faites.
-Ne vous en faites pas majesté, je sais très bien ce que je fais. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyon.spaces.live.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meurtres à Illean   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meurtres à Illean
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Interdit aux -18 ans][Rumeur] Meurtres Horribles
» Commission d'appui pour enquetes sur meurtre de journalistes
» Meurtres sur le web (scénario écrit par les membres du GE)
» NUL - à votre service pour meurtres, tortures et autres amusements sadiques
» Avis de meurtres dans le grand bassin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Héroic-Fantasy RP :: Les histoires. :: Histoires Héroic Fantasy-
Sauter vers: